Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)
Publié dans Libération le 20 - 02 - 2020

Les Etats-Unis dépassent la Suisse dans le classement mondial des foyers de l'opacité financière, les Iles Caïmans dépassent tous les deux et se retrouvent en tête de l'indice.
Les Etats-Unis ont dépassé la Suisse dans le classement mondial des pays les plus complices de l'aide aux individus qui veulent cacher leurs finances à l'Etat de droit - mais les îles Caïmans ont dépassé tous les deux, pour se classer comme le pire des contrevenants. L'indice d'opacité financière 2020 du Tax Justice Network, publié aujourd'hui, a révélé que l'opacité financière dans le monde diminue grâce aux récentes réformes en matière de transparence. En moyenne, les pays figurant sur l'indice ont réduit leur contribution à l'opacité financière mondiale de 7%.
Mais une poignée de pays qui représentent une part importante des services financiers mondiaux ont dérogé à cette tendance, notamment les Etats-Unis, les îles Caïmans et le Royaume-Uni. La Suisse ayant enfin suffisamment progressé pour quitter la tête de l'indice, un axe anglo-américain de l'opacité constitue désormais de loin la plus grande menace mondiale de corruption et d'abus fiscal. Le Tax Justice Network appelle les décideurs politiques à prioriser les sanctions contre ces pays qui ont rétrogradé.
La sixième édition de l'indice bisannuel d'opacité financière voit la Suisse réduire son classement au troisième rang du plus grand facilitateur de l'opacité financière dans le monde. C'est la première fois que le pays n'est pas classé au pire rang de l'indice depuis 2011. En dépit de l'augmentation de leur contribution à l'opacité financière mondiale depuis la publication de l'édition 2018 de l'indice, les Etats-Unis restent le deuxième plus grand catalyseur de l'opacité financière mondiale après que les îles Caïmans les ont dépassés eux et la Suisse pour prendre la tête de l'indice 2020. C'est la première fois que les îles Caïmans se classent en tête de l'indice d'opacité financière. Les 10 principaux facilitateurs de l'opacité financière dans le monde sont actuellement:
Iles Caïmans
Etats-Unis
Suisse
Hong Kong
Singapour
Luxembourg
Japon
Pays-Bas
Iles Vierges britanniques
Emirats arabes unis
L'indice d'opacité financière classe chaque pays en fonction de l'intensité avec laquelle ses systèmes juridique et financier permettent aux riches individus et aux criminels de cacher et de blanchir de l'argent prélevé du monde entier. L'indice classe le système juridique et financier de chaque pays avec un score d'opacité sur 100, où zéro sur 100 correspond à une transparence totale et 100 sur 100 signifie une opacité totale. Le score d'opacité du pays est ensuite combiné avec le volume de l'activité financière menée par les non-résidents au sein du pays pour calculer l'intensité de l'opacité financière fournie au monde par ledit pays.1
Un rang plus élevé dans l'indice ne signifie pas nécessairement qu'une juridiction est plus opaque, mais plutôt que la juridiction joue un rôle plus important à l'échelle mondiale en permettant le secret bancaire, la propriété anonyme de sociétés écrans, la propriété anonyme de biens immobiliers ou d'autres formes d'opacité financière, qui à leur tour permettent le blanchiment d'argent, l'évasion fiscale et d'énormes concentrations offshore de richesses non taxées. Une juridiction très opaque qui fournit peu ou pas de services financiers aux non-résidents, comme le Samoa (classé 86ème), se classera en dessous d'une juridiction modérément opaque qui est un acteur mondial majeur, comme le Japon (classé 7ème).
Répartition des principaux changements de classement dans l'indice d'opacité financière
Les Iles Caïmans sont désormais le plus grand facilitateur de l'opacité financière dans le monde
Les îles Caïmans ont augmenté leur offre d'opacité financière au monde de 24%, ce qui les fait passer de la troisième place sur l'indice 2018 à la première en 2020. Cette détérioration est due à une augmentation de 21% du volume des services financiers qu'elles fournissent aux non-résidents. Cela est également dû en partie à une augmentation de 4 points de leur score d'opacité, passant de 72 à 76 sur 100, après que les îles Caïmans n'ont pas réussi à suivre les mises à jour méthodologiques de l'indice d'opacité financière qui reflètent la nature évolutive du paysage de l'opacité financière.2 La croissance du rôle mondial des îles Caïmans met en évidence les risques majeurs découlant du secteur des fonds spéculatifs, qui utilise des sociétés, des trusts et des sociétés en commandite dissimulées dans l'opacité.
