«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises
Publié dans Libération le 31 - 03 - 2020

Les gens qui étaient pauvres sont plus pauvres, et ceux qui avaient des emplois décents sont maintenant pauvres aussi (Fenêtre)
"C'est la première fois que je viens": les banques alimentaires new-yorkaises sont confrontées à un afflux de nouveaux venus, privés de revenus par l'arrêt de la quasi-totalité des activités de la capitale économique américaine.
Sachets remplis d'oranges, de patates douces et d'oignons sur trois tables, lait stérilisé, boîtes de thon et de saumon sur trois autres: des centaines de personnes sont venues se ravitailler ce weekend à l'un des marchés gratuits proposés par une grande association caritative new-yorkaise, City Harvest, dans le quartier de Washington Heights, dans le nord de Manhattan.
Pas de longues queues qui rappelleraient les soupes populaires des années 1930: les gens arrivent au fur et à mesure, portant souvent un masque de protection, et sont maintenus à distance les uns des autres par des bénévoles.
Parmi les "clients", Lina Aba, 40 ans, seule avec cinq enfants entre 11 et 23 ans. Elle travaillait comme femme de ménage dans un hôtel de Manhattan jusqu'à ce qu'il ferme il y a deux semaines. Ses deux aînés ont également perdu leur emploi.
"C'est ma première fois" dit-elle. "On a besoin d'aide maintenant. C'est fou, on ne sait pas ce qui va se passer dans les semaines qui viennent".
Elle s'efforce pourtant de garder le sourire. "Au moins, je passe du temps avec mes enfants. Je suis l'enseignante, la maman, tout (...) Nous sommes vivants, en bonne santé, il faut juste prier".
Cette mère célibataire a mis une semaine à s'inscrire au chômage. Les serveurs informatiques sont saturés, laissant prévoir de prochains chiffres du chômage bien pires que ceux annoncés jeudi par le gouvernement fédéral. Mais depuis vendredi, "c'est fait", dit-elle, soulagée.
Les indemnités devraient commencer à arriver dans trois semaines. Elle espère aussi toucher bientôt au moins 1.200 dollars du gouvernement fédéral, grâce au plan d'aide historique approuvé la semaine dernière par le Congrès.
"Cela ne suffira pas", mais "on sera déjà reconnaissant de ce qu'ils pourront nous donner", confie-t-elle. "Il y a tant de gens (à aider), c'est toute la ville!"
José Neri, 51 ans, l'un des nombreux employés hispaniques faisant tourner les restaurants new-yorkais désormais fermés, fait aussi appel pour la première fois aux services d'une banque alimentaire.
Chez lui, ils sont cinq. "Nous tirons sur nos économies pour survivre", dit-il en espagnol, portant masque et gants de protection de peur d'attraper la maladie.
"On a ce qu'il faut pour tenir pour l'instant", ajoute-t-il. Lui aussi compte, pour pouvoir "s'en sortir", sur l'aide promise par le gouvernement fédéral aux petits revenus.
Jhordana Ramirez, 39 ans, est elle obligée de continuer à travailler, malgré les risques de contagion dans une métropole comptant plusieurs dizaines de milliers de cas confirmés. Elle est aide à domicile auprès de personnes âgées, qui "dépendent à 100%" d'elle.
L'effet de la crise sur son foyer est "énorme", souligne-t-elle. Son mari et sa fille aînée ont perdu leur emploi. Sa cadette de 8 ans est "anxieuse" et ne tient pas en place.
"J'essaie d'économiser le plus possible, surtout pour le loyer, les factures comme l'électricité, le câble, la nourriture et toutes ces choses", dit-elle, attendant elle aussi avec impatience le chèque fédéral.
Des témoignages auxquels Geraldine Fermin, employée de City Harvest, s'est habituée, depuis bientôt deux semaines que la capitale économique américaine vit confinée.
"Cela fend le cœur que ce soit comme ça pour tant de gens", dit-elle. "Les gens qui étaient pauvres sont plus pauvres, et ceux qui avaient des emplois décents, qui pouvaient se débrouiller, sont maintenant pauvres aussi".
"Il y avait avant 1,2 million de personnes à New York qui avaient besoin d'aide pour la nourriture. En ce moment c'est trois fois plus, c'est plus de 3 millions de New-Yorkais," explique Eric Ripert, vice-président du conseil d'administration de City Harvest et propriétaire du célèbre restaurant Le Bernardin, fermé lui aussi.
L'association caritative, qui outre ses marchés fournit en nourriture quelque 400 centres pour sans-abris, n'a pour l'instant pas de problème de ravitaillement, assure-t-il.
Mais elle cherche des fonds pour acheter davantage de nourriture, et s'allie à d'autres associations pour faire front commun face à "une situation qui va empirer".
"On a connu le 11-Septembre, la grande récession de 2008-2009, on a connu beaucoup de choses, mais ce n'est pas du tout comparable à cette catastrophe qu'on est en train de vivre", s'inquiète Eric Ripert.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.