Bourita reçu par le président mauritanien (PHOTO)    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote
Publié dans Libération le 17 - 01 - 2020

Il est le passager de droite, celui dont on oublie parfois le nom, pourtant le co-pilote, maître de la navigation, tient un rôle primordial au sein de la voiture. Cette année sur le Dakar, sa place a pris une importance encore plus grande.
Vainqueur surprise de la huitième étape du Dakar lundi, le Français Mathieu Serradori (Century) n'a pas manqué de souligner le travail de son co-pilote Fabian Lurquin à son retour au bivouac.
"Fabian m'a gardé sur la trace toute la journée, on n'a rien raté jusqu'au bout", s'est-il félicité.
Essentielle, la fonction du co-pilote consiste à annoncer clairement --et au bon moment !-- ce qui va se présenter au pilote sur le parcours.
Pour cela, il ne se sépare jamais du road-book, un livret de plusieurs dizaines de pages avec des petits dessins qui indiquent les obstacles à venir, les changements de cap ou de terrain. Il lui faut lire, déchiffrer puis transmettre ces informations à son pilote au fur et à mesure de l'étape, le tout secoué dans un siège baquet en roulant à des allures pouvant atteindre les 200 km/h.
Mieux vaut se comprendre parfaitement et avoir une confiance totale l'un envers l'autre.
Du haut de ses treize victoires finales dans le Dakar, Stéphane Peterhansel (Mini) a connu cette année des débuts difficiles avec son binôme portugais Paulo Fiuza.
"Monsieur Dakar" devait à l'origine être associé à sa femme Andrea mais celle-ci a dû renoncer à la dernière minute pour des raisons de santé.
Un Français et un Portugais qui communiquent en anglais, cela a donné des premières étapes délicates. "Ça s'améliore un peu", a confié Peterhansel à mi-course. "Mais ça restera toujours un peu compliqué de naviguer ensemble."
Outre la barrière de la langue, le duo doit également gérer des différences de méthode. "Ce n'est pas uniquement un problème de communication, c'est aussi un problème d'annonce des notes, de précisions. Il faut se caler parfaitement, il faut ne faire qu'un avec le co-pilote, et pour l'instant, ce n'est pas tout à fait le cas".
Cette année, le Dakar a introduit une difficulté supplémentaire en distribuant le road-book aux concurrents le matin même de l'étape au lieu de la veille au soir, pour six spéciales sur douze.
"On découvre tout ce qui arrive en roulant", explique Mathieu Baumel, co-pilote français du Qatarien Nasser Al-Attiyah (Toyota), tenant du titre. "(Quand on a le roadbook la veille), je sais à peu près ce qu'on va rencontrer, à quel moment on va traverser la montagne, les dunes... On connaît la spéciale avant de partir".
Désormais, "ça rajoute un peu de stress parce qu'il faut aller chercher des points sans savoir où ils vont être positionnés", détaille-t-il. "Donc il faut savoir intégrer toutes ces infos, les redonner à son pilote tout en roulant à l'attaque, c'est ça le plus dur."
Cette nouveauté, qui modifie la "philosophie de travail" des concurrents selon lui, pourrait à l'avenir être généralisée. Fini donc le travail de recherche en amont.
"Il faut réfléchir encore plus vite", estime Mathieu Baumel. "Parce que ce travail-là, tu le fais pendant la course au moment d'expliquer (au pilote) ce que tu vois sur le road-book par rapport à ce que lui voit en réalité."
Le changement a été accueilli avec prudence par les équipes mais semble aujourd'hui faire l'unanimité.
"A l'époque où on nous a dit qu'on allait avoir le road-book le matin, je me suis dit +Mince, on perd la valeur ajoutée que je peux apporter à l'équipage comparé aux collègues+. Mais finalement c'est encore plus compliqué, donc la place du navigateur a encore pris un grade supplémentaire", estime ce travailleur de l'ombre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.