Comment les Etats-Unis ont dépassé la Suisse
Jusqu'à présent, les Etats-Unis n'ont pas pu répondre aux ambitions consistant à améliorer leur classement dans l'indice d'opacité financière et exprimées l'année dernière par la sénatrice Lindsey Graham lors d'une audience devant la commission sénatoriale. Présidant l'audience de la commission sénatoriale «Combattre la kleptocratie: propriété effective, blanchiment d'argent et autres réformes», la sénatrice Lindsey Graham a déclaré3:
«Selon le Tax Justice Network… nous sommes deuxièmes derrière la Suisse en termes de refuges pour le blanchiment d'argent… Nous allons trouver un moyen de ne pas être deuxième. Nous allons trouver un moyen de rendre plus difficile l'entreposage d'argent volé aux Etats-Unis».
Les Etats-Unis sont restés en deuxième position dans l'édition 2020 de l'indice d'opacité financière et ont même augmenté leur offre d'opacité financière au monde de 15%. La Suisse, en revanche, a réduit de 12% son offre d'opacité financière, ce qui a fait que les Etats-Unis ont dépassé la Suisse dans cet indice. En moyenne, les pays figurant sur l'indice ont réduit leur offre de 7%.
L'augmentation de l'offre aux Etats-Unis est principalement le résultat de la détérioration de son score d'opacité, qui a augmenté de 3 points (passé à 63 sur 100), en grande partie à cause de l'adoption d'une nouvelle loi dans le New Hampshire permettant la création de fondations privées non caritatives sans qu'il soit obligatoire de le publier. La réduction de l'offre d'opacité financière de la Suisse s'explique en partie par le fait qu'elle a réduit son score d'opacité de 2 points (74 sur 100) après avoir augmenté le nombre de pays avec lesquels elle échange automatiquement des informations dans le cadre de la norme commune de déclaration. Les Etats-Unis n'ont pas encore adhéré à la norme commune de déclaration, qui compte actuellement 105 signataires. La réduction de l'offre d'opacité financière en Suisse est également due en partie à une réduction du volume de l'activité financière exercée au sein du pays par les non-résidents.
Clark Gascoigne, directeur exécutif par intérim de la Coalition Responsabilité financière et transparence des entreprises (FACT), basée aux Etats-Unis, a déclaré:
«Comme les données le montrent clairement, l'opacité financière reste un problème majeur aux Etats-Unis, permettant des délits comme la traite des êtres humains, l'évasion fiscale et la corruption, tant sur le territoire national qu'à l'étranger. Heureusement, il y a lieu d'être optimiste. Des recherches comme l'indice d'opacité financière ont favorisé la reconnaissance bipartite du problème. La Chambre des représentants aux Etats-Unis a adopté en octobre une mesure bipartisane - la «CorporateTransparencyAct» - pour mettre fin aux abus de sociétés anonymes. Une loi similaire, connue sous le nom d'«Illicit Cash Act», est actuellement examinée par la Commission bancaire du Sénat. Après plus d'une décennie de débats, 2020 devrait être l'année où les Etats-Unis adopteront enfin d'importantes réformes en matière de transparence afin de mieux protéger notre système financier contre les abus».
Le Royaume-Uni augmente l'opacité financière au sein du pays et à travers sa toile d'araignée
Le Royaume-Uni a augmenté son score d'opacité plus que tout autre pays. Alors que les pays figurant sur l'indice d'opacité financière ont en moyenne diminué leur score d'opacité de 3 points sur 100, le Royaume-Uni a augmenté son score de 4 points, passant de 42 à 46 sur 100. 7La tolérance accrue pour les pratiques d'opacité financière au Royaume-Uni l'a conduit à augmenter son offre mondiale d'opacité financière de 26%, catapultant le pays de la 23èmeplace sur l'indice 2018 à la 12èmeplace sur l'indice 2020. En comparaison, les autres pays de l'indice ont en moyenne réduit leur offre d'opacité financière de 7%.
L'accroissement de l'opacité financière au Royaume-Uni s'est étendu à son réseau de juridictions satellites auxquelles il sous-traite une partie de son activité d'opacité financière. Souvent désigné comme la toile d'araignée britannique, le réseau est composé de territoires d'outre-mer et de dépendances de la Couronne où le Royaume-Uni a les pleins pouvoirs pour imposer ou opposer son veto à l'élaboration des lois, et où le pouvoir de nommer les principaux responsables gouvernementaux appartient à la Couronne.
Au centre du réseau se trouve la cité de Londres qui reçoit et blanchit les richesses apportées par les juridictions satellites.
