Des directives pour protéger l'ordre public économique    Centres d'appels: «Nous contribuons à relever les minima sociaux du pays»    Réalité virtuelle: La technologie du vidéo gaming s'invite dans la formation    Irrigation: Une solution pour économiser l'eau    Les Algériens défilent toujours    Brèves    Météo: le temps qu'il fera ce jeudi au Maroc    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Affaire "Hamza mon bb": le hacker condamné n'en a pas fini avec les ennuis    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Le Maroc tance de nouveau Amnesty International    Nasser Bourita : les relations maroco-mauritaniennes sont à leur meilleur niveau    Examen des relations entre le Maroc et la région de Valence    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    La Côte d'Ivoire inaugure son consulat général à Laâyoune    Ligue des champions : Dortmund et Atlético s'en tirent à bon compte    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Le Maroc se porte candidat pour organiser la finale de la Ligue des Champions africaine 2020    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    OMS : la pneumonie Covid-19 s'avère bénigne dans quatre cas sur cinq    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Bourita : Le Sahara marocain est un « pôle de coopération Sud-Sud »    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Piers Faccini, le maître de la complainte
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2020

Qu'il la chante en anglais, en malinké, créole réunionnais, dialecte sicilien, en français ou en arabe, le chanteur folk Piers Faccini est passé maître dans l'art de la complainte qui, selon lui, n'est pas synonyme de tristesse, mais mène à l'apaisement.
"Quand les gens me disent +cette musique-là, elle est trop triste+, je leur réponds que les musiques mélancoliques me donnent une forme de bonheur, parce que je me dis que c'est la vie exprimée", affirme le chanteur anglo-italo-français.
Le choix de cette forme de chansons, le côté céleste qu'il leur donne avec des arrangements raffinés, l'atmosphère recueillie qui s'en dégage, lui ont rapidement valu d'être comparé à Leonard Cohen.
Mais autant la voix du barde canadien est caverneuse, autant celle de Piers Faccini est plutôt haute et aérienne.
Sur son nouveau EP 4 titres, "Hear my Voice", Piers Faccini se penche cette fois au chevet du blues, de la soul et du gospel, qu'il éclaire à la lueur d'arrangements soignés venus de sa culture anglo-saxonne.
Ce musicien revendique l'héritage des pères de la folk anglaise, Bert Jantsch, John Martyn ou John Renbourn, "à la fois très ancrés dans quelque chose de très ancien, fins connaisseurs des musiques du monde et de la musique américaine".
Il distillait ses nouvelles compositions en concert jeudi et vendredi à l'église Saint-Jean de Montmartre, à Paris. Il affectionne les églises pour l'acoustique qu'elles renvoient.
"La complainte, c'est l'expression de la condition existentielle de l'humain. On la retrouve dans plein d'endroits du monde. Il y a une complémentarité entre une complainte des Pouilles ou un blues en mode mineur du Mississipi", estime Piers Faccini.
Son esprit de curiosité, toujours aiguisé à presque 50 ans, il l'a acquis dès l'enfance. Grâce à son père, chercheur-pathologiste, qui étudiait au microscope le comportement de cellules malades et les montrait à son fils, fasciné.
"S'il n'était pas auteur de chansons et si je ne suis pas médecin, au final on passe notre temps à observer. Et de cette observation naît une intuition", explique Piers Faccini.
Cet artiste a tout d'abord mis ce sens de l'observation au service de la peinture et des arts plastiques. "Je ne me destinais pas à être musicien", confesse celui qui intègre en 1989, après le lycée, une école d'art à Chelsea, avant de suivre à Paris un amour de jeunesse.
Il y fera le bonheur des Beaux-Arts. Celui qui a traversé les années 70 et 80 entre la musique de chambre qu'écoutaient ses parents et celles de ses grands-frères - Bob Marley, Dylan, The Clash, Neil Youg... - y développera aussi ses talents de chanteur.
Grâce à l'écoute de vieux disques, à l'écriture de musiques pour la TV anglaise et aux rencontres dont celle, fondamentale, avec le violoncelliste Vincent Segal.
"Lorsque j'ai réalisé mon album solo, T-Bone Guarnerius, j'ai fait appel à Piers que l'on n'avait jamais véritablement entendu en France. Je voulais que le public découvre et aime cette voix", a déclaré Vincent Segal à propos de celui qui, plus qu'un complice musical, est devenu un ami.
La bascule se fait lorsque Piers Faccini monte à la fin des années 90 le groupe Charlie Marlowe. De ce qui était jusqu'alors une passion, il va en faire un métier.
Il s'y est fait une belle place, en publiant depuis 2004 huit albums sous son nom, sans compter de nombreuses collaborations. Parmi les plus récentes : une participation sur le prochain album du joueur de kora malien Ballaké Sissoko.
D'un père trop tôt disparu, qui travaillait souvent dans la maison familiale, au coeur de la campagne anglaise ou française, Piers Faccini a aussi hérité l'amour de la nature.
Depuis une quinzaine d'années, cet homme a l'apparence tranquille d'un "gentleman farmer" a fait d'une maison des Cévennes, où il vit avec sa femme napolitaine et leurs deux fils, son laboratoire. Il continue d'y tendre l'oreille sur le monde et lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.