Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid
Publié dans Libération le 15 - 02 - 2020

Un virage à 180 degrés : après avoir condamné l'Espagne en 2018, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) l'a disculpée jeudi, jugeant qu'elle n'avait pas enfreint le droit en expulsant sans délai des migrants entrés en force du préside occupé de Mellilia.
Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, au pouvoir depuis juin 2018, «respecte» les décisions judiciaires, a simplement indiqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur, alors que l'arrêt de la Cour était très critiqué en Espagne par les organisations de défense des droits humains.
La décision surprise, rendue par la Grande Chambre de la CEDH - sa formation suprême dont les arrêts sont définitifs - prend le contrepied d'une première décision de la juridiction rendue le 3 octobre 2017.
Initialement saisie par deux ressortissants malien et ivoirien, elle avait condamné Madrid pour avoir renvoyé immédiatement en août 2014 vers le Maroc les deux hommes qui venaient de poser le pied à Mellilia.
Ce préside occupé constitue avec Sebta la seule frontière terrestre entre l'Afrique et l'Europe et des centaines de personnes tentant chaque année d'y entrer en franchissant de très hautes clôtures.
Les deux requérants avaient été appréhendés par les policiers espagnols après avoir franchi, avec plusieurs dizaines de migrants, les trois barrières séparant ledit préside du reste du Maroc.
Les deux hommes estimaient avoir fait l'objet d'une expulsion collective «sans examen individuel et en l'absence de toute procédure et assistance juridique». Ils dénonçaient une «politique systématique d'éloignement de migrants sans identification préalable».
En octobre 2017, une Chambre de la Cour leur avait donné raison, en épinglant Madrid pour sa pratique des refoulements à chaud - légalisée en 2014 par les députés espagnols quand la droite était au pouvoir - et régulièrement contestée par les organisations d'aide aux migrants.
Jeudi, la Grande Chambre a renversé cette décision, estimant que les requérants s'étaient mis «eux-mêmes dans une situation d'illégalité» en franchissant «délibérément (...) le dispositif de protection de Mellilia, à des endroits non autorisés et au sein d'un groupe nombreux, en profitant de l'effet de masse et en recourant à la force» lors d'une opération «préalablement organisée».
La CEDH argumente que les requérants avaient «plusieurs possibilités pour solliciter leur admission légale», en demandant un visa ou une protection internationale, mais qu'ils avaient «décidé de ne pas utiliser» ces voies légales.
La juridiction basée à Strasbourg estime en outre qu'ils se sont «eux-mêmes mis en danger en participant à l'assaut» de clôtures de plus de six mètres de haut, qui étaient hérissées de barbelés et de lames tranchantes.
«L'absence de procédure individualisée d'éloignement (est) la conséquence du propre comportement des requérants qui se sont mis eux-mêmes dans une situation d'illégalité», poursuit la CEDH, qui «ne saurait tenir (Madrid) pour responsable de l'absence à Mellilia d'une voie de recours légale» qui leur aurait permis de contester leur refoulement immédiat.
La Grande Chambre conclut «à l'unanimité» des 17 juges qu'il n'y a pas eu violation des articles de la Convention européenne des droits de l'Homme concernant l'interdiction des expulsions collectives et le droit à un recours effectif.
Pour Amnesty International Espagne, cette sentence est «un coup dur pour les réfugiés et les droits des migrants». «Les gens doivent avoir accès aux procédures d'asile et faire appel de toute décision, peu importe la façon dont ils sont entrés dans le pays où ils souhaitent se réfugier», a déclaré la chercheuse Anna Shea au nom d'Amnesty.
L'association espagnole d'aide aux réfugiés CEAR a contesté l'argument de la Cour, selon lequel les deux jeunes Africains auraient pu demander asile au poste frontière, car selon l'ONG, «aucune personne originaire d'Afrique subsaharienne» n'a pu accéder à ce poste depuis sa création».
«Actuellement, beaucoup de personnes - spécialement d'Afrique subsaharienne - sont expulsées collectivement du pays sans (...) pouvoir solliciter l'asile», écrit CEAR.
Avocat d'un des requérants, l'Espagnol Gonzalo Boye a estimé que la sentence était «intenable», les juges établissant «une doctrine qui pourrait se résumer à ce que toute personne qui se place en dehors du cadre légal cesse d'être sujet des droits reconnus dans la Convention».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.