Rapatriement des Marocains venus d'Algérie : voici leurs témoignages !    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La situation des détenus préoccupe la société civile
Publié dans Libération le 31 - 03 - 2020

La situation des prisonniers préoccupe de plus en plus les organisations de la société civile marocaine. Laquelle a lancé des appels aux autorités leur demandant de prendre des mesures en faveur de la population carcérale durant ces circonstances exceptionnelles marquées par la propagation de la pandémie de Covid-19.
« Dès l'apparition des premiers cas de coronavirus, l'Organisation marocaine des droits de l'Homme a lancé des appels aux autorités compétentes pour qu'elles prennent les mesures préventives urgentes à même de garantir la santé des détenus », a affirmé Boubker Largou, président de l'OMDH dans une déclaration à Libé.
Selon lui, cette ONG a appelé à alléger la population carcérale durant cette période critique en libérant certaines de ses catégories comme les mineurs. « Il y a surpopulation dans certains établissements pénitentiaires et les organisations des droits de l'Homme craignaient la propagation du coronavirus parmi la population carcérale. Si cela advient, qu'à Dieu ne plaise, ce serait une catastrophe », a-t-il déclaré en saluant la récente décision de la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) consistant en la libération des détenus mineurs.
Cette décision ne semble néanmoins pas avoir satisfait Abdellatif Reffouh, président de l'Observatoire marocain des prisons (OMP).
Dans une déclaration à Libé, il a affirmé que dès l'apparition des premiers cas de coronavirus, l'OMP a interpellé les autorités marocaines pour qu'elles prennent des mesures urgentes en vue de protéger la population carcérale. « Nous avons appelé à la relaxe des catégories vulnérables comme les mineurs, les personnes âgées de plus de 65 ans (qui ne représentent selon lui que 2 % de la population carcérale estimée à 86.384 détenus), les femmes enceintes ou avec des enfants, ainsi que les personnes dont la peine expirera dans un ou deux mois et les détenus du Hirak », a précisé notre interlocuteur.
L'OMP, à l'instar d'autres organisations de la société civile, estime que la réduction de la surpopulation carcérale passe également par la libération des personnes en détention provisoire, ainsi que de celles qui sont poursuivies pour des délits non dangereux et qui bénéficient des garanties de présence, soulignant qu'il y a actuellement à peu près 36.000 personnes en détention préventive.
« Nous avons publié deux communiqués à ce propos et nous avons adressé une lettre au ministère public et une autre au chef du gouvernement dans laquelle nous avions sollicité que l'Exécutif clarifie la situation à l'intérieur des établissements pénitentiaires et les mesures sanitaires et autres prises pour préserver la santé des détenus et éviter la propagation du Covid-19 au sein de ces établissements », a mis en avant Abdellatif Reffouh. Et d'ajouter : « A l'exception de la libération des mineurs et de la décision de la DGAPR d'imposer le confinement à ses propres fonctionnaires, les autres revendications et mesures proposées par les organisations de la société civile n'ont pas été prises en compte par les autorités compétentes ».
Il y a lieu de signaler que la DGAPR a annoncé mercredi dernier sa mobilisation pour la protection des pensionnaires, du personnel ainsi que des membres de leurs familles contre la contamination par le nouveau coronavirus, via leur mise en quarantaine.
"Cette décision s'inscrit dans le cadre des mesures préventives contre la propagation de l'épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19) prises par le Maroc et vient en application des dispositions légales relatives à la quarantaine", a-t-elle indiqué dans un communiqué, soulignant qu'elle est "consciente de la nécessité de l'application correcte et efficace de ces dispositions".
A cet effet, le personnel a été divisé en deux groupes, travaillant chacun deux semaines pleines, précise le communiqué, notant que des espaces aménagés et équipés de tous les moyens nécessaires ont été mis à leur disposition.
Il convient de rappeler que la haut-commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, a appelé mercredi dernier à la libération urgente de détenus à travers le monde pour éviter que la pandémie de Covid-19 ne fasse des "ravages" dans les prisons souvent surpeuplées.
Elle a en effet exhorté "les gouvernements et les autorités compétentes à travailler rapidement pour réduire le nombre de personnes en détention", en libérant par exemple "les détenus les plus âgés et ceux malades, ainsi que les délinquants présentant un risque faible".
"Le Covid-19 a commencé à frapper les prisons, les maisons d'arrêt et les centres de détention d'immigrants, ainsi que les centres de soins résidentiels et les hôpitaux psychiatriques, et risque de causer des ravages auprès des populations extrêmement vulnérables au sein de ces institutions", a-t-elle prévenu, en reconnaissant que "plusieurs pays avaient déjà entrepris des actions positives" en ce sens.
L'ex-présidente du Chili, qui connut les geôles du régime Pinochet durant les années 70, a par ailleurs appelé les gouvernements à "libérer toute personne détenue sans fondement juridique suffisant, y compris les prisonniers politiques et les personnes détenues simplement pour avoir exprimé des opinions critiques ou dissidentes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.