Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar chez son allié grec avant la conférence de Berlin
Publié dans Libération le 18 - 01 - 2020

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est de la Libye qui s'oppose au gouvernement de Tripoli, a entamé vendredi un nouveau round d'entretiens à Athènes, lors d'une halte surprise chez son allié deux jours avant la conférence de paix de Berlin à laquelle le gouvernement grec exige de participer.
La Grèce n'a cessé de renforcer ses relations avec le maréchal Haftar après la signature d'un accord controversé sur le partage des eaux en Méditerranée entre la Turquie et le gouvernement de Tripoli.
La Libye, qui dispose des plus importantes réserves africaines de pétrole, est minée par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute et la mort en 2011 du dictateur Mouammar Kadhafi, après une révolte populaire et une intervention militaire menée par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.
Les forces du maréchal Haftar ont lancé en avril 2019 une offensive pour tenter de s'emparer de Tripoli. Plus de 280 civils ont été tués depuis, de même que plus de 2.000 combattants, selon l'ONU. Quelque 146.000 Libyens ont dû fuir les combats. Une cessation des hostilités, globalement respectée, est en vigueur depuis dimanche.
Dès son arrivée surprise jeudi soir à Athènes à bord d'un avion privé, le maréchal Haftar s'était rendu dans un hôtel de la capitale où il a rencontré le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias pour de premiers entretiens, selon les images diffusées par les télévisions locales.
Il a été accueilli vendredi matin par le même Nikos Dendias sur le perron du ministère grec des Affaires étrangères où les deux hommes ont entamé de nouveaux entretiens, après une poignée de main devant les médias. Haftar avait déjà rencontré Dendias le mois dernier dans son fief de Benghazi, dans l'est de la Libye.
Le maréchal devait également être reçu en début d'après-midi par le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis dans son bureau du parlement, ont indiqué des sources proches des discussions.
Au grand dam de son gouvernement, la Grèce n'a pas été jusqu'ici invitée à la conférence de Berlin, malgré ses pressions pour y participer. Cette conférence vise à lancer un processus de paix en Libye sous l'égide de l'ONU.
"La Grèce va continuer à faire pression pour participer" à la conférence de Berlin, estimant que le pays a un rôle à jouer dans "toutes les procédures concernant la région" de Méditerranée, a indiqué jeudi Stelios Petsas, porte-parole du gouvernement grec.
Athènes s'oppose aux accords conclus le 27 novembre par le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, et par le président turc Recep Tayyip Erdogan, principal soutien de M. Sarraj face au maréchal Haftar.
Ces accords permettent à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale. M. Erdogan a déclaré jeudi que son pays allait commencer "dès que possible" à faire des forages dans ces zones contestées riches en hydrocarbures.
Dans un communiqué commun publié il y a une semaine, Chypre, l'Egypte, la France et la Grèce ont jugé ces accords "nuls et non avenus".
Le Premier ministre grec a averti jeudi que la Grèce mettrait son veto au sein de l'Union européenne à tout accord de paix en Libye si les accords Ankara-Tripoli ne sont pas annulés. Il a aussi déclaré qu'exclure la Grèce de la conférence de Berlin était "une erreur".
Ankara soutient militairement le gouvernement de M. Sarraj et a annoncé l'envoi de troupes en Libye pour l'aider à repousser les assauts des forces du maréchal Haftar. Celui-ci bénéficie de l'appui des Emirats arabes unis et de l'Egypte, deux adversaires de la Turquie.
M. Sarraj a confirmé jeudi, via son service de presse à Tripoli, qu'il participerait à la conférence de Berlin.
M. Haftar s'est dit prêt sur le principe à s'y rendre lui aussi.
Le maréchal Haftar avait quitté dimanche Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu après des discussions organisées sous l'égide de la Russie, qui soutient Khalifa Haftar, et de la Turquie, alliée du camp Sarraj.
M. Sarraj a, lui, signé l'accord de cessez-le-feu. MM. Haftar et Sarraj ne se sont pas directement rencontrés à Moscou.
Plusieurs pays seront représentés à Berlin, dont la Russie, la Turquie, les Etats-Unis, la Chine, l'Italie et la France. Le département d'Etat américain a indiqué que le secrétaire d'Etat Mike Pompeo serait présent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.