Rhamna Innovation Lab désormais fonctionnel    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar chez son allié grec avant la conférence de Berlin
Publié dans Libération le 18 - 01 - 2020

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est de la Libye qui s'oppose au gouvernement de Tripoli, a entamé vendredi un nouveau round d'entretiens à Athènes, lors d'une halte surprise chez son allié deux jours avant la conférence de paix de Berlin à laquelle le gouvernement grec exige de participer.
La Grèce n'a cessé de renforcer ses relations avec le maréchal Haftar après la signature d'un accord controversé sur le partage des eaux en Méditerranée entre la Turquie et le gouvernement de Tripoli.
La Libye, qui dispose des plus importantes réserves africaines de pétrole, est minée par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute et la mort en 2011 du dictateur Mouammar Kadhafi, après une révolte populaire et une intervention militaire menée par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.
Les forces du maréchal Haftar ont lancé en avril 2019 une offensive pour tenter de s'emparer de Tripoli. Plus de 280 civils ont été tués depuis, de même que plus de 2.000 combattants, selon l'ONU. Quelque 146.000 Libyens ont dû fuir les combats. Une cessation des hostilités, globalement respectée, est en vigueur depuis dimanche.
Dès son arrivée surprise jeudi soir à Athènes à bord d'un avion privé, le maréchal Haftar s'était rendu dans un hôtel de la capitale où il a rencontré le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias pour de premiers entretiens, selon les images diffusées par les télévisions locales.
Il a été accueilli vendredi matin par le même Nikos Dendias sur le perron du ministère grec des Affaires étrangères où les deux hommes ont entamé de nouveaux entretiens, après une poignée de main devant les médias. Haftar avait déjà rencontré Dendias le mois dernier dans son fief de Benghazi, dans l'est de la Libye.
Le maréchal devait également être reçu en début d'après-midi par le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis dans son bureau du parlement, ont indiqué des sources proches des discussions.
Au grand dam de son gouvernement, la Grèce n'a pas été jusqu'ici invitée à la conférence de Berlin, malgré ses pressions pour y participer. Cette conférence vise à lancer un processus de paix en Libye sous l'égide de l'ONU.
"La Grèce va continuer à faire pression pour participer" à la conférence de Berlin, estimant que le pays a un rôle à jouer dans "toutes les procédures concernant la région" de Méditerranée, a indiqué jeudi Stelios Petsas, porte-parole du gouvernement grec.
Athènes s'oppose aux accords conclus le 27 novembre par le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, et par le président turc Recep Tayyip Erdogan, principal soutien de M. Sarraj face au maréchal Haftar.
Ces accords permettent à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale. M. Erdogan a déclaré jeudi que son pays allait commencer "dès que possible" à faire des forages dans ces zones contestées riches en hydrocarbures.
Dans un communiqué commun publié il y a une semaine, Chypre, l'Egypte, la France et la Grèce ont jugé ces accords "nuls et non avenus".
Le Premier ministre grec a averti jeudi que la Grèce mettrait son veto au sein de l'Union européenne à tout accord de paix en Libye si les accords Ankara-Tripoli ne sont pas annulés. Il a aussi déclaré qu'exclure la Grèce de la conférence de Berlin était "une erreur".
Ankara soutient militairement le gouvernement de M. Sarraj et a annoncé l'envoi de troupes en Libye pour l'aider à repousser les assauts des forces du maréchal Haftar. Celui-ci bénéficie de l'appui des Emirats arabes unis et de l'Egypte, deux adversaires de la Turquie.
M. Sarraj a confirmé jeudi, via son service de presse à Tripoli, qu'il participerait à la conférence de Berlin.
M. Haftar s'est dit prêt sur le principe à s'y rendre lui aussi.
Le maréchal Haftar avait quitté dimanche Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu après des discussions organisées sous l'égide de la Russie, qui soutient Khalifa Haftar, et de la Turquie, alliée du camp Sarraj.
M. Sarraj a, lui, signé l'accord de cessez-le-feu. MM. Haftar et Sarraj ne se sont pas directement rencontrés à Moscou.
Plusieurs pays seront représentés à Berlin, dont la Russie, la Turquie, les Etats-Unis, la Chine, l'Italie et la France. Le département d'Etat américain a indiqué que le secrétaire d'Etat Mike Pompeo serait présent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.