Examen de la coopération sécuritaire maroco-américaine    Josep Borrell brise les rêves du Polisario et de l'Algérie    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros en deux tranche    Médicaments covid-19, la rupture est confirmée    Grand oral du Maroc à Genève sur la politique des services    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Enzo Zidane proche du Wydad de Casablanca    Messi, prié de rester au Barça mais privé de sa garde rapprochée    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Vaccin anti-Covid19: la Chine veut produire 610 millions de doses par an    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"
Publié dans Libération le 27 - 02 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/43131958-35698048.jpg?v=1582721439" alt="Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"" title="Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/43131958-35698048.jpg?v=1582721465" alt="Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"" title="Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"" width="708" /
Habib El Malki : Donner un nouveau souffle à la participation politique et
renforcer les institutions et la démocratie
Mustapha Ramid : Le bilan de la mise en œuvre du droit de pétition en deçà des attentes
La participation de la société civile à la promotion du processus institutionnel et à la consolidation de l'édification démocratique constitue un outil de renforcement de la démocratie représentative, a souligné mardi à Rabat, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki.
Intervenant à l'occasion d'un colloque sous le thème "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement", organisé à l'initiative de la commission des pétitions à la Chambre des représentants, il a indiqué que ladite Chambre incite à la contribution de la société civile pour donner un nouveau souffle à la participation politique et renforcer les institutions et la démocratie dans ses dimensions politique, économique, sociale et culturelle.
Habib El Malki a estimé que la démocratie participative ne peut remplacer la démocratie représentative institutionnelle, ajoutant que les associations de la société civile constitueront un pilier efficace pour les institutions et un levier pour la démocratie institutionnelle, notamment en encadrant les initiatives des citoyens en matière de dépôt de pétitions.
Le président de la Chambre des représentants a, en outre, examiné les problématiques et difficultés entravant la mise en œuvre de la participation citoyenne de manière à influer le législateur et les politiques publiques.
Il s'agit selon lui, en premier lieu, de difficultés liées aux procédures, notamment en ce qui concerne le nombre de signatures nécessaires pour que la motion ou la pétition soient acceptées.
La seconde difficulté concerne davantage le besoin en compétences nécessaires pour les initiateurs de la motion ou de la pétition, a-t-il noté, ajoutant que la motion ou la pétition doivent être formulées de manière très minutieuse et détaillée.
Dans ce sens, il a souligné que les organisations de la société civile bénéficieront d'un programme de formation, dans le cadre d'une procédure transparente respectant les normes internationales, notamment celles de l'Union interparlementaire.
La troisième difficulté, affirme-t-il, concerne le malentendu relatif à la gestion de la communication entre les organisations de la société civile d'une part, et les institutions concernées par ces pétitions et motions, d'autre part, notant que la quatrième difficulté n'est autre que le problème d'accès aux informations législatives.
Habib El Malki a relevé que les possibilités ouvertes à la société civile marocaine constituent de précieuses opportunités pour ses initiatives et un instrument d'enrichissement et de soutien à la démocratie institutionnelle.
Pour sa part, le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme et des relations avec le Parlement, Mustapha Ramid, a relevé que, malgré les efforts déployés pour mettre en œuvre le droit de pétition, le bilan est encore modeste et en deçà des attentes et aspirations, précisant que depuis la promulgation de la loi organique N°44.14 déterminant les conditions et les modalités d'exercice du droit de présenter des pétitions aux pouvoirs publics, le chef du gouvernement n'a reçu que six pétitions.
Dans une allocution lue en son nom par le ministre du Travail et de l'Insertion professionnelle, Mohamed Amkraz, il a souligné que le bilan provisoire de ce nouveau mécanisme démocratique, bien qu'il soit encore en cours de développement, pousse au questionnement sur les problèmes et difficultés que rencontrent sa mise en œuvre et la réalisation de ses objectifs, appelant à cet égard à penser à des moyens pour le développer davantage et promouvoir son efficacité et son efficience.
Mustapha Ramid a souligné que les principales limites concernent la prise de conscience des citoyens et de la société civile, de même que les mesures et procédures légales de dépôt des pétitions.
Après avoir révélé que le renforcement des capacités des associations de la société civile fait partie des chantiers les plus fondamentaux auxquels le ministère s'est engagé, le responsable a précisé que son département a travaillé à la mise en œuvre d'un programme de formation des formateurs dans les domaines de la démocratie participative et des politiques publiques, à travers deux phases, la première en 2017 et la seconde en 2019, en plus d'un programme de formation dédié au renforcement des capacités des associations en matière de démocratie participative, mis en œuvre en 2017, 2018 et 2019.
Concernant les résultats de la création et de la mise en œuvre par les collectivités territoriales de mécanismes participatifs de dialogue et de concertation et de la mise en œuvre par les conseils des régions et des collectivités territoriales d'organes de consultation, le ministre a confirmé qu'au niveau local, 166 pétitions ont été déposées par les associations de la société civile et 46 par les citoyens, précisant que ces pétitions ont été présentées à 97 collectivités territoriales sur 1.590, soit uniquement 6%.
Pour sa part, le président de la commission des pétitions, Rachid El Abdi a mis en avant l'intérêt accordé par le législateur constitutionnel à cette commission, qui se charge de réceptionner les pétitions et motions et qui constitue un nouveau mécanisme important pour le développement de la vie politique et sociale du Royaume.
Il a conclu en soulignant la nécessité de repenser la méthode de mise en œuvre de ce mécanisme de citoyenneté, compte tenu des obstacles et problèmes que rencontre la commission.
Au programme de cette conférence, qui a connu la participation de différents acteurs parlementaires, gouvernementaux et associatifs ainsi que des experts marocains et étrangers, figuraient deux séances sur "La démocratie participative au Maroc: entre expériences et problématiques actuelles" et "Les perspectives de développement de la participation démocratique au Maroc à la lumière des expériences internationales".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.