Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Rabat: La majorité des cliniques désertées    Les investissements étrangers en baisse de 19,5% à fin février    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Les réserves des centrales syndicales    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Evacuation du plus grand marché de Laâyoune    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Solidarité nationale : le Groupe CAC contribue à hauteur de 50 millions de DH    Coronavirus : 638 cas confirmés dont 37 décès et 26 guérisons ce mercredi à 13h    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Maroc: voici le dernier délai pour renouveler votre assurance auto    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Coronavirus: les deux prochaines semaines seront “douloureuses”, selon Trump    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insolite : Robot-serveuse à Kaboul
Publié dans Libération le 18 - 02 - 2020

La toute première serveuse robot d'Afghanistan présente une assiette de frites fumantes à une tablée interloquée de Kaboul. "Merci beaucoup", dit-elle en dari, l'une des deux langues principales de ce pays abonné aux atrocités et dont la machine égaie un peu le quotidien.
Le robot humanoïde blanc à la tête profilée et aux bras articulés, qui mesure 1 mètre 50 et semble porter une jupe ample, se prénomme "Timea".
Importé du Japon, il a attiré les curieux depuis son entrée en fonction le mois dernier, se réjouit le directeur du restaurant, Mohammad Rafi Shirzad.
"Il est intéressant pour beaucoup de gens ici de voir un robot dans la vie réelle", affirme-t-il. "Parfois, les enfants sautent de joie et de surprise quand ils (le) voient leur apporter de la nourriture."
Après quatre décennies de guerre qui ont laissé une grande partie des infrastructures de l'Afghanistan en ruines, la vue d'une serveuse à piles a apporté un peu de légèreté à Kaboul.
Ahmad Zaki, 9 ans, a voulu constater de visu l'existence de la machine. "J'ai vu le robot à la télévision et j'ai demandé à mon père de m'emmener dans ce restaurant", raconte le garçon.
Son père Ahmad Yusuf affirme avoir été amusé d'entendre parler cette serveuse résolument baroque. "C'est très intéressant et excitant de voir en personne un vrai robot en action", remarque-t-il.
"Timea" est assez simple en termes de capacités. Il livre des assiettes aux tables, que les convives prennent ensuite sur un plateau, et est programmé pour éviter les obstacles sur son chemin.
Le robot peut dire des phrases basiques, comme "Joyeux anniversaire". Les clients peuvent passer des commandes via un écran tactile placé sur son ventre.
Mais il n'a pas que des amis. Certains Afghans voient en son existence une menace pour l'emploi dans un pays au niveau de chômage dramatique, proche de 40%.
"C'est ridiculement mauvais", a écrit Kashif Abobaker, utilisateur de Facebook. "Ils emploient un robot alors qu'il y a des dizaines de milliers de jeunes qui cherchent désespérément un emploi".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.