START-TOP / B-Sensei : La startup amie des économes    Le Groupe Renault Maroc optimiste sur un marché marqué par la volatilité    AutoBest 2021 : sept finalistes et de premiers lauréats    Accord de pêche Maroc-UE : un premier bilan positif    ANP: légère hausse du CA consolidé à fin septembre    L'affaire du Casino Essadi enfin close: la Cour d'appel a tranché    OMS : la vigilance s'impose, malgré la baisse des contaminations    Salon Halieutis : la 6e édition repoussée à 2022    Alerte météo au Maroc: les averses orageuses se poursuivent    Covid-19: grand recul des mariages mixtes à Casablanca    Président de la Liga : « Messi n'est pas indispensable »    Agadir : mise en place d'un hôpital de campagne dédié aux patients Covid-19    FC Barcelone: accord pour une baisse de salaire de 122 M EUR    Guergarate : La Croatie salue l'engagement du Maroc en faveur du cessez-le-feu    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Sahara marocain : Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc    Tour Préliminaire Coupe de la CAF: Le TAS (Ittihad Bidaoui) fait ses premiers pas en Gambie !    Le groupe ODM joint Jaafar Heikel à ses rangs    Une finale Ligue des Champions de haut niveau : El Ahly vainqueur d'un beau match !    Classement mondial FIFA : Le Maroc 35ème mondial et 4ème africain    Evolution du coronavirus au Maroc : 4592 nouveaux cas, 345.276 au total, vendredi 27 novembre à 18 heures    Candidats aux concours de la DGSN, ceci vous concerne    Rencontre    Démocratie et Mirages    Les leaders des partis politiques en visite à El Guerguarat    Finale de la LDC: l'arbitre marocain Redouane Jaid absent à cause du coronavirus    Ibrahimovic dénonce l' utilisation de son nom dans le jeu Fifa    Kate Middleton populaire    Meghan Markle, de l' exil retentissant au drame intime    Message de condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Feu Mahmoud El Idrissi    Youssef Balla : L'Algérie assume l'entière responsabilité dans le différend régional sur le Sahara marocain    La position de l'Espagne sur le Sahara « reste toujours inchangée » (MAE espagnole)    Nasser Bourita : La Politique européenne de voisinage est plus que nécessaire au regard du contexte de crise pandémique    Des perspectives prometteuses pour les exportations des produits agricoles    L'Australie limoge 13 soldats après un rapport sur des crimes de guerre en Afghanistan    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Pêche maritime : nouvel accord entre le Maroc et la Russie    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    UM6P : quatre chercheurs distingués par l'Université de Stanford    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La situation des détenus préoccupe la société civile
Publié dans Libération le 31 - 03 - 2020

La situation des prisonniers préoccupe de plus en plus les organisations de la société civile marocaine. Laquelle a lancé des appels aux autorités leur demandant de prendre des mesures en faveur de la population carcérale durant ces circonstances exceptionnelles marquées par la propagation de la pandémie de Covid-19.
« Dès l'apparition des premiers cas de coronavirus, l'Organisation marocaine des droits de l'Homme a lancé des appels aux autorités compétentes pour qu'elles prennent les mesures préventives urgentes à même de garantir la santé des détenus », a affirmé Boubker Largou, président de l'OMDH dans une déclaration à Libé.
Selon lui, cette ONG a appelé à alléger la population carcérale durant cette période critique en libérant certaines de ses catégories comme les mineurs. « Il y a surpopulation dans certains établissements pénitentiaires et les organisations des droits de l'Homme craignaient la propagation du coronavirus parmi la population carcérale. Si cela advient, qu'à Dieu ne plaise, ce serait une catastrophe », a-t-il déclaré en saluant la récente décision de la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) consistant en la libération des détenus mineurs.
Cette décision ne semble néanmoins pas avoir satisfait Abdellatif Reffouh, président de l'Observatoire marocain des prisons (OMP).
Dans une déclaration à Libé, il a affirmé que dès l'apparition des premiers cas de coronavirus, l'OMP a interpellé les autorités marocaines pour qu'elles prennent des mesures urgentes en vue de protéger la population carcérale. « Nous avons appelé à la relaxe des catégories vulnérables comme les mineurs, les personnes âgées de plus de 65 ans (qui ne représentent selon lui que 2 % de la population carcérale estimée à 86.384 détenus), les femmes enceintes ou avec des enfants, ainsi que les personnes dont la peine expirera dans un ou deux mois et les détenus du Hirak », a précisé notre interlocuteur.
L'OMP, à l'instar d'autres organisations de la société civile, estime que la réduction de la surpopulation carcérale passe également par la libération des personnes en détention provisoire, ainsi que de celles qui sont poursuivies pour des délits non dangereux et qui bénéficient des garanties de présence, soulignant qu'il y a actuellement à peu près 36.000 personnes en détention préventive.
« Nous avons publié deux communiqués à ce propos et nous avons adressé une lettre au ministère public et une autre au chef du gouvernement dans laquelle nous avions sollicité que l'Exécutif clarifie la situation à l'intérieur des établissements pénitentiaires et les mesures sanitaires et autres prises pour préserver la santé des détenus et éviter la propagation du Covid-19 au sein de ces établissements », a mis en avant Abdellatif Reffouh. Et d'ajouter : « A l'exception de la libération des mineurs et de la décision de la DGAPR d'imposer le confinement à ses propres fonctionnaires, les autres revendications et mesures proposées par les organisations de la société civile n'ont pas été prises en compte par les autorités compétentes ».
Il y a lieu de signaler que la DGAPR a annoncé mercredi dernier sa mobilisation pour la protection des pensionnaires, du personnel ainsi que des membres de leurs familles contre la contamination par le nouveau coronavirus, via leur mise en quarantaine.
"Cette décision s'inscrit dans le cadre des mesures préventives contre la propagation de l'épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19) prises par le Maroc et vient en application des dispositions légales relatives à la quarantaine", a-t-elle indiqué dans un communiqué, soulignant qu'elle est "consciente de la nécessité de l'application correcte et efficace de ces dispositions".
A cet effet, le personnel a été divisé en deux groupes, travaillant chacun deux semaines pleines, précise le communiqué, notant que des espaces aménagés et équipés de tous les moyens nécessaires ont été mis à leur disposition.
Il convient de rappeler que la haut-commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, a appelé mercredi dernier à la libération urgente de détenus à travers le monde pour éviter que la pandémie de Covid-19 ne fasse des "ravages" dans les prisons souvent surpeuplées.
Elle a en effet exhorté "les gouvernements et les autorités compétentes à travailler rapidement pour réduire le nombre de personnes en détention", en libérant par exemple "les détenus les plus âgés et ceux malades, ainsi que les délinquants présentant un risque faible".
"Le Covid-19 a commencé à frapper les prisons, les maisons d'arrêt et les centres de détention d'immigrants, ainsi que les centres de soins résidentiels et les hôpitaux psychiatriques, et risque de causer des ravages auprès des populations extrêmement vulnérables au sein de ces institutions", a-t-elle prévenu, en reconnaissant que "plusieurs pays avaient déjà entrepris des actions positives" en ce sens.
L'ex-présidente du Chili, qui connut les geôles du régime Pinochet durant les années 70, a par ailleurs appelé les gouvernements à "libérer toute personne détenue sans fondement juridique suffisant, y compris les prisonniers politiques et les personnes détenues simplement pour avoir exprimé des opinions critiques ou dissidentes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.