Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Casablanca : la trémie des Almohades livrée fin mars    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    «La startup Factory» reçoit le Label AFRIC'INNOV    BEI/Jaida : 10 M€ pour soutenir l'activité de microcrédit    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    Plan de relance. Ça va décarboniser    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Décès de Mohieddine Chekrouni    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Législation : Un bilan maigre se profile    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises
Publié dans Libération le 31 - 03 - 2020

Les gens qui étaient pauvres sont plus pauvres, et ceux qui avaient des emplois décents sont maintenant pauvres aussi (Fenêtre)
"C'est la première fois que je viens": les banques alimentaires new-yorkaises sont confrontées à un afflux de nouveaux venus, privés de revenus par l'arrêt de la quasi-totalité des activités de la capitale économique américaine.
Sachets remplis d'oranges, de patates douces et d'oignons sur trois tables, lait stérilisé, boîtes de thon et de saumon sur trois autres: des centaines de personnes sont venues se ravitailler ce weekend à l'un des marchés gratuits proposés par une grande association caritative new-yorkaise, City Harvest, dans le quartier de Washington Heights, dans le nord de Manhattan.
Pas de longues queues qui rappelleraient les soupes populaires des années 1930: les gens arrivent au fur et à mesure, portant souvent un masque de protection, et sont maintenus à distance les uns des autres par des bénévoles.
Parmi les "clients", Lina Aba, 40 ans, seule avec cinq enfants entre 11 et 23 ans. Elle travaillait comme femme de ménage dans un hôtel de Manhattan jusqu'à ce qu'il ferme il y a deux semaines. Ses deux aînés ont également perdu leur emploi.
"C'est ma première fois" dit-elle. "On a besoin d'aide maintenant. C'est fou, on ne sait pas ce qui va se passer dans les semaines qui viennent".
Elle s'efforce pourtant de garder le sourire. "Au moins, je passe du temps avec mes enfants. Je suis l'enseignante, la maman, tout (...) Nous sommes vivants, en bonne santé, il faut juste prier".
Cette mère célibataire a mis une semaine à s'inscrire au chômage. Les serveurs informatiques sont saturés, laissant prévoir de prochains chiffres du chômage bien pires que ceux annoncés jeudi par le gouvernement fédéral. Mais depuis vendredi, "c'est fait", dit-elle, soulagée.
Les indemnités devraient commencer à arriver dans trois semaines. Elle espère aussi toucher bientôt au moins 1.200 dollars du gouvernement fédéral, grâce au plan d'aide historique approuvé la semaine dernière par le Congrès.
"Cela ne suffira pas", mais "on sera déjà reconnaissant de ce qu'ils pourront nous donner", confie-t-elle. "Il y a tant de gens (à aider), c'est toute la ville!"
José Neri, 51 ans, l'un des nombreux employés hispaniques faisant tourner les restaurants new-yorkais désormais fermés, fait aussi appel pour la première fois aux services d'une banque alimentaire.
Chez lui, ils sont cinq. "Nous tirons sur nos économies pour survivre", dit-il en espagnol, portant masque et gants de protection de peur d'attraper la maladie.
"On a ce qu'il faut pour tenir pour l'instant", ajoute-t-il. Lui aussi compte, pour pouvoir "s'en sortir", sur l'aide promise par le gouvernement fédéral aux petits revenus.
Jhordana Ramirez, 39 ans, est elle obligée de continuer à travailler, malgré les risques de contagion dans une métropole comptant plusieurs dizaines de milliers de cas confirmés. Elle est aide à domicile auprès de personnes âgées, qui "dépendent à 100%" d'elle.
L'effet de la crise sur son foyer est "énorme", souligne-t-elle. Son mari et sa fille aînée ont perdu leur emploi. Sa cadette de 8 ans est "anxieuse" et ne tient pas en place.
"J'essaie d'économiser le plus possible, surtout pour le loyer, les factures comme l'électricité, le câble, la nourriture et toutes ces choses", dit-elle, attendant elle aussi avec impatience le chèque fédéral.
Des témoignages auxquels Geraldine Fermin, employée de City Harvest, s'est habituée, depuis bientôt deux semaines que la capitale économique américaine vit confinée.
"Cela fend le cœur que ce soit comme ça pour tant de gens", dit-elle. "Les gens qui étaient pauvres sont plus pauvres, et ceux qui avaient des emplois décents, qui pouvaient se débrouiller, sont maintenant pauvres aussi".
"Il y avait avant 1,2 million de personnes à New York qui avaient besoin d'aide pour la nourriture. En ce moment c'est trois fois plus, c'est plus de 3 millions de New-Yorkais," explique Eric Ripert, vice-président du conseil d'administration de City Harvest et propriétaire du célèbre restaurant Le Bernardin, fermé lui aussi.
L'association caritative, qui outre ses marchés fournit en nourriture quelque 400 centres pour sans-abris, n'a pour l'instant pas de problème de ravitaillement, assure-t-il.
Mais elle cherche des fonds pour acheter davantage de nourriture, et s'allie à d'autres associations pour faire front commun face à "une situation qui va empirer".
"On a connu le 11-Septembre, la grande récession de 2008-2009, on a connu beaucoup de choses, mais ce n'est pas du tout comparable à cette catastrophe qu'on est en train de vivre", s'inquiète Eric Ripert.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.