L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2020

La ministre française des Armées Florence Parly, attendue lundi à Washington, tentera de convaincre le Pentagone de ne pas retirer ses moyens militaires au Sahel, précieux soutien des troupes françaises aujourd'hui sous pression pour obtenir des résultats dans la lutte antijihadiste.
Au menu des discussions entre les deux alliés figurera également l'avenir de la coalition internationale anti-Etat islamique (EI) en Irak et Syrie, dans un contexte régional tendu.
Le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a récemment prévenu que les Etats-Unis entendaient réduire leur présence en Afrique, au moment même où Paris et ses partenaires sahéliens viennent d'annoncer des efforts accrus pour tenter de venir à bout de groupes jihadistes dont les attaques se multiplient.
Un retrait américain d'Afrique de l'Ouest constituerait un coup dur pour les 4.500 soldats français de l'opération Barkhane, déployés au Mali, au Niger et au Burkina Faso. Washington fournit en effet à Barkhane des capacités de renseignement et de surveillance, notamment grâce à ses drones, du ravitaillement en vol et du transport logistique, pour un coût de 45 millions de dollars par an.
"L'engagement américain est crucial dans la région car ils fournissent des capacités critiques, dont certaines ne sont pas substituables", avertit l'exécutif français.
Un retrait militaire américain en Afrique "serait une mauvaise nouvelle pour nous", avait de son côté admis le président Emmanuel Macron, lors d'un sommet à Pau (sud-ouest de la France) le 13 janvier avec les chefs d'Etat sahéliens, qui ont eux-mêmes pressé Washington de maintenir ses opérations.
"J'espère pouvoir convaincre le président Trump que la lutte contre le terrorisme se joue aussi dans cette région, et que le sujet libyen n'est pas séparable de la situation au Sahel et dans la région du lac Tchad", avait insisté le chef de l'Etat français, évoquant le risque de "prolifération du terrorisme".
"Comme l'a affirmé Florence Parly lors de son déplacement au Sahel (lundi et mardi, ndlr), il faut éviter qu'un rééquilibrage stratégique ne se fasse au détriment de notre action en bande sahélo-saharienne", a renchéri jeudi le porte-parole de l'état-major français, le colonel Frédéric Barbry.
De l'autre côté de l'Atlantique, la discussion reste ouverte. "La question sur laquelle nous travaillons avec les Français, c'est le niveau de soutien que nous leur apportons. Est-ce trop? Est-ce trop peu? Est-ce que c'est ce qu'il faut?", notait mi-janvier le général Milley.
"Très franchement, aucune décision n'a encore été prise", a assuré mercredi le ministre américain de la Défense, Mark Esper, qui recevra Mme Parly lundi.
Mais pour les Etats-Unis, "la mission numéro un est la compétition avec la Russie et la Chine", comme l'énonce la Stratégie nationale de défense américaine de 2018, a rappelé le chef du Pentagone. Et "sur le plan du contre-terrorisme, je veux m'assurer que nous répondions en priorité aux menaces contre notre territoire national".
Les Etats-Unis comptent entre 6.000 et 7.000 soldats dans l'Ouest du continent mais aussi à l'Est, notamment en Somalie. A Washington, Paris pourrait bénéficier de l'appui de parlementaires américains, démocrates comme républicains - dont le sénateur Lindsay Graham, très proche de Donald Trump - qui, dans trois lettres distinctes, ont récemment enjoint Mark Esper de ne pas retirer de moyens au commandement militaire américain en Afrique (Africom).
Mme Parly abordera également avec son homologue un autre dossier brûlant: le devenir de la coalition internationale anti-EI en Syrie et Irak, emmenée par Washington, dont la France souhaite ardemment la poursuite des opérations sous peine que le groupe jihadiste, auteur d'une série d'attentats sur son territoire, ne se reconstitue.
Mais la situation est volatile. Le Parlement irakien a voté début janvier en faveur du retrait des forces étrangères d'Irak - dont 5.200 soldats américains et quelque 150 Français. Une décision prise au surlendemain de la mort de l'emblématique général iranien Qassem Soleimani, tué par un tir de drone américain à Bagdad.
Or, l'Irak sert de base arrière pour les opérations de contre-terrorisme menées en Syrie, où sont en outre détenus des milliers de jihadistes dont des Occidentaux, fait-on valoir de source française.
Le président américain Donald Trump et son homologue irakien Barham Saleh se sont mis d'accord mercredi à Davos sur la nécessité de maintenir leur coopération militaire. Sans fournir de détails.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.