Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf
Publié dans Libération le 30 - 03 - 2020

En ces jours où la communauté internationale vit dans la crainte du coronavirus et où les populations ont un besoin pressant de réconfort de la part de leurs dirigeants, les séquestrés des camps de Tindouf sont abandonnés à leur triste sort par la «bande régnante» comme ils les appellent.
En effet, dans les différents camps près de Tindouf, on se plaint de la montée soudaine des prix des denrées de première nécessité, notamment la viande, aliment de base des Sahraouis, mais également du carburant, du sucre et du thé.
Mais ce dont on se plaint surtout, c'est l'absence de dirigeants qui pourraient réguler les prix.
Si, à l'image des autorités algériennes, les dirigeants du Polisario ont décrété l'arrêt de toutes les liaisons entre les camps, depuis le 22 mars courant, des Sahraouis bloqués à la frontière avec la Mauritanie, arrivent néanmoins à s'infiltrer dans les camps avec tout ce que cela comporte comme risque.
Devant l'absence de ceux qui sont censés représenter l'autorité, les résidents des camps se sentent comme des laissés pour compte.
Les Sahraouis estiment que du haut de ses 75 piges, le chef des séparatistes n'est plus en mesure de les régenter. D'où l'émergence de plusieurs mouvements dirigés par des jeunes qui lui disputent le leadership et n'hésitent pas à appeler à la rébellion.
Les Sahraouis de la diaspora sont les premiers à militer au sein de ces mouvements. D'autant que la crise du coronavirus les a obligés à rester dans les pays d'accueil vu l'incapacité de la direction du Polisario à les aider à rejoindre les camps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.