START-TOP / B-Sensei : La startup amie des économes    Le Groupe Renault Maroc optimiste sur un marché marqué par la volatilité    AutoBest 2021 : sept finalistes et de premiers lauréats    Accord de pêche Maroc-UE : un premier bilan positif    ANP: légère hausse du CA consolidé à fin septembre    L'affaire du Casino Essadi enfin close: la Cour d'appel a tranché    OMS : la vigilance s'impose, malgré la baisse des contaminations    Salon Halieutis : la 6e édition repoussée à 2022    Alerte météo au Maroc: les averses orageuses se poursuivent    Covid-19: grand recul des mariages mixtes à Casablanca    Président de la Liga : « Messi n'est pas indispensable »    Agadir : mise en place d'un hôpital de campagne dédié aux patients Covid-19    FC Barcelone: accord pour une baisse de salaire de 122 M EUR    Guergarate : La Croatie salue l'engagement du Maroc en faveur du cessez-le-feu    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Sahara marocain : Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc    Tour Préliminaire Coupe de la CAF: Le TAS (Ittihad Bidaoui) fait ses premiers pas en Gambie !    Le groupe ODM joint Jaafar Heikel à ses rangs    Une finale Ligue des Champions de haut niveau : El Ahly vainqueur d'un beau match !    Classement mondial FIFA : Le Maroc 35ème mondial et 4ème africain    Evolution du coronavirus au Maroc : 4592 nouveaux cas, 345.276 au total, vendredi 27 novembre à 18 heures    Candidats aux concours de la DGSN, ceci vous concerne    Rencontre    Démocratie et Mirages    Les leaders des partis politiques en visite à El Guerguarat    Finale de la LDC: l'arbitre marocain Redouane Jaid absent à cause du coronavirus    Ibrahimovic dénonce l' utilisation de son nom dans le jeu Fifa    Kate Middleton populaire    Meghan Markle, de l' exil retentissant au drame intime    Message de condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Feu Mahmoud El Idrissi    Youssef Balla : L'Algérie assume l'entière responsabilité dans le différend régional sur le Sahara marocain    La position de l'Espagne sur le Sahara « reste toujours inchangée » (MAE espagnole)    Nasser Bourita : La Politique européenne de voisinage est plus que nécessaire au regard du contexte de crise pandémique    Des perspectives prometteuses pour les exportations des produits agricoles    L'Australie limoge 13 soldats après un rapport sur des crimes de guerre en Afghanistan    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Pêche maritime : nouvel accord entre le Maroc et la Russie    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    UM6P : quatre chercheurs distingués par l'Université de Stanford    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement
Publié dans Libération le 30 - 03 - 2020

Sous le ciel de Paris. S'envole une chanson. Hum hum" et sous le ciel de Berlin, la chanteuse allemande Ingrid Ihnen-Haas enregistre dans son salon gorgé de soleil le répertoire d'Edith Piaf pour divertir les esseulés en ces temps d'enfermement. Dans le sud-ouest de Berlin, "repère" depuis les années 20 de nombreux artistes, la vie culturelle mise à l'arrêt dans les théâtres et les salles de spectacle, se poursuit tant bien que mal grâce à une association qui propose d'enregistrer des chansons et des extraits de romans pour les mettre à disposition du public sur internet. "Tout particulièrement pour les personnes âgées qui sont enfermées chez elles, le principe des « concerts dans la salle à manger » est formidable", s'enthousiasme Ingrid Ihnen-Haas, une ancienne travailleuse sociale de 71 ans, habituée à se produire sur différentes petites scènes de la capitale.
L'architecture des années 20 se déploie autour d'une place verdoyante piquée de jonquilles, coeur historique de la "Colonie des artistes", un ensemble d e 80 résidences destinées à des artistes ou des intellectuels, actifs ou retraités, et disposant de revenus modestes. Le prix Nobel de littérature Günter Grass vécut non loin de là, tout comme la philosophe Hannah Arendt avant d'être chassée par les nazis, ou l'acteur Klaus Kinski et le psychanalyste Wilhelm Reich. Assise sur l'un des bancs publics, la comédienne Cornelia Schönwald lit à voix haute une nouvelle d'Erich Kästner, un classique de la littérature allemande de jeunesse. Sa lecture, accompagnée par le piaillement des moineaux du printemps, est filmée par Christian Sekula, l'un des responsables de l'association "Colonie des artistes". Il se chargera ensuite du montage et de la mise en ligne sur le site de cette association qui d'ordinaire propose des pièces de théâtre et d'autres activités culturelles. "En ce moment je n'ai aucun engagement", explique Cornelia Schönwald qui a vu tous ses projets annulés avec la quasi mise sous cloche de la ville. Loin de ruminer sur l'actualité, la comédienne assure néanmoins que cette période, où tout le monde est appelé à lever le pied, est "enrichissante parce qu'elle permet de faire le point sur ce qui est vraiment important". "Peut-être que nous, les artistes, avons un autre rapport à ces hauts et ces bas de l'existence, nous y sommes davantage habitués", poursuit-elle, en faisant allusion à la précarité des statuts de ces professions.
Dans le quartier, beaucoup de ses collègues ont en revanche du mal à accepter les restrictions des libertés publiques liées au virus, alors que flotte encore le souvenir des dictatures nazie et communiste. "Ici il y a un lien particulier au Troisième Reich et le souvenir de la Guerre et du couvre-feu revient", rappelle Christian Sekula qui porte un masque de protection sur le visage. "Berlin, c'est aussi la ville du blocus (imposé par les Soviétiques) de 1948 et le pont aérien qu'il avait fallu mettre en place pour ravitailler Berlin-Ouest", dit-il.
Pour tous ces métiers précaires qui gravitent autour du spectacle, pour ces peintres qui ont vu leurs expositions reportées ou annulées, la crise actuelle est existentielle. "Ceux qui ne travaillent que deux ou trois jours par semaine n'ont aucune réserve financière. Aujourd'hui une crise sociale gronde", admet M. Sekula.
En attendant, les habitants continuent de venir en aide aux artistes retraités et de rendre des menus services.
"Le dernier arrivé dans l'immeuble, est allé me chercher des boissons", détaille Gerda Schulz, une ancienne danseuse de flamenco de 82 ans, qui ne sort plus que le matin à l'aube pour une marche quotidienne.
Pendant ce temps, lunettes bleues et cheveux ébouriffés, Ingrid Ihnen-Haas continue d'enchaîner au micro les classiques de "la môme" saupoudrés d'accent allemand. En ces temps noirs, un titre manque encore toutefois à son répertoire: "La vie en rose".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.