Rapatriement des Marocains venus d'Algérie : voici leurs témoignages !    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020
Publié dans Libération le 01 - 04 - 2020

Des larmes de joie lorsque Tokyo a été choisie à l'annonce historique de leur report par le CIO, le chemin des Jeux olympiques 2020 n'a pas été un long fleuve tranquille.
Voici huit épisodes marquants qui ont précédé l'ajournement sans précédent du plus grand évènement sportif mondial.
A l'annonce le 8 septembre 2013 de l'attribution des JO-2020 à Tokyo, des présentateurs télé nippons fondent en larmes, et tout le pays exulte.
L'explosion de joie fait vite place à l'émotion face au souvenir des milliers de victimes du tremblement de terre et du tsunami de mars 2011. Beaucoup de Japonais redoutaient que l'accident nucléaire de Fukushima ne ruine les espoirs de la candidature de Tokyo. Les JO seront vite surnommés par le gouvernement "les Jeux de la reconstruction".
En juillet 2015, le Premier ministre Shinzo Abe ordonne une révision complète du projet du nouveau stade olympique, en réponse aux nombreuses critiques sur son coût estimé à près de 2 milliards d'euros, qui en aurait fait le stade le plus cher de l'histoire.
Un projet de l'architecte japonais Kengo Kuma est hâtivement sélectionné à la place de celui de l'Irako-Britannique Zaha Hadid, dont les lignes futuristes faisaient également débat.
Le nouveau stade olympique, d'une capacité de 68.000 places, a été achevé fin 2019 pour un coût estimé à 1,3 milliard d'euros.
Autre faux départ en septembre 2015: les organisateurs de Tokyo-2020 sont forcés de renoncer au premier logo des Jeux car il ressemblait fortement à celui du théâtre de Liège en Belgique, dessiné par le créateur Olivier Debie, lequel avait saisi la justice.
Le 28 février 2018, les organisateurs révèlent la paire de mascottes des JO sélectionnée par les écoliers de tout le pays: "Miraitowa" et "Someity", deux personnages dans le style manga, avec des oreilles pointues, de grands yeux rieurs et des "superpouvoirs".
Cette annonce réussie a été un événement au Japon, qui regorge de ces créatures pour incarner régions, villes, services publics, spécialités locales...
Le 19 mars 2019, le président du Comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda, alors âgé de 71 ans, annonce sa démission qui sera effective en juin suivant, officiellement en raison de la limite d'âge.
Mais il est surtout sous pression depuis la révélation au début de l'année, en janvier, de sa mise en examen par des juges français, qui le soupçonnent d'avoir octroyé des pots-de-vin à des membres du CIO en 2013 pour soutenir la candidature de Tokyo.
Devant les juges français, M. Takeda s'est défaussé sur ses collaborateurs, tandis que des investigations menées au Japon l'ont blanchi.
Le mois suivant survient une autre démission embarrassante pour le Japon, celle de son ministre chargé des Jeux olympiques, Yoshitaka Sakurada, auteur de gaffes à répétition en à peine six mois d'exercice.
A l'été 2019, de fortes chaleurs conjuguées à une humidité extrême à Tokyo mettent des athlètes au supplice lors d'épreuves tests des JO. Soucieux, le CIO force début octobre le transfert du marathon et de la marche à Sapporo, à 800 kilomètres au nord de la capitale, où l'été est normalement plus clément.
La déconvenue est rude pour les organisateurs de Tokyo-2020 et la gouverneure de la capitale, Yuriko Koike, qui comptait sur l'épreuve-phare qu'est le marathon pour promouvoir sa ville devant les caméras du monde entier.
Tokyo-2020 est rattrapé par des enjeux géopolitiques quand, le 9 décembre 2019, l'Agence mondiale antidopage exclut pour quatre ans la Russie de toute compétition sportive internationale afin de sanctionner la "manipulation" de données de contrôles par l'Agence russe antidopage.
Moscou ayant fait appel, le dernier mot reviendra au Tribunal arbitral du sport (TAS). En cas d'exclusion confirmée de la Russie, des athlètes du pays pourront toutefois concourir à Tokyo sous drapeau neutre à condition de prouver qu'ils ne sont pas en cause dans cette affaire tentaculaire.
Le 20 décembre 2019, les organisateurs annoncent que le coût total des Jeux devrait s'élever à 1.350 milliards de yens (11,5 milliards d'euros), une somme qui n'englobe cependant pas les quelque 250 millions d'euros nécessaires pour déplacer le marathon à Sapporo, que la partie japonaise veut faire payer au CIO.
Le coût pour la nation a aussi entraîné une polémique, la Commission de vérification des comptes du Japon estimant à 1.060 milliards de yens (près de 9 milliards d'euros) les dépenses réelles de l'Etat entre 2013 et 2018, soit près de sept fois plus que son engagement initialement prévu.
Le 24 mars 2020, face à une pandémie de coronavirus sans précédent paralysant une grande partie de la planète, le CIO annonce le report des Jeux olympiques à 2021.
Une décision historique: depuis sa création en 1896, jamais le plus grand évènement sportif mondial n'avait été reporté en temps de paix. Le relais de la flamme olympique est lui aussi repoussé.
Les Jeux olympiques de Tokyo seront "le témoignage de la défaite du virus" face à l'humanité, lance le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Malgré leur report, ils conserveront l'appellation "Tokyo-2020".
Lundi 30 mars, les nouvelles dates de l'événement sont annoncées: du 23 juillet au 8 août 2021 pour les Jeux olympiques, et du 24 août au 5 septembre 2021 pour les Paralympiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.