La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Confinement : La Radio en vedette    L'Espagne dément avoir réquisitionné des médicaments destinés au Maroc    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    La pandémie du Covid-19 renforce la nécessité d'établir des partenariats mondiaux et régionaux plus solides    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion
Publié dans Libération le 24 - 02 - 2020

Le fait d'attribuer le blocage de l'adoption du projet de Code pénal aux divergences à propos d'un seul article de ce texte est une approche «réductrice» et «une tentative de diversion» pour servir des «desseins inavoués», a affirmé le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader.
«Prétendre que le retard ou le blocage d'un projet de loi comportant environ 80 articles est le résultat de divergences sur l'article de l'enrichissement illégal constitue une forme de pression et une tentative de polluer le débat, puisque les opinions exprimées sur cette question manquent de clarté, sont réductrices et relèvent du sensationnel», a indiqué le ministre dans un entretien à la MAP, estimant que cette approche «réductrice» ne facilite pas l'approbation de ce texte.
Après avoir relevé que les articles objets d'amendement ne concernent pas les libertés individuelles, il a souligné qu'«il est du droit de tous les parlementaires et acteurs d'exprimer leurs positions sur tous les articles de ce projet pour les améliorer et les mettre en conformité avec les dispositions constitutionnelles», ajoutant qu'«il n'est pas approprié de cataloguer ceux qui veulent fixer un plafond au débat ou discuter de ce projet comme étant des personnes qui sont pour ou contre la dépravation et l'enrichissement illégal».
Cette attitude «est incompatible avec l'action institutionnelle responsable et prometteuse», a-t-il jugé.
Il a fait savoir dans ce sens que le gouvernement actuel, qui a subi plusieurs remaniements, «n'a pas pris connaissance jusqu'à présent de ce projet et ne l'a jamais examiné depuis sa nomination».
«Il serait donc absurde que le ministre de la Justice se présente devant la commission de la justice et de la législation pour exprimer son soutien ou son rejet des amendements sans en référer au gouvernement», a-t-il dit soulignant que le ministre en charge d'un tel ou tel secteur agit au nom du gouvernement lors de la présentation et l'approbation de ces amendements en séance et les décisions qu'il prend engagent l'Exécutif.
Au regard de l'importance de ce projet et de son grand impact sur la société, le gouvernement doit prendre le temps nécessaire en vue de présenter un projet global selon une approche «intégrée, partenariale et constitutionnelle respectant les développements de la société et les revendications des organisations des droits de l'Homme».
Interrogé sur la possibilité de retirer ce projet du circuit législatif, le ministre a fait remarquer que la question qui se pose est que le gouvernement doit prendre connaissance de ce texte «pour qu'il prenne la décision appropriée à son sujet, dans le cadre de l'action institutionnelle, de la continuité et de l'amélioration de la législation», insistant sur le fait qu'«il est impossible de se prononcer sur ce projet sans position commune à son sujet au sein de la majorité gouvernementale et du Conseil de gouvernement».
Mohamed Benabdelkader a relevé que la société marocaine et les institutions ont connu de «grands progrès» et l'Etat marocain a pris plusieurs engagements sur la scène internationale concernant la politique pénale comme la lutte contre le terrorisme, le crime organisé, la traite humaine, le blanchiment d'argent, l'immigration illégale et les droits de l'Homme, «ce qui implique la nécessité de se doter d'une politique pénale claire et rompre avec l'approche consistant à introduire des amendements partiels et conjoncturels sur un Code pénal datant du début des années 60».
«Il est hors de question de parler de libertés, de lutte contre la corruption, d'avortement, de renforcement de la transparence dans le service public et de lutte contre le crime organisé «sans adopter une approche globale et intégrée», a-t-il estimé.
Pour le ministre de la Justice, le Code pénal, dont l'importance vient en deuxième position après la Constitution, fait l'objet d'un amendement partiel «sachant qu'il s'agit d'une loi qui concerne l'ordre public, les missions régaliennes de l'Etat dans la préservation de la sécurité et la lutte contre le crime et impacte le fonctionnement de la société et la vie des individus, les libertés, les droits et l'ordre public» .
De ce fait, a-t-il analysé, il est inapproprié d'imposer un quelconque avis sans un débat et un consensus sur les références et les postulats.
Mohamed Benabdelkader a relevé que les choix démocratiques font partie intégrante des fondements de l'ordre public, «alors que certains mettent en doute l'efficacité des libertés et des droits pour la préservation de l'ordre public».
C'est pour cette raison que la Constitution a incriminé toute atteinte aux libertés telles que la torture et la disparition forcée et arbitraire, et prévu des sanctions contre ceux qui commettent ces crimes en insistant sur le droit de chaque citoyen à la protection de sa vie privée.
Dans ce cadre, il a plaidé pour une révision du Code pénal permettant au Maroc de se doter d'une politique pénale efficace qui aide les pouvoirs publics à lutter contre le crime et préserver l'ordre public en conformité avec les principes constitutionnels et garantissant la protection des droits et des libertés.
Le projet de Code pénal comporte en effet plusieurs dispositions qui sanctionnent la disparition forcée, la traite humaine, l'enrichissement illégal, limitent les cas de recours à la peine capitale, et prévoient des alternatives aux peines privatives de liberté tels que les travaux d'intérêt général, tout comme elles durcissent les sanctions contre les crimes de détournement de l'argent public et de dépravation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.