Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé
Publié dans Libération le 14 - 02 - 2020

Convaincu d'oeuvrer pour le bien des Italiens, le souverainiste Matteo Salvini est sûr qu'il reviendra au pouvoir et son renvoi en justice pour avoir bloqué un bateau de migrants quand il était ministre de l'Intérieur n'est pour lui qu'une péripétie dans sa stratégie de reconquête.
"Mes deux enfants ont le droit de savoir que, si leur papa était souvent loin de la maison, ce n'est pas parce qu'il passait son temps à séquestrer des êtres humains mais parce que défendre les frontières et la sécurité de son pays était son devoir", a lancé Matteo Salvini mercredi devant les sénateurs.
"Or tout le monde en Italie, qu'on me trouve sympathique ou antipathique, savait et sait qu'en votant pour la Ligue, en votant pour Salvini, nous aurions tout fait pour bloquer les débarquements d'immigrés clandestins", a-t-il ajouté.
Après avoir échoué fin janvier à s'emparer avec son parti de la région d'Emilie-Romagne, fief de la gauche dont il voulait se servir comme marche-pied pour reconquérir le pouvoir, le patron de l'extrême droite a encaissé un nouveau coup dur mercredi avec son renvoi devant les juges décidé par le Sénat.
Mais l'ancien sécessionniste lombard n'est pas du genre à s'avouer vaincu. "Les adversaires doivent être battus dans les urnes, pas dans les tribunaux", a affirmé mercredi, celui qui ne cesse de réclamer des législatives anticipées, fort des sondages qui donnent la Ligue en tête, avec environ 30% d'intentions de votes.
Prolixe et déterminé, ce Milanais de 46 ans, arrivé en 2013 à la tête d'un parti au bord du gouffre, a fait de la Ligue (anciennement "du Nord") une formation nationaliste triomphante qui a dépassé dans les urnes son allié de droite Silvio Berlusconi avant de le lâcher pour former une majorité gouvernementale avec les anti-système du M5S.
Fils d'un chef d'entreprise, Matteo Salvini est né et a grandi dans la capitale lombarde: collège catholique, scoutisme et matches du Milan AC, puis militantisme, petits boulots et quelques cours à la fac. Il a adhéré à la Ligue du Nord dès l'âge de 17 ans et a été élu conseiller municipal de Milan à 20 ans. Il est ensuite devenu journaliste au quotidien La Padania et à la radio Padania Libera, deux organes proches de son parti qui lui ont permis de peaufiner son aisance orale. Et en 2004, cet eurosceptique est entré au Parlement européen.
Mais à mesure que son étoile personnelle montait, son parti s'enfonçait dans la crise. Son patron et fondateur Umberto Bossi, diminué par une attaque cérébrale en 2004, a été balayé par un scandale de détournement de fonds publics en 2012. Aux législatives de 2013, le parti est tombé à 4%. Arrivé à sa tête fin 2013, M. Salvini a changé le discours du parti, tournant vers Bruxelles les diatribes que son mentor Bossi lançait contre le gaspillage et les "diktats" de Rome.
Cet homme portant la barbe, rétif aux costumes-cravate, paraissant toujours en colère et d'un aplomb sans faille est vite devenu omniprésent dans les médias, avec un ton direct s'embarrassant rarement du politiquement correct.
Allié avec le Rassemblement national de Marine Le Pen, grand admirateur de Vladimir Poutine et de Donald Trump, il s'en prend avec virulence aux immigrés, à l'islam, à l'euro, aux unions homosexuelles... "J'ai tout entendu: je suis un criminel, un raciste, un fasciste", lance-t-il régulièrement. Mais "je suis communiste à l'ancienne, je connais plus d'usines que ces gens (de gauche) qui ne fréquentent que des banquiers".
Il se présente aussi en défenseur des valeurs chrétiennes, malgré une critique virulente des efforts du pape François en faveur des migrants et une vie privée agitée: il a eu deux enfants de deux femmes différentes, s'est séparé fin 2018 de sa compagne animatrice de télévision avant de s'afficher avec une jeune femme de 20 ans sa cadette.
Devenu ministre de l'Intérieur, en juin 2018 il n'a pas souvent mis les pied au ministère, préférant enchaîner les déplacements et meetings, en perpétuelle campagne.
Partout, il insiste sur son intransigeance face aux migrants, même si les flux avaient déjà drastiquement baissé avant lui et même si sa politique des "ports fermés" n'a pas empêché des centaines d'arrivées chaque mois.
Parmi ses promesses tenues, il a supprimé les permis de séjour humanitaires, élargi la notion de légitime défense, renforcé les services de police, durci les conditions d'entrée dans les eaux territoriales pour limiter la marge de manoeuvre des ONG qui viennent en aide aux migrants.
En revanche, la stagnation économique a hypothéqué ses promesses de baisses spectaculaires d'impôts et une enquête est en cours sur des soupçons de financement de son parti par la Russie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.