La toile d'araignée britannique comprend certaines des juridictions classées au sommet de l'indice d'opacité financière, notamment les îles Caïmans, qui sont classées premier dans l'indice, les îles Viergesbritanniques
classées 9èmeet Guernesey qui occupe la 11ème place. Les juridictions satellites qui composent la toile d'araignée britannique ont augmenté en moyenne leur offre d'opacité financière au monde de 17%, ce qui est plus que le double du taux dont les pays du monde entier ont en moyenne réduit leur offre d'opacité financière mondiale. Si le Royaume-Uni et son réseau de territoires d'outre-mer et de dépendances de la Couronne étaient traités comme une seule entité, cette toile d'araignée britannique se classerait au premier rang de l'indice.
John Christensen, directeur et fondateur du Tax Justice Network, a déclaré:
«Le Royaume-Uni a montré au monde un véritable leadership en 2016 en étant le premier pays à adopter un registre public des bénéficiaires effectifs - maintenant ce progrès a été inversé. La montée en flèche du Royaume-Uni dans l'indice d'opacité financière soulève de sérieuses inquiétudes quant à sa stratégie post-Brexit de transformer la cité de Londres en un « Singapour sur la Tamise». Cela devrait être particulièrement préoccupant pour les pays de l'UE qui ont collectivement réduit leur offre d'opacité financière au monde de 8% tandis que le Royaume-Uni a augmenté son offre de 26%».
«Une cité de Londres plus secrète et mal réglementée est une mauvaise nouvelle pour tout le monde, y compris pour les Britanniques. Les faits montrent que le secteur financier surdimensionné du Royaume-Uni a coûté à l'économie britannique 4.500 milliards de livres sterling de perte de production économique entre 1995 et 2015 - l'équivalent de £67.500 par personne au Royaume-Uni. Une stratégie post-Brexit «Singapour sur la Tamise» verrait plus d'argent soustrait des Britanniques et du reste du monde et versé dans les poches des plus riches».
Les pays de l'OCDE sont responsables de près de la moitié de l'opacité financière dans le monde
Les pays de l'OCDE sont responsables de 49% de toute l'opacité financière dans le monde, comme le détermine l'indice d'opacité financière 2020. Les pays de l'OCDE ont fourni directement 35% de l'opacité financière mondiale mesurée par l'indice et 14% par le biais de leurs dépendances auxquelles ils sous-traitent une partie de leur opacité financière, y compris des dépendances comme les îles Vierges américaines et Curaçao, ainsi que les dépendances qui composent la toile d'araignée britannique.
Les scores d'opacité des pays de l'OCDE et de leurs dépendances révèlent une hypocrisie dans la lutte contre l'opacité financière. Les pays de l'OCDE ont obtenu un score d'opacité moyen de 54 sur 100 tandis que leurs dépendances ont obtenu un score d'opacité moyen de 73. En comparaison, les pays non membres de l'OCDE (hors dépendances de l'OCDE) ont un score d'opacité moyen de 67 sur 100. En externalisant l'opacité financière vers leurs dépendances, les pays de l'OCDE permettent certaines des pires formes de l'opacité financière au monde tout en appliquant des réglementations plus strictes sur l'opacité financière à l'intérieur de leurs propres frontières.
L'Allemagne réduit d'un tiers l'opacité financière après avoir résisté à l'OCDE et en se positionnant en faveur de la transparence
L'Allemagne a considérablement réduit son offre d'opacité financière au monde (35%), faisant passer son classement de la 7èmeplace dans l'indice 2018 à la 14èmeplace dans celui de 2020. Cette réduction est principalement due au fait que l'Allemagne a amélioré son score d'opacité de 7 points, le ramenant à 52 sur 100, après avoir apporté plusieurs améliorations aux exigences d'enregistrement des bénéficiaires effectifs. Il s'agit notamment d'exiger des sociétés, des partenariats et des trusts étrangers qu'ils divulguent l'identité de leurs bénéficiaires effectifs. L'Allemagne a désormais mis en ligne des informations sur les bénéficiaires effectifs.
L'Allemagne a évité de détériorer son score d'opacité amélioré en rompant les rangs avec l'OCDE en faveur de lois plus solides en matière de déclaration pays par pays. Les directives de l'OCDE n'autorisent les pays à demander localement des déclarations pays par pays aux filiales locales de sociétés multinationales qu'en dernier recours, après qu'un certain nombre de conditions aient été remplies.
