Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues
Publié dans Libération le 27 - 03 - 2020

Scandaleux, irresponsable et honteux ! C'est le moins que l'on puisse dire de la divulgation de l'identité du premier cas confirmé atteint de coronavirus à Essaouira le 24 mars 2020.
Une fois la nouvelle dévoilée, le nom, les photos, l'adresse, la profession et la confession du patient ont fait le tour de la Toile.
Certains sont allés même jusqu'à publier un message lui imputant la responsabilité d'avoir amené la pandémie à la cité des alizés.
Mais l'aspect le plus scandaleux reste la mise en relief de la religion dudit malade : certains médias ont fait un aberrant zoom sur sa confession juive dévoilant ainsi une mentalité raciste qui n'arrive toujours pas à s'imprégner des valeurs universelles des droits de l'Homme et des fondements de l'identité plurielle et tolèrente du Maroc ouvert et réconcilié avec toutes ses composantes culturelles et identitaires.
" Il s'agit d'un homme, d'un malade, et, surtout, d'un Marocain. Point à la ligne. La divulgation de l'identité de ce patient est un acte condamnable, il faut protéger les malades, leurs familles et leur entourage. Par ailleurs, personne n'a le droit de les stigmatiser sur la base de leurs identités ou religions", s'indigne un habitant d'Essaouira.
Certes, la panique s'empare des esprits en ces moments difficiles, mais il faut rester fidèle à l'esprit de responsabilité et de solidarité qui a caractérisé jusqu'à présent la gestion marocaine de la crise au niveau institutionnel et populaire.
" La pandémie est universelle, elle n'est ni juive, ni musulmane, ni chrétienne. Toute l'humanité est concernée par cette crise sanitaire qui n'a épargné aucune religion ou nationalité. Il faut gérer cette phase difficile dans l'unité et la responsabilité " a précisé un activiste associatif.
Les réactions indignées par cet incident n'ont pas tardé. Bon nombre d'habitants d'Essaouira ont été unanimes à condamner ce comportement qui tend à trier les malades marocains sur la base de leur religion. Beaucoup de voix s'élèvent actuellement pour que les services compétents assument leur responsabilité en termes de protection de l'identité des patients d'une part et de pénalisation de ce genre d'actes haineux et irresponsables d'autre part.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.