Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2020

Sous une serre à flanc de colline, des fèves de cacao bio sèchent depuis plusieurs jours: "C'est notre dernière récolte et nous avons déjà un acheteur!" se réjouit Rubens Costa de Jesus, agriculteur membre de la ferme communautaire "Dois Riachões", qui regroupe 39 familles.
Etablis à 80 kilomètres du littoral de Bahia, au nord-est du Brésil, ces petits paysans autrefois sans terre produisent cacao, légumes et fruits sans utiliser ni engrais ni pesticides chimiques.
Leur production fait partie des quelque 1.900 tonnes de cacao bio produit en 2018 au Brésil, soit moins de 1% de la production nationale.
Tous originaires de la région, ils s'étaient d'abord installés au pied de la ferme "Dois Riachões" en 2001, dans des installations précaires en bord de route. A l'époque, la propriété de quelque 400 hectares appartenait à une grande famille de cacaoculteurs mais ne remplissait pas les critères de productivité imposés par l'Etat.
Six ans plus tard, suite à l'expropriation de la ferme par la justice, les paysans décident, malgré les recours présentés par la propriétaire, de s'installer sur une partie de l'exploitation et d'y cultiver leurs produits selon des principes exclusivement biologiques et un système agroforestier pour le cacao.
Chaque famille est ainsi chargée d'exploiter un lot de 4 hectares de cacaoyers. Un potager communautaire est créé.
En 2018, après l'épuisement des recours, la ferme est confiée par la justice à l'Institut national de la colonisation et réforme agraire (Incra), chargé du foncier agricole, qui accorde alors officiellement aux paysans le droit de rester sur place.
"Auparavant, nous travaillions dans des exploitations de cacao conventionnel, ce qui nous permettait tout juste de survivre. La situation s'est aggravée lorsque les plantations ont été décimées par un champignon surnommé +balai de sorcière+, ce qui a conduit beaucoup de fermes à la faillite. Produire notre propre cacao, qui plus est bio, nous permet enfin de vivre de notre activité", explique Rubens Costa de Jesus, âgé de 31 ans.
Pour écouler leur production croissante, les familles ont d'abord adhéré à un programme public de soutien à la commercialisation des produits de l'agriculture familiale. Mais les achats subventionnés par l'Etat baissant, les exploitants ont dû chercher d'autres débouchés.
En 2016, les paysans ont obtenu une première certification bio auprès du réseau participatif "Peuples de la forêt", accrédité par le ministère de l'Agriculture, qui leur permet de vendre leurs produits sur les marchés bios de Bahia.
Dans le même temps, ils suivent des formations, font pousser des cacaoyers plus résistants, améliorent leurs méthodes et installent une serre pour le séchage des fèves afin d'améliorer leur qualité.
La majeure partie de leur cacao fin est acheté par des marques brésiliennes de chocolat premium. A la demande de leur principal client, l'entreprise Amma Chocolate, qui produit exclusivement du bio et en exporte une partie à l'étranger, la ferme sollicite et décroche en 2018 le label Ecocert, leader mondial de la certification des produits biologiques. Au Brésil, seules deux certifications "cacao bio" ont été attribuées par cet organisme.
"Cette marque nous paye deux fois plus que le prix du marché tout comme notre autre client, l'entreprise Dengo, qui n'achète que du cacao fin, et nous verse une prime supplémentaire de 30% pour le cacao bio. Cela nous a permis de tripler nos revenus", se réjouit le jeune agriculteur.
Les petits producteurs s'apprêtent à inaugurer leur propre fabrique de chocolat, financée grâce à un crédit collaboratif. "Il y a quelques années, personne ici n'avait jamais goûté de chocolat fin", sourit-il.
Au Brésil, le nombre de cacaoculteurs ayant la certification nationale bio est inférieur à 400 et leur production reste encore faible, notamment en raison "de la difficulté de commercialisation du produit" dans certaines régions, tempère cependant Manfred Willy Müller, coordinateur au sein de la Commission exécutive du plan de la culture cacaotière (Ceplac), liée au ministère de l'Agriculture.
Ainsi l'an passé, dans l'Etat du Para (nord), 85% de la production de cacao bio d'un groupe de coopératives regroupant 126 agriculteurs a dû être vendue en conventionnel par manque de structure commerciale, a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.