Sahara marocain: un haut responsable nippon réitère la position claire de son pays    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2020

Un feu d'artifice. Une publicité inégalable pour le championnat national. Un modèle d'engagement, d'intensité et de velléités offensives. Les superlatifs manquent pour décrire l'exaltant choc qui a opposé, dimanche soir, la Renaissance sportive de Berkane au Raja de Casablanca, sur la pelouse du stade municipal de Berkane, dont les flancs ont été ratissés comme jamais par les latéraux.
Le score (2-2) aurait pu être nettement plus large d'un côté comme de l'autre, si les attaquants avaient été un poil plus efficaces. Mais faut pas demander la lune non plus. On signe dès maintenant pour des soirées aussi endiablées où il y avait un peu de tout : Des renversements de situations, un attaquant qui marque contre son ex-club, un autre qui revient dans le «game » avec fracas, des réalisations de toute beauté, un coaching inspiré, des tacles assassins avec en point d'orgue l'attentat de Naji sur Benhalib (8') qui aurait dû lui valoir un carton rouge. Et donc, comme d'habitude, des décisions arbitrales pour le moins discutables.
Le ton fut donné dès l'entame du match. Il n'a pas fallu plus de deux minutes aux Verts pour prendre l'avantage par l'intermédiaire de Hafidi. A chaque fois que le feu follet revient de blessure, il nous rappelle combien il nous a manqué. Sa reprise en une touche du plat du pied, à la réception d'un centre de Ben Malongo, étonnamment excentré sur l'action, dit tout du talent qui coule dans les veines de Hafidi. Lui qui a rangé son frein plus d'une année à cause d'une grave blessure au genou.
A vrai dire, au vu de l'apathie de la défense adverse, certainement encore groggy par l'humiliation subie mercredi, on se dit que même sur une jambe et avec un genou en vrac, Hafidi aurait pu marquer les doigts dans le nez. Même si la fenêtre réduite de tir qu'il avait pour envoyer le ballon au fond des filets force l'admiration.
Après le but de Hafidi, excepté un tir vicieux du pointu de Ben Malongo, dévié miraculeusement en corner par Laaroubi (40'), peu de choses se sont passées. La première mi-temps fut pauvre en occasions nettes, contrairement à l'intensité qui n'a pas fait défaut. Mais quand quelques minutes avant la mi-temps, Iajour et Hadraf partirent s'échauffer, il était clair que le second acte de la RSB allait être d'une tout autre facture. Parce que jusque-là, les hommes de Sellami étaient dans le contrôle et la gestion du résultat. Mais ça c'était avant les entrées combinées de Iajour et Hadraf.
Plus mobiles et tranchants dans leurs appels, ils ont mis au supplice leurs anciens coéquipiers dont la sérénité fut ébranlée. Preuve en est cet incompréhensible ballon en retrait de Chakir pour Zniti, qui s'est écrasé sur la transversale du portier, avant de retomber dans les pieds de Iajour. Le néo-Berkani, transfuge du club saoudien du Damac FC, a vu sa volée contrée car il a trop tardé à armer son tir (59'). Puis, la rencontre a basculé dans l'irréel. Avec, tout d'abord, l'égalisation sur un sublime coup franc, signée Nemssaoui. Et quatre minutes plus tard, Iajour, plein d'opportunisme, a ouvert son compteur but, à la réception d'une magnifique tête plongeante de Hadraf sous forme de centre. Une séquence de jeu qui a été à l'origine de trois des quatre buts inscrits en cette soirée. Vous l'avez certainement deviné, le Raja de Casablanca a réussi à recoller au score, sur une action similaire au premier but, à la fois dans sa construction et dans sa conclusion. Une passe de Malongo pour Hafidi (89'), qui loge le ballon en une touche de balle au second poteau.
Déchaîné, le Raja aurait pu l'emporter si Metouali n'avait pas vilipendé un penalty. Comment en aurait-il pu être autrement pour celui qui s'est comparé à Maradona sur les réseaux sociaux, en milieu de semaine. Toutefois, le point du nul se révèle être une bonne opération pour les Verts (4ème avec 21 points), contrairement à Berkane qui commence à faire du surplace en tête du championnat, avec un point engrangé lors des deux derniers matchs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.