Le Maroc et la Mauritanie veulent renforcer leur partenariat    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2020

La ministre française des Armées Florence Parly, attendue lundi à Washington, tentera de convaincre le Pentagone de ne pas retirer ses moyens militaires au Sahel, précieux soutien des troupes françaises aujourd'hui sous pression pour obtenir des résultats dans la lutte antijihadiste.
Au menu des discussions entre les deux alliés figurera également l'avenir de la coalition internationale anti-Etat islamique (EI) en Irak et Syrie, dans un contexte régional tendu.
Le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a récemment prévenu que les Etats-Unis entendaient réduire leur présence en Afrique, au moment même où Paris et ses partenaires sahéliens viennent d'annoncer des efforts accrus pour tenter de venir à bout de groupes jihadistes dont les attaques se multiplient.
Un retrait américain d'Afrique de l'Ouest constituerait un coup dur pour les 4.500 soldats français de l'opération Barkhane, déployés au Mali, au Niger et au Burkina Faso. Washington fournit en effet à Barkhane des capacités de renseignement et de surveillance, notamment grâce à ses drones, du ravitaillement en vol et du transport logistique, pour un coût de 45 millions de dollars par an.
"L'engagement américain est crucial dans la région car ils fournissent des capacités critiques, dont certaines ne sont pas substituables", avertit l'exécutif français.
Un retrait militaire américain en Afrique "serait une mauvaise nouvelle pour nous", avait de son côté admis le président Emmanuel Macron, lors d'un sommet à Pau (sud-ouest de la France) le 13 janvier avec les chefs d'Etat sahéliens, qui ont eux-mêmes pressé Washington de maintenir ses opérations.
"J'espère pouvoir convaincre le président Trump que la lutte contre le terrorisme se joue aussi dans cette région, et que le sujet libyen n'est pas séparable de la situation au Sahel et dans la région du lac Tchad", avait insisté le chef de l'Etat français, évoquant le risque de "prolifération du terrorisme".
"Comme l'a affirmé Florence Parly lors de son déplacement au Sahel (lundi et mardi, ndlr), il faut éviter qu'un rééquilibrage stratégique ne se fasse au détriment de notre action en bande sahélo-saharienne", a renchéri jeudi le porte-parole de l'état-major français, le colonel Frédéric Barbry.
De l'autre côté de l'Atlantique, la discussion reste ouverte. "La question sur laquelle nous travaillons avec les Français, c'est le niveau de soutien que nous leur apportons. Est-ce trop? Est-ce trop peu? Est-ce que c'est ce qu'il faut?", notait mi-janvier le général Milley.
"Très franchement, aucune décision n'a encore été prise", a assuré mercredi le ministre américain de la Défense, Mark Esper, qui recevra Mme Parly lundi.
Mais pour les Etats-Unis, "la mission numéro un est la compétition avec la Russie et la Chine", comme l'énonce la Stratégie nationale de défense américaine de 2018, a rappelé le chef du Pentagone. Et "sur le plan du contre-terrorisme, je veux m'assurer que nous répondions en priorité aux menaces contre notre territoire national".
Les Etats-Unis comptent entre 6.000 et 7.000 soldats dans l'Ouest du continent mais aussi à l'Est, notamment en Somalie. A Washington, Paris pourrait bénéficier de l'appui de parlementaires américains, démocrates comme républicains - dont le sénateur Lindsay Graham, très proche de Donald Trump - qui, dans trois lettres distinctes, ont récemment enjoint Mark Esper de ne pas retirer de moyens au commandement militaire américain en Afrique (Africom).
Mme Parly abordera également avec son homologue un autre dossier brûlant: le devenir de la coalition internationale anti-EI en Syrie et Irak, emmenée par Washington, dont la France souhaite ardemment la poursuite des opérations sous peine que le groupe jihadiste, auteur d'une série d'attentats sur son territoire, ne se reconstitue.
Mais la situation est volatile. Le Parlement irakien a voté début janvier en faveur du retrait des forces étrangères d'Irak - dont 5.200 soldats américains et quelque 150 Français. Une décision prise au surlendemain de la mort de l'emblématique général iranien Qassem Soleimani, tué par un tir de drone américain à Bagdad.
Or, l'Irak sert de base arrière pour les opérations de contre-terrorisme menées en Syrie, où sont en outre détenus des milliers de jihadistes dont des Occidentaux, fait-on valoir de source française.
Le président américain Donald Trump et son homologue irakien Barham Saleh se sont mis d'accord mercredi à Davos sur la nécessité de maintenir leur coopération militaire. Sans fournir de détails.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.