Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter
Publié dans Libération le 27 - 03 - 2020

Tournages annulés, salles fermées, Festival de Cannes au mieux reporté: l'industrie du cinéma cherche elle aussi à composer, face à la situation inédite engendrée par la crise du coronavirus.
Principale mesure prise par les studios et les distributeurs: le report de sorties initialement prévues au printemps, dont le prochain James Bond, "Mourir peut attendre", repoussé à novembre.
Aux Etats-Unis, Disney a aussi reporté son "Mulan", remake en prises de vues réelles du dessin animé de 1998. Universal repousse à 2021 le neuvième épisode de "Fast and Furious". "Wonder Woman 1984" ne sortira finalement qu'en août et non en juin. En France, "Petit pays", adaptation du roman à succès du même nom, a été déprogrammé in extremis et doit être en salles le 26 août.
Attendu sur les écrans mi-mars, le "Pinocchio" de Matteo Garrone, succès en Italie, sortira sur les écrans français le 1er juillet. "C'est l'ensemble du calendrier de sorties qu'il va falloir réorganiser, car il n'y a pas que les salles à l'arrêt: il y a aussi les tournages, la post-production, le doublage, etc.", souligne Richard Patry, patron de la fédération des exploitants cinéma en France. Pour autant, il n'attend pas forcément d'embouteillage à l'automne car certains des films annoncés pour ce moment-là ne seront pas prêts.
Une comédie romantique (Paramount) sur Netflix, sans passer par la case cinéma: la nouvelle a secoué Hollywood lundi, déjà bousculé par la montée en puissance des plateformes de streaming.
Jusqu'ici, certains studios avaient opté pour la vidéo à la demande (VoD) en raison de la fermeture des salles, en proposant des films à la carrière interrompue par la crise du coronavirus. C'est le cas d'Universal: pour un peu moins de 20 dollars, il est possible de louer pendant 48 heures "The Invisible Man", avec Elisabeth Moss, "Emma" et "The Hunt". Le studio prévoit aussi la sortie simultanément en salles et en VoD de "Les Trolls 2 - Tournée mondiale".
En France, où la chronologie des médias encadre strictement la sortie des films, cette solution n'est pas possible: un délai de quatre mois est nécessaire entre le grand écran et la VoD. Une dérogation "au cas par cas" a été instaurée pour permettre une sortie en VoD des films du 14 mars, dans le cadre de la loi d'urgence. Elle doit être étudiée par le CNC (Centre national du cinéma), organe de soutien au 7e art, mais concerne très peu de films.
D'autant que les salles souhaitent une reprogrammation des films au succès entravé par la pandémie, quand l'activité reprendra. Pourraient être concernés: "La bonne épouse", avec Juliette Binoche (171.000 entrées en 1re semaine) ainsi que "De Gaulle" qui cumulait près de 600.000 spectateurs en deux semaines.
Si l'industrie du cinéma est bel et bien en crise, la période est propice pour le cinéphile en quête de pépites ou désireux de revoir des films pas forcément récents: outre les "usual suspects" que sont les mastodontes Netflix, Amazon et Apple TV, rejoints par Disney+ dans plusieurs pays européens cette semaine, des plateformes plus pointues se distinguent.
UniversCiné, un des pionniers de la VoD en France propose depuis lundi une sélection de 200 films à petit prix (0,99 euro l'unité). L'occasion de (re)voir "Melancholia" de Lars von Trier, "Holy Motors" de Leos Carax ou "La Haine" de Mathieu Kassovitz. Prisée des étudiants en cinéma et de Martin Scorsese, la plateforme Mubi, basée à Londres, fait une offre découverte de trois mois pour à peine plus d'un euro (1 livre sterling). Elle propose chaque mois une sélection éclectique de 30 films sur abonnement, dont "India Song" de Marguerite Duras.
En Italie, la Cinémathèque de Milan a mis gratuitement à disposition son catalogue sur inscription en ligne et le site MyMovies propose une cinquantaine de films en accès libre pour inciter à rester chez soi. Enfin, pour les amateurs de raretés, le site Openculture a recensé plus d'un millier de films accessibles gratuitement sur la Toile car tombés dans le domaine public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.