Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim
Publié dans Libération le 28 - 02 - 2020

Secoués par une crise inédite, les César ont nommé mercredi une présidente par intérim, avant une 45e cérémonie qui se tiendra ce vendredi sous tension, sur fond de vives protestations aussi contre les 12 nominations de "J'accuse" de Roman Polanski.
A l'issue d'un conseil d'administration, les César ont nommé mercredi la productrice Margaret Menegoz présidente de l'Association pour la promotion du cinéma (APC), qui régit l'Académie des César, en remplacement du producteur Alain Terzian démissionnaire, en poste depuis 2003.
Déjà secrétaire générale de l'APC et membre de son conseil d'administration, Margaret Menegoz, 78 ans, dirige la société Les Films du Losange, qui ont produit des films d'Eric Rohmer, Michael Haneke ou Andrzej Wajda.
Les membres de l'APC se réuniront ensuite le 20 avril pour une assemblée générale extraordinaire, au cours de laquelle seront adoptés de nouveaux statuts, dont le projet sera élaboré par le Centre national du cinéma (CNC), en concertation avec les professionnels. Ces statuts devront permettre notamment l'élargissement du nombre de membres de l'association - qui en compte actuellement 47, dont 21 administrateurs - et la diversification de leur recrutement.
Une deuxième assemblée générale, avec les nouveaux membres, sera convoquée à l'été, qui élira un nouveau conseil d'administration, chargé cette fois de réformer le collège électoral des César, composé aujourd'hui de 4.700 professionnels du cinéma (dont 35% de femmes).
Ces annonces interviennent alors que les César sont affaiblis depuis plusieurs semaines par une violente crise, qui a conduit à la mi-février à la démission collective de la direction de l'Académie, accusée d'opacité et d'entre-soi.
Les turbulences s'étaient intensifiées quand plus de 400 personnalités du cinéma dont Omar Sy, Jacques Audiard ou Céline Sciamma, avaient signé en février une tribune réclamant une "réforme en profondeur", précipitant la chute du conseil d'administration.
Marquant le début d'une nouvelle ère, Margaret Menegoz sera aux manettes vendredi pour la grand-messe du cinéma français, alors que les César promettent d'être chahutés aussi par les féministes, décidées à protester contre les 12 nominations de "J'accuse".
Arrivé en tête du premier tour de vote avec le film de Ladj Ly sur les banlieues "Les Misérables" (grand favori avec 12 nominations aussi, en incluant celle du prix du public), le film de Roman Polanski sur l'affaire Dreyfus sera sur le devant de la scène pour ces récompenses annuelles.
Il est talonné également par "La Belle époque" de Nicolas Bedos (onze nominations) et de "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma (dix).
Mais, indignées, plusieurs associations féministes, qui n'acceptent plus comme une partie de l'opinion publique que le cinéaste franco-polonais reçoive des honneurs - alors qu'il est visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol et toujours poursuivi par la justice américaine -, ont appelé à manifester ce vendredi à 18H devant la salle Pleyel, où se tiendra la cérémonie à partir de 21H.
Le collectif féministe #NousToutes a annoncé notamment qu'il organiserait un happening au cours duquel il décernerait à des cinéastes "d'autres prix - moins glorieux -, afin que le rideau se lève sur la protection que leur accorde le monde des arts et du cinéma".
L'incertitude règne encore sur la présence de Roman Polanski à la cérémonie. Des informations de presse faisaient état mercredi de sa venue, mais l'entourage du cinéaste a précisé qu'il n'avait pas encore pris sa décision.
Quelques jours après la condamnation de l'ex-magnat d'Hollywood Harvey Weinstein - reconnu coupable lundi d'agression sexuelle et de viol -, étape importante pour le mouvement #MeToo, cette polémique Polanski fait tache.
Enfonçant le clou, l'actrice Adèle Haenel, qui a créé un séisme dans le cinéma français en novembre en accusant le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements répétés" quand elle était adolescente, a estimé lundi dans un entretien au New York Times que la France avait "complètement raté le coche" de #MeToo.
La comédienne de 31 ans, en lice pour le César de la meilleure actrice pour "Portrait de la jeune fille en feu", a mis en garde: "Distinguer Polanski, c'est cracher au visage de toutes les victimes. Ça veut dire +ce n'est pas si grave de violer des femmes+".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.