Nabil Abouzaid : « Le secteur des études de marchés se porte mal ! »    La Fondation Visa engage 210 millions de dollars    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    La croissance au ralenti sous l'effet de la crise sanitaire    Edito : LPL    Programme «1000 Fikra» : Les inscriptions se poursuivent jusqu'au 13 avril    Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Les universités diffusent des cours à la radio    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    La pandémie du Covid-19 renforce la nécessité d'établir des partenariats mondiaux et régionaux plus solides    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lévinas, le visage, l'humanité    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Coronavirus : 58 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.242 au total, mercredi à 10h    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain
Publié dans Libération le 20 - 02 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/42921719-35602305.jpg?v=1582113230" alt="Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain" title="Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/42921719-35602305.jpg?v=1582113239" alt="Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain" title="Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain" width="708" /
Aux portes du désert marocain, sur les contreforts du Haut Atlas, se dresse un village fortifié de carte postale, Aït-ben-Haddou. Derrière ses murailles couleur ocre, de nombreux films et séries cultes, comme "Game of Thrones", ont été tournés.
Dans ce site classé patrimoine mondial de l'Unesco, surplombant une vallée, le temps semble s'être arrêté. A une trentaine de kilomètres des studios d'Ouarzazate (centre), la "Mecque" du cinéma au Maroc, Aït-ben-Haddou est le plus célèbre des ksars du sud marocain, un ensemble d'habitations collectives en terre.
Une fois franchie l'imposante porte d'entrée du ksar, un labyrinthe inextricable de ruelles sinueuses mène jusqu'à une place où les habitants se regroupaient autrefois. Le village, tout en hauteur, compte encore une mosquée, un grenier et deux cimetières, un pour les musulmans et un autre pour les juifs. La plupart des habitants sont partis et certaines de leurs maisons ont été depuis reconverties en échoppes d'artisans. Cet ensemble architectural inhabituel forme un décor idyllique pour le septième art.
De "Lawrence d'Arabie" à "La Momie" en passant par le péplum "Gladiator", le ksar a accueilli plusieurs grandes superproductions. Le site a aussi abrité des scènes de "Game of Thrones". Aït-ben-Haddou y est devenue la ville fictive de Yunkai, que parvient à conquérir Daenerys Targaryen, un personnage phare de l'univers "GoT".
Hammadi, 61 ans, est un témoin privilégié de cet engouement cinématographique. "Toutes ces oeuvres ont contribué à la renommée de la région", confie-t-il avec un grand sourire. Lui-même a été figurant dans nombre de films. Et s'il a élu domicile dans un village plus moderne de l'autre côté de la vallée --comme la plupart des habitants du ksar--, il continue d'y retourner afin d'organiser des visites pour les touristes.
Sur un mur à l'entrée de l'ancienne maison d'Hammadi, des photos témoignent des films auxquels il a participé. On le voit ainsi en costume de la Rome antique, aux côtés du réalisateur Ridley Scott, pendant le tournage de "Gladiator". "Nous avons un patrimoine cinématographique riche qu'on espère utiliser pour attirer des touristes", lance Ahmed, un guide touristique de 29 ans. Mais le jeune homme souhaiterait que son village se fasse un peu plus la vitrine des projets prestigieux qu'il a accueillis, ne serait-ce qu'en mettant des panneaux. "Rien n'indique que «Game of Thrones» a été tournée ici", regrette-t-il.
Sur la côte atlantique du Maroc, la ville d'Essaouira a elle aussi abrité des scènes de "GoT". Mais là encore, le secteur du tourisme n'a pas capitalisé dessus. Tout le contraire de l'Irlande du Nord, Malte ou Dubrovnik qui, en communiquant largement sur les tournages de "GoT" ayant eu lieu sur leur sol, ont attiré des hordes de fans de la série du monde entier.
Pour y remédier, Ahmed et d'autres jeunes du village travaillent avec les moyens du bord à la création d'un musée de la photographie au coeur du ksar regroupant les images des tournages.
Le musée existera peut-être avant un éventuel retour de "GoT" dans le village: la chaîne américaine de télévision HBO a commandé un prologue intitulé "House of the Dragon" (La Maison du Dragon). Et George R.R. Martin, l'auteur des livres dont est tirée la série, a confié sur son blog que le Maroc ferait partie des lieux de tournage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.