Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Grèce élit sa première femme à la présidence de la République
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2020

La magistrate Ekaterini Sakellaropoulou, 63 ans, a été élue mercredi à une grande majorité présidente de la République hellénique, devenant la première femme de l'histoire de la Grèce à accéder à ce poste essentiellement honorifique.
Cheveux noirs coupés au carré et petites lunettes rondes, l'actuelle présidente du conseil d'Etat, fervente défenseuse de l'environnement, a été élue dès le premier tour du scrutin, sur proposition du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, par 261 députés sur 300.
"Ekaterini Sakellaropoulou est élue présidente de la République", a déclaré le président du parlement Costas Tassoulas, à l'issue du vote à la Vouli (parlement).
Cette juge expérimentée prêtera serment le 13 mars, le jour même de la fin du mandat de son prédécesseur, le conservateur Prokopis Pavlopoulos.
Ekaterini Sakellaropoulou est présentée comme la candidate de "l'unité" et du "progrès" par le chef du gouvernement conservateur, qui l'a habilement choisie à ce poste car elle transcende les divisions partisanes traditionnelles.
Avec plus des 200 suffrages requis par la Constitution hellénique, elle a été élue pour un mandat de cinq ans renouvelable par les députés du parti conservateur au pouvoir Nouvelle Démocratie, de Syriza, le parti de gauche de l'ancien Premier ministre Alexis Tsipras, et du mouvement de centre-gauche Kinal.
A peine son nom a-t-il surgi le 15 janvier lors d'une allocution télévisée solennelle de Kyriakos Mitsotakis que la candidate a d'emblée fait consensus dans une société pourtant singulièrement patriarcale, en queue du peloton européen en matière de parité.
"Le moment est venu pour la Grèce de s'ouvrir sur l'avenir", avait plaidé le Premier ministre conservateur, qui fut critiqué dès sa prise de fonctions en nommant deux femmes ministres seulement dans son gouvernement.
"Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, la société grecque est encore marquée par la discrimination contre les femmes", avait-il reconnu. Mais "cela change désormais, en commençant par le sommet".
Dans un pays où une femme sur cinq est au chômage, Mme Sakellaropoulou avait déjà ouvert une brèche en devenant la première femme à la tête de la plus haute cour du pays en octobre 2018, sur proposition du Premier ministre d'alors, Alexis Tsipras.
"Elle a toujours vigoureusement servi la justice, la protection des droits individuels et la neutralité religieuse de l'Etat.
Son élection récompensera les valeurs progressistes qu'elle a défendues en tant que juge", s'était félicité Alexis Tsipras, désormais chef de l'opposition de gauche, qui s'est rangé pour ce vote derrière son rival de droite.
Diplômée de droit constitutionnel et de droit de l'environnement à Athènes et à Paris-Sorbonne, cette juge et fille de juge de la Cour suprême a défendu les droits des réfugiés, des minorités et les libertés civiles.
Mais elle s'est surtout distinguée dans des dossiers de protection de l'environnement, tout en veillant à préserver l'investissement dans une Grèce frappée par une décennie de crise. Elle a été d'ailleurs critiquée pour avoir défendu un projet d'investissement controversé d'une compagnie minière canadienne dans le Nord du pays.
Dans un pays qui sort à peine la tête de l'eau, son élection pour un mandat de cinq ans est considérée comme un atout pour le gouvernement conservateur, qui table sur l'énergie verte pour redresser la Grèce.
Sans appartenance politique, cette féministe, divorcée et mère d'un enfant, passe ainsi des plus hautes fonctions de la justice à celles de l'Etat.
"Cette nomination est une réussite significative et stratégique qui ouvrira de nouvelles perspectives à l'avenir", a écrit l'éditorialiste Elias Maglinis dans le quotidien conservateur Kathimerini.
"D'un côté, elle désarme l'opposition mais, plus important encore, elle apporte un esprit de consensus indispensable en ces temps difficiles en politique étrangère", a-t-il estimé, en référence aux tensions actuelles avec la Turquie voisine sur les questions d'exploration énergétique, de frontières maritimes et de flux migratoire.
Doté de fonctions essentiellement symboliques, le chef de l'Etat et des forces armées a, selon la Constitution hellénique, le pouvoir de déclarer la guerre, mais uniquement sous la supervision du gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.