Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le calvaire des mères célibataires
Publié dans Libération le 27 - 02 - 2020

La société, les regards et les avis stigmatisent les associations des mères célibataires autant que la situation de celles-ci et blâment le travail de ces ONG qui sont devenues, elles aussi, des parias. Considérées comme un refuge pour ces femmes qui se cachent de leurs «péchés» extraconjugaux, elles ont mauvaise presse et ni leur existence ni leurs services ne sont mis en lumière comme il se devrait.
Hormis cette main tendue associative, les mères célibataires ne reçoivent aucun soutien de la part de leur entourage et demeurent seules face à leur responsabilité et à leur nouvelle situation, brisées psychiquement et financièrement. Elles deviennent involontairement des chefs de familles monoparentales.
Estimées être l'unique responsable de leur acte, la société présumant que c'est à la femme seule de protéger son honneur vu que les géniteurs assument rarement leurs responsabilités, elles se retrouvent dans la galère.
Des progrès ont été accomplis au niveau des lois relatives à l'état civil. Lesquelles permettent, au cas où elles sont appliquées comme il se doit, d'améliorer les conditions des mères célibataires et de protéger les droits de la maman et de son enfant. Mais ces mesures ne participent guère à améliorer le contexte général de leur probable application. Le manque de sensibilisation et des failles dans l'éducation en milieux scolaire et familial ne participent guère à l'amélioration de la situation.
INSAF, une association des mères célibataires créée en 1999, se fixe pour objectifs de répondre aux différents besoins des mères célibataires, de lutter contre l'abandon des enfants et de plaidoyer pour la défense des droits de la femme et des enfants. En 20 ans, 10.000 mères célibataires ont bénéficié de ses services.
Des femmes de différents âges (de 14 ans à 70 ans) s'y présentent. Après un processus d'accueil et d'écoute par des assistantes sociales, l'association les aide à parvenir à leurs fins : que ce soit pour se faire établir l'état civil de leur enfant et parfois même de la mère, la reconnaissance du mariage, la conclusion de l'acte de mariage, ou pour la reconnaissance de la paternité. Grâce au plaidoyer de la société civile, les droits de la mère célibataire sont reconnus, elle peut avoir le droit de donner, en cas de consentement, le nom du père à son enfant, de lui donner le nom de la mère ou bien de lui en choisir un autre.
Normalement l'assistance administrative et juridique de l'association commence dès l'accouchement de la femme et quand la maman ne possède ni un extrait d'acte de naissance ni un livret d'état civil ni la CIN, le processus est enclenché afin que son enfant puisse aussi en profiter. Quant à l'enfant, la demande d'inscription sur les registres de l'état civil prend deux voies ; soit il est enregistré dans le délai légal, soit hors délai (plus de 30 jours). Dans ce dernier cas, l'affaire étant soumise à la justice, la solution prend beaucoup plus de temps.
INSAF se heurte à des problèmes juridiques si la femme accouche à domicile, ou si elle n'a pas de foyer fixe ou si elle donne une fausse identité aux autorités hospitalières.
Une autre séance d'écoute se déroule au cas où la bénéficiaire demande l'hébergement. Son but : vérifier si elle remplit tous les critères pour en bénéficier, à savoir si elle n'a aucun problème psycho-mental, ni de drogue, et si elle n'a pas préalablement bénéficié du service d'hébergement (l'enfant dans ces cas bénéfice évidemment des multiples services).
Des formations professionnelles sont dispensées aux bénéficiaires d'INSAF (les internes aussi bien que les externes). Des ateliers de coiffure, de cuisine et de couture qui durent entre 3 à 6 mois sont ainsi organisés.
En sus de la réalisation d'un projet social et professionnel générateur de revenus, ces formations offrent aux bénéficiaires un savoir-faire et un savoir être et leur donnent de l'espoir et de l'estime de soi ainsi qu'une deuxième chance dans la vie. «Ces formations sont, au premier plan, des formations de reconversion», nous a indiqué la responsable de l'insertion professionnelle, Meryem Bamhaouch.
De plus, INSAF accompagne celles qui souhaitent intégrer le marché du travail. L'association les prend en charge après avoir terminé leur période d'hébergement et de formation, en leur assurant une aide au logement consistant en le règlement d'un mois de loyer et d'un mois de nurserie, en leur fournissant du lait pour bébé et des produits alimentaires pendant huit mois.
Les familles ignorent souvent la situation de leurs filles, puisque la plupart des femmes s'enfuient avant que leur grossesse n'apparaisse, mais il y en a aussi qui sont rejetées par les leurs. Aussi l'association participe-t-elle également à la réinsertion des femmes dans le milieu familial. Comme nous l'explique l'assistante sociale Soumia Nadif, « elles souffrent du manque du soutien moral de leurs proches et elles ont besoin d'une stabilité sociale et émotionnelle, et c'est elles qui demandent à se réconcilier avec leurs familles ». Au cas où l'association se trouve confrontée à un refus catégorique des parents, le contact est établi avec une seule personne compréhensive de l'entourage familial au moins.
Pour soutenir moralement les femmes qui en ont besoin et dans le but de leur permettre d'être à même de garder et d'accepter leurs enfants, des séances de développement personnel et de sensibilisation encadrées par une coach professionnelle, ainsi que des cours d'hygiène, d'éducation sexuelle et de droit sont programmés par l'association. Ces cours permettent aux femmes célibataires d'améliorer leurs capacités personnelles et leur estime de soi.
Mais il n'en demeure pas moins que face au regard de la société et aux lourdes responsabilités qu'elles se doivent d'assumer, les mères célibataires ne peuvent pas s'en sortir sans un suivi et un soutien psychologique de qualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.