Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Sebta: Les binationaux continuent de souffrir    Conseil national de la presse: Le règlement intérieur au BO    Article 1062580    Relance de l'économie: Les mesures CGEM coûteront 100 milliards de DH    Un salon virtuel pour les recrutements    Covid19: La Tunisie suspend l'utilisation de la Chloroquine    Mort de Guy Bedos    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Réunion du Bureau politique de l'USFP    279 analyses effectuées à Youssoufia    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Covid-19: le CNDH lance un appel pour le respect des droits humains des travailleurs    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Le Maroc proche de la maîtrise du coronavirus (HCP)    Coronavirus : 35 nouveaux cas, 7.636 au total, jeudi 28 mai à 10h    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spécial fin d'année : Terrorisme Africains et arabes, principales victimes
Publié dans Libération le 01 - 01 - 2020

L'Afrique et le monde arabe demeurent la zone la plus affectée par le terrorisme malgré la baisse du nombre des attentats. Selon Global Terrorism Index (GTI) 2019, l'Afghanistan occupe la tête du classement des pays ayant subi le plus d'actes terroristes, suivi par l'Irak (2ème ), le Nigeria (3ème ) et la Syrie (4ème ). La Somalie occupe la sixième place et le Yémen (8e). Même la République démocratique du Congo (10e) a intégré cette année ce triste club.
Le Maroc (+ 40 places), le Ghana (+ 36 places), le Zimbabwe (+18 places), le Burkina Faso et le Rwanda (+ 10) sont les pays africains qui ont le plus « progressé » dans l'Index par rapport à l'an dernier. Des chiffres à relativiser, notamment pour le Maroc. «Le Royaume a subi une attaque terroriste l'année dernière. Deux touristes ont été tuées par des extrémistes inspirés du jihadisme et qui ont prêté allégeance à Daech dans une vidéo», justifie ainsi le rapport.
Avec l'Iran, le Maroc est le seul pays de la zone Maghreb-Moyen-Orient à avoir connu une hausse des actes terroristes. Le Royaume reste toutefois l'un des Etats arabo-musulmans les moins touchés par les actes terroristes, derrière Oman, le Qatar et les Emirats arabes unis.
Le continent africain et le monde arabe, suivant une tendance mondiale, connaissent dans le même temps les plus fortes baisses du nombre de morts liés au terrorisme : Irak (- 3 217), Somalie (- 824), Egypte (- 592), Syrie (- 434), Soudan du Sud (- 231), République centrafricaine (- 221) et RDC (- 84) en ont ainsi enregistré moins que l'an dernier. Ce qui ne signifie pas que le nombre d'attentats soit lui-même en baisse dans ces pays.
A contrario, cinq nations africaines font partie du top 10 de celles ayant connu la plus forte hausse de décès liés au terrorisme : le Nigeria (+ 508), le Mali (+ 286), le Mozambique (+ 110), le Burkina Faso (+ 40) et le Tchad (+ 34). Entre 2002 et 2018, dix pays ont concentré 87 % des morts. C'est la zone Maghreb-Moyen-Orient qui en compte le plus, avec près de 93.000 victimes sur la même période – contre 45.000 en Afrique subsaharienne.
Pour la première fois depuis 2014, Daech n'est plus le groupe terroriste le plus meurtrier au monde (-69% d'attaques), supplanté par le regain d'activité des Talibans en Afghanistan (premier du classement en termes de victimes). Quant à Boko Haram, elle est toujours l'organisation terroriste africaine la plus active, malgré les divisions.
Enfin, parmi les Etats qui souffrent le plus du terrorisme sur le plan économique, seul un pays n'est ni arabe ni africain : l'Afghanistan. Ceux qui entrent dans cette catégorie ne sont d'ailleurs pas forcément les plus touchés par la violence de cet ordre. Ainsi, la Libye, « seulement » 12e mondial en nombre d'attentats, est le 7e plus touché économiquement.
Encore une fois, à l'exception de l'Afghanistan, les dix pays dont l'économie pâtit le plus du terrorisme sont tous africains et arabes : dans l'ordre, Irak, Nigeria, République centrafricaine, Syrie, Mali, Libye, Somalie, Soudan du Sud et Yémen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.