Rapatriement des Marocains venus d'Algérie : voici leurs témoignages !    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement
Publié dans Libération le 30 - 03 - 2020

Sous le ciel de Paris. S'envole une chanson. Hum hum" et sous le ciel de Berlin, la chanteuse allemande Ingrid Ihnen-Haas enregistre dans son salon gorgé de soleil le répertoire d'Edith Piaf pour divertir les esseulés en ces temps d'enfermement. Dans le sud-ouest de Berlin, "repère" depuis les années 20 de nombreux artistes, la vie culturelle mise à l'arrêt dans les théâtres et les salles de spectacle, se poursuit tant bien que mal grâce à une association qui propose d'enregistrer des chansons et des extraits de romans pour les mettre à disposition du public sur internet. "Tout particulièrement pour les personnes âgées qui sont enfermées chez elles, le principe des « concerts dans la salle à manger » est formidable", s'enthousiasme Ingrid Ihnen-Haas, une ancienne travailleuse sociale de 71 ans, habituée à se produire sur différentes petites scènes de la capitale.
L'architecture des années 20 se déploie autour d'une place verdoyante piquée de jonquilles, coeur historique de la "Colonie des artistes", un ensemble d e 80 résidences destinées à des artistes ou des intellectuels, actifs ou retraités, et disposant de revenus modestes. Le prix Nobel de littérature Günter Grass vécut non loin de là, tout comme la philosophe Hannah Arendt avant d'être chassée par les nazis, ou l'acteur Klaus Kinski et le psychanalyste Wilhelm Reich. Assise sur l'un des bancs publics, la comédienne Cornelia Schönwald lit à voix haute une nouvelle d'Erich Kästner, un classique de la littérature allemande de jeunesse. Sa lecture, accompagnée par le piaillement des moineaux du printemps, est filmée par Christian Sekula, l'un des responsables de l'association "Colonie des artistes". Il se chargera ensuite du montage et de la mise en ligne sur le site de cette association qui d'ordinaire propose des pièces de théâtre et d'autres activités culturelles. "En ce moment je n'ai aucun engagement", explique Cornelia Schönwald qui a vu tous ses projets annulés avec la quasi mise sous cloche de la ville. Loin de ruminer sur l'actualité, la comédienne assure néanmoins que cette période, où tout le monde est appelé à lever le pied, est "enrichissante parce qu'elle permet de faire le point sur ce qui est vraiment important". "Peut-être que nous, les artistes, avons un autre rapport à ces hauts et ces bas de l'existence, nous y sommes davantage habitués", poursuit-elle, en faisant allusion à la précarité des statuts de ces professions.
Dans le quartier, beaucoup de ses collègues ont en revanche du mal à accepter les restrictions des libertés publiques liées au virus, alors que flotte encore le souvenir des dictatures nazie et communiste. "Ici il y a un lien particulier au Troisième Reich et le souvenir de la Guerre et du couvre-feu revient", rappelle Christian Sekula qui porte un masque de protection sur le visage. "Berlin, c'est aussi la ville du blocus (imposé par les Soviétiques) de 1948 et le pont aérien qu'il avait fallu mettre en place pour ravitailler Berlin-Ouest", dit-il.
Pour tous ces métiers précaires qui gravitent autour du spectacle, pour ces peintres qui ont vu leurs expositions reportées ou annulées, la crise actuelle est existentielle. "Ceux qui ne travaillent que deux ou trois jours par semaine n'ont aucune réserve financière. Aujourd'hui une crise sociale gronde", admet M. Sekula.
En attendant, les habitants continuent de venir en aide aux artistes retraités et de rendre des menus services.
"Le dernier arrivé dans l'immeuble, est allé me chercher des boissons", détaille Gerda Schulz, une ancienne danseuse de flamenco de 82 ans, qui ne sort plus que le matin à l'aube pour une marche quotidienne.
Pendant ce temps, lunettes bleues et cheveux ébouriffés, Ingrid Ihnen-Haas continue d'enchaîner au micro les classiques de "la môme" saupoudrés d'accent allemand. En ces temps noirs, un titre manque encore toutefois à son répertoire: "La vie en rose".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.