Interpellation d'une trentenaire pour trafic de psychotropes à Casablanca    Coronavirus : une cellule de crise créée au sein du consulat général du Maroc à Vérone    Le Roi adresse un message de félicitations au Sultan de Brunei Darussalam    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires
Publié dans Libération le 28 - 01 - 2020

«Avec votre présence dans la ville de Larache, vous annoncez aux amis que l'USFP est de retour, et vous dites aux adversaires que leur travail de sape et leur désinformation sont des tentatives vaines. Avec votre présence massive, vous leur dites aujourd'hui que nous existons et que toutes les manœuvres sont tombées aujourd'hui à l'eau à Larache grâce à la commémoration du 60ème anniversaire de la création de l'USFP». C'est ainsi que le Premier secrétaire du parti de la Rose, Driss Lachguar, s'est exprimé vendredi dernier lors d'un grand meeting organisé à Larache en présence de Habib El Malki, président du Conseil national du parti et président de la Chambre des représentants, de Mohamed Benabdelkader, ministre de la Justice, des membres du Bureau politique Abdelhamid Jmahri et Mehdi Mezouari, des membres du secrétariat régional du Nord, des membres du Conseil national de l'USFP, ainsi que des membres des sections et des provinces de cette région, en plus de Micaela Navarro, présidente du Parti socialiste ouvrier espagnol d'Andalousie.
Le dirigeant ittihadi a souligné en l'occasion que "si la création du parti a été initiée dans la région du Souss avant de s'étendre à Casablanca, alors je peux dire qu'aujourd'hui que nous sommes à Larache qui n'est qu'à quelques kilomètres de Tanger, ville qui a abrité la conférence de 1958 au cours de laquelle les représentants des mouvements de libération nationale de Tunisie, d'Algérie et du Maroc ont proclamé solennellement leur foi en l'unité du Maghreb... Nous nous souvenons tous de l'étape qui a suivi l'indépendance du Maroc et de l'appel lancé par nos dirigeants et ceux de nos frères au Parti de l'Istiqlal pour la tenue d'un sommet maghrébin des partis qui se sont battus pour la liberté». Il a, à ce propos, affirmé que l'USFP a poursuivi «la lutte pour la démocratie et l'unité du Maghreb pendant soixante ans».
La situation chaotique dans la région a été évoquée par le Premier secrétaire de l'USFP. «Vous voyez avec un pincement au cœur ce qui se passe à l'Est, et c'est une occasion dont nous profitons pour dire en toute responsabilité à nos frères algériens de mettre fin à leur aberration! Nous nous devons ensemble de regarder vers l'avenir afin que nous puissions être le modèle à suivre».
Pour étayer sa thèse, le Premier secrétaire de l'USFP a fait la comparaison de la situation entre les deux rives de la Méditerranée. Dans ce sens, il a déclaré : «Nous aurions pu décoller dès 1959 alors que l'Espagne et le Portugal n'ont pu le faire qu'au milieu des années 70 et 80, mais malheureusement, notre pays a dû faire face à plusieurs obstacles. Notamment à la question de son intégrité territoriale et les souffrances qu'il a dû endurer dans certaines étapes historiques. Sans cela, il aurait donc été possible de parler positivement de l'indicateur de la démocratie au Maghreb de la manière dont tout le monde parle aujourd'hui à propos de l'Espagne». Et d'ajouter : «Chaque évaluation objective nous fait dire que nos voisins algériens dressent toujours les mêmes obstacles devant nous, mais cela ne nous a pas empêchés d'arriver à un consensus presqu'international sur nos droits légitimes et de bénéficier de soutiens indéfectibles à notre cause nationale et, en particulier, au projet d'autonomie concernant nos provinces sahariennes. Nous sommes donc fort aise en voyant le nombre des pays qui ont retiré leur reconnaissance de la république fantasmagorique».
Driss Lachguar a, par ailleurs, noté que l'USFP est pionnier en matière d'élaboration de modèles de développement. Le premier, par Abderrahim Bouabid et le deuxième, par Abderrahmane El Youssoufi.
Il a déclaré à cet égard: «Nous, à l'USFP, nous avons le droit d'être fiers de l'effort que nous avons consenti afin que notre pays puisse être au sommet. Et c'est l'USFP qui a été le premier à lancer, après l'indépendance, un projet de développement via le gouvernement Abdellah Ibrahim, dans lequel notre frère Abderrahim Bouabid dirigeait le département de l'Economie et des Finances».
Ce projet de développement a été lancé par le gouvernement d'Abdellah Ibrahim à travers la nationalisation des ressources hydriques, la réforme de l'éducation, le lancement des travaux d'édification des infrastructures et l'indépendance de la monnaie marocaine. Des institutions qui constituent le levier du développement ont été mises en place. Notamment la CDG, la BNDE, et d'autres institutions similaires. Un projet sidérurgique, qui aurait été une base industrielle pour le développement du Maroc, a été initié durant cette période. Mais malheureusement, ce modèle de développement initié par le Parti des Forces populaires n'a pas abouti. Plus, il a été combattu surtout durant les années de plomb et de fraudes électorales.
Selon Driss Lachguar, cette situation a conduit notre pays à une crise cardiaque et, une fois de plus, l'USFP a été amené à lancer un nouveau projet de développement sous le gouvernement présidé par Abderrahmane El Youssoufi.
«L'opinion publique se souvient, comme vous vous en souvenez tous, des réalisations du gouvernement de l'Alternance. De grands chantiers ont été lancés : des autoroutes s'étendent aujourd'hui d'Oujda à Souss et des réalisations majeures ont été initiées en matière de centres hospitaliers universitaires, de généralisation de la scolarité et de lutte contre l'analphabétisme… », a-t-il mis en exergue.
Concernant le nouveau modèle de développement, Driss Lachguar a souligné que «anotre pays est en train de préparer un nouveau projet de développement, et nous devons tous nous rappeler que chaque fois que nous progressons, notre pays se doit de se doter d'un nouveau projet de développement parce que tous les objectifs que nous nous étions fixés dans les projets de développement antérieurs n'ont pas été menés à bon port car leur gouvernance n'était pas au diapason. Il n'y a pas de développement sans bonne gouvernance, ni de bonne gouvernance sans véritable démocratie. La situation de notre pays ne s'est pas redressée, ceci n'autant plus que les parasites électoraux sont toujours en vie».
Driss Lachguar s'est, par la suite, adressé à tous les acteurs politiques pour leur demander d'ouvrir, dès aujourd'hui et non à la veille du scrutin, un débat sérieux et responsable sur les prochaines échéances électorales.
«Nous n'accepterons pas qu'on nous invite, à la veille des élections, à réaliser un consensus qui ne corrige pas les dysfonctionnements du processus électoral», a martelé le Premier secrétaire de l'USFP qui a, par ailleurs, félicité le Parti socialiste ouvrier espagnol qui dirige actuellement le gouvernement espagnol.
A la fin de ce meeting, des figures historiques de l'USFP ont été honorées avec, à leur tête, l'ancien membre du Bureau politique et dernier président de l'UNEM, Mohamed Boubekri, l'historien de Larache et fondateur de la section de l'USFP à Ksar el-Kébir, Mohamed ben Ahmed Akhrif et le défunt Abdul Hamid Aqqa, l'un des symboles syndicaux et militants du parti qui fait également partie des fondateurs de l'Union nationale de l'agriculture.
L'Union socialiste des femmes ittihadies de Larache a également été honorée lors de ce grand rendez-vous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.