Rapatriement des Marocains venus d'Algérie : voici leurs témoignages !    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19
Publié dans Libération le 31 - 03 - 2020

En cette période de tourment face au coronavirus, cet ennemi microscopique de l'humanité, les autorités marocaines ainsi que les opérateurs socioéconomiques sont conscients plus que jamais de l'impératif de prendre des mesures d'accompagnement pour limiter l'impact de cette crise sur l'économie marocaine.
En effet, ils ont pris les devants en vue d'aider les entreprises à surmonter cette période en évitant les licenciements et en favorisant la reprise une fois cette phase passée.
A cet effet, un guide explicatif a été publié par le ministère du Travail et de l'Insertion professionnelle.
Selon ce guide, l'article 245 du Code du travail permet à l'employeur, dans une situation de pandémie, de fixer des dates de départ de congé payé et ce, après consultation des délégués des salariés et, le cas échéant, des représentants syndicaux dans l'entreprise, notant que les salariés concernés par le congé doivent être consultés.
S'agissant de la question de la suspension du contrat de travail, dans le cas où le salarié est mis sous contrôle médical ou en situation de confinement, le ministère a fait observer que cette situation (art. 32) porte suspension provisoire du contrat de travail, étant donné que ce virus est considéré comme une maladie motivant l'absence du salarié.
Pour ce qui est du télétravail, l'article 8 du même Code stipule qu'il est autorisé aux employeurs de faire travailler les salariés depuis leur domicile, à condition de respecter les mesures d'hygiène et de sécurité prévues et de disposer d'une assurance contre les accidents de travail couvrant le salarié (loi n°12.18). Cet accord ainsi conclu entre les deux parties ne peut en aucun cas affecter les avantages acquis précédemment avant le recours à ce mode de travail.
D'ailleurs, depuis le début du confinement, la majorité des entreprises ont opté pour cette approche, notamment le co-fondateur et directeur général de Mubawab, Kevin Gormand, qui a relevé, dans une interview à la MAP, que sa société a communiqué à l'ensemble de ses collaborateurs les bonnes pratiques à adopter pour cette approche novatrice d'organisation de travail, qui n'est désormais "plus une option mais un impératif".
"Nous avons également assuré une communication globale qui a été faite très rapidement auprès de tous nos clients et partenaires pour renouveler notre engagement face à cette situation exceptionnelle et les conforter sur notre engagement et disponibilité", a-t-il fait savoir.
En ce qui concerne les indemnités forfaitaires, le président de la commission arbitrage et médiation à la CGEM, Mohamed Emtil, a souligné, dans un guide explicatif du patronat, la nécessité de s'affilier à la CNSS pour être éligible à l'indemnité forfaitaire mensuelle de la CNSS.
En effet, les salariés doivent figurer sur les Bordereaux de déclaration de salaire (BDS) de la CNSS en février 2020. La société doit faire partie des secteurs d'activité impactés par les effets du Covid-19 (baisses du CA et du carnet de commandes, rupture de livraison de matières premières, etc.) et doit renseigner le portail Covid-19 de la CNSS en cochant les personnes concernées par la baisse d'activité en plus de déposer sa déclaration sur l'honneur.

Dans le même sillage, Mohamed Emtil n'a pas manqué de relever que les salariés, embauchés en mars 2020, ne sont pas éligibles à l'indemnité forfaitaire, vu qu'ils ne figurent pas sur le BDS de février 2020.
Interrogé sur les salariés qui seront mis au chômage en avril, il a expliqué qu'en sus des prérequis mentionnés précédemment, la CNSS ne versera l'indemnité que si l'employeur n'a pas déclaré de salaire en avril, précisant que "si sur les BDS, le salarié est déclaré avec un salaire, quel que soit son niveau, l'indemnité ne sera plus versée par la CNSS". Et d'ajouter que dans le cas où l'employeur veut verser une aide complémentaire, le salarié ne sera plus éligible pour bénéficier de l'indemnité forfaitaire Covid-19, notant que pour cette situation précise, la CGEM a proposé d'accorder l'aide de l'employeur sous forme d'acompte sur salaire à récupérer une fois l'activité normale reprise ou d'accorder un bon d'achat, notamment avec l'approche du mois sacré de Ramadan.
Pour ce qui est du versement de ladite indemnité, les salariés la recevront à la fin de chaque mois soit par virement pour ceux disposant d'un RIB bancaire, soit via mise à disposition, avec condition pour l'employeur de déposer sa déclaration des salaires sur "Damankom" avant la fin du mois et non avant le 10 de chaque mois M 1, pour mener à bien cette action.
En ce qui a trait aux salariés en contrats à durée déterminée (CDD), dont les contrats arrivent à échéance durant la période allant du 15 mars au 30 juin 2020, ces derniers ne doivent pas être déclarés en arrêt de travail et ne sont pas éligibles pour bénéficier de l'indemnité forfaitaire.
Nonobstant, les stagiaires sous contrats d'insertion éligibles à l'indemnité forfaitaire sont ceux sous ''contrats Anapec'' déclarés à la CNSS en février 2020, notant que le critère d'éligibilité reste la déclaration des stagiaires à la CNSS. Une condition qui ne figure pas dans les contrats de stagiaires scolaires qui ne sont pas éligibles au versement de l'indemnité forfaitaire car ils ne sont pas déclarés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.