Rhamna Innovation Lab désormais fonctionnel    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2020

Une forêt qui a servi de refuge à la guérilla durant la sanglante guerre civile au Salvador est aujourd'hui au centre d'un projet éco-touristique monté par d'anciens guérilleros qui ont dû "réinventer" leur vie lors de la signature des accords de paix le 16 janvier 1992, après 12 années de combats.
Les 5.000 hectares de la forêt de Cinquera, située à 70 km au nord-est de San Salvador, comptent plus de 500 essences d'arbres et d'arbustes ainsi qu'une rivière alimentant des étangs et des chutes d'eau.
"Lorsque la guerre a pris fin, nous nous sommes dit: si la forêt nous a sauvé la vie, maintenant c'est à nous de la protéger", explique Rafael Hernandez, un ancien membre de la guérilla marxiste du Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN), âgé aujourd'hui de 57 ans.
Montrant les cicatrices de ses blessures reçues durant les combats acharnés dans la forêt, Rafael Hernandez estime que sa survie tient du "miracle". Blessé une première fois en 1988, il a subi quelques mois après 29 blessures lors de l'explosion d'une mine, se souvient-il.
Après avoir travaillé 18 ans comme garde-forestier, il a été contraint à prendre sa retraite à cause des séquelles de ses blessures. A présent guide touristique dans la forêt, il vit des pourboires que les touristes veulent bien lui donner.
Les combats terminés, la forêt est devenue le centre d'un projet touristique destiné à générer quelques ressources pour les vétérans de la guerre civile et pour les jeunes dans cette région très pauvre, explique le président de l'Association municipale de reconstruction et développement (ARDM), Ivan Hernandez.
Outre la forêt, l'ARDM gère un gîte, une ferme dédiée à l'élevage d'iguanes, ainsi qu'un musée visité chaque année par 24.000 touristes.
Les vestiges de la guerre marquent le paysage de la localité et sont devenus des attractions touristiques.
Deux énormes bombes trônent en face de l'église du village d'environ 1.900 habitants survivant essentiellement grâce à leurs cultures de maïs et de haricots.
Des fusils M-16, AR-15 et Ak-47 servent aussi d'ornement à la grille d'une place voisine, où la queue d'un hélicoptère de l'armée, abattu par la guérilla en 1991, témoigne de la violence des combats à Cinquera.
Les vétérans --de l'armée comme de la guérilla-- reçoivent à partir de l'âge de 55 ans une pension mensuelle de 100 dollars, selon l'ancien commandant de la guérilla Roberto Cañas.
Après la signature des accords de paix mettant fin à la guerre civile qui a fait plus de 75.000 morts et 7.000 disparus, ce sont 7.900 guérilleros du FMLN qui ont déposé les armes. De même, les effectifs de l'armée sont passés de 63.000 à moins de 30.000.
"Après presque trois décennies (de paix), nous voyons qu'il y a eu peu de changement du point de vue social et que les anciens combattants sont toujours dans la misère", se lamente Roberto Cañas.
Selon les statistiques officielles, près de 30% des 6,7 millions de Salvadoriens vivent sous le seuil de pauvreté.
Le maire de Cinquera, Panteleon Noyola, est lui-même un ancien guérillero du FMLN qui avait rejoint les rebelles à l'âge de 13 ans. Après avoir été blessé lors d'un accrochage avec l'armée en 1987, il a été soigné à Cuba, où il a appris à lire.
"Grâce aux efforts de tous", le village a réussi à échapper à la profonde misère et à tenir à l'écart les bandes criminelles qui terrorisent le pays, se félicite l'édile.
"Ce que nous avons de mieux, c'est la sécurité: c'est un village exempt de violence", se réjouit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.