L'Allemagne faisait partie des 19 pays figurant sur l'édition 2018 de l'indice d'opacité financière qui ont permis aux autorités locales de demander plus facilement des déclarations pays par pays directement aux filiales locales, même si les conditions de l'OCDE n'ont pas été remplies. Sur ces 19 pays, 10 ont maintenant modifié leurs lois pour se conformer aux directives de l'OCDE, ce qui a eu un effet négatif sur leur score d'opacité. Il s'agit notamment du Royaume-Uni, qui a grimpé en flèche dans le classement de l'indice d'opacité financière, de Hong Kong et du Jersey. L'Allemagne n'a pas modifié ses lois sur la déclaration pays par pays pour se conformer aux directives de l'OCDE, ce qui lui a permis d'atteindre la plus forte réduction jamais enregistrée de sa contribution à l'opacité financière mondiale. Cependant, l'Allemagne continue de jouer un rôle clé en empêchant l'Union européenne d'adopter une norme de déclaration pays par pays plus ambitieuse et plus contraignante.
Luanda Leaks : l'Angola est le deuxième pays le plus opaque au monde
L'édition 2020 de l'indice d'opacité financière est la première à classer l'Angola. Le pays joue un rôle mineur dans l'offre mondiale de services financiers aux non-résidents, mais il est très opaque. L'Angola s'est classé au 35èmerang des plus grands facilitateurs de l'opacité financière dans le monde et a obtenu un score d'opacité de 80 sur 100 - le deuxième score d'opacité le plus élevé de tous les pays, après les Maldives.
L'opacité financière mondiale se réduit: succès des réformes et perspectives d'avenir
Le total mondial de l'opacité financière mesuré par l'indice d'opacité financière a fortement diminué de 7% depuis 2018. Cette réduction équivaudrait à retirer de l'édition 2018 de l'indice les contributions de la Suisse et des Emirats Arabes unis - qui étaient respectivement classés 1ère et 9ème. La réduction signifie moins de place pour des pratiques telles que les opérations bancaires secrètes, la propriété anonyme de sociétés écrans ou la propriété anonyme de biens immobiliers, ce qui signifie par la suite moins de place pour le blanchiment d'argent, l'évasion fiscale et d'énormes concentrations offshore de richesses illicites et non taxées.
L'indice d'opacité financière 2020 montre que les plus grandes réformes ont porté sur l'échange automatique d'informations et l'enregistrement des bénéficiaires effectifs tandis que les réformes dans les déclarations pays par pays 14 ont été faibles. Ces trois domaines de réformes, également appelés ABC de la justice fiscale, ont le plus retenu l'attention des militants, des experts fiscaux et des décideurs politiques ces dernières années.
L'indice d'opacité financière base le score d'opacité de chaque pays sur 20 indicateurs, chacun étant noté sur 100. La moyenne des 20 scores d'indicateurs devient le score d'opacité global du pays. Les 20 indicateurs appartiennent à quatre catégories : une suit les performances des pays en matière d'échange automatique d'informations entre d'autres pratiques, une autre suit les performances en matière d'enregistrement des bénéficiaires effectifs et deux suivent les performances sur les déclarations pays par pays.
La plus forte réduction des scores des indicateurs est survenue dans la catégorie mesurant la mise en œuvre de l'échange automatique d'informations par les pays, qui a vu les pays réduire leur score de 9 points sur 100 en moyenne. Cela est principalement dû au fait que davantage de pays échangent automatiquement des informations dans le cadre de la norme commune de déclaration. Les pays ont en moyenne réduit leur score en matière d'enregistrement de la propriété, y compris l'enregistrement des bénéficiaires effectifs, de 4 points sur 100. Les deux catégories d'indicateurs qui suivent les performances des déclarations pays par pays ont toutefois peu progressé. En moyenne, les pays ont réduit leurs scores dans les deux catégories de 0,4 point sur 100.
* A propos de Tax Justice Network
Le Tax Justice Network estime qu'un monde équitable, où chacun a la possibilité de mener une vie utile et épanouie, ne peut être construit que sur un code des impôts équitable, où chacun de nous contribue à une juste part pour une société que nous voulons tous. Nos systèmes fiscaux, dominés par de puissantes entreprises, ont été programmés pour demander le moins aux entreprises et élites riches qui soutirent le plus de la société, et demander plus au public pour donner beaucoup moins en contrepartie. Le Tax Justice Network se bat pour réparer cette injustice. Chaque jour, nous dotons les citoyens et les gouvernements partout dans le monde des informations et des outils dont ils ont besoin pour reprogrammer leurs systèmes fiscaux et financiers afin qu'ils conviennent à tout le monde.
www.taxjustice.net
(A suivre)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.