Rapatriement des Marocains venus d'Algérie : voici leurs témoignages !    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les éboueurs en première ligne à Fès
Publié dans Libération le 01 - 04 - 2020

Des éboueurs, hommes et femmes, investissent, chaque matin, les rues et les boulevards de Fès pour veiller à leur propreté et contribuer aux efforts de prévention et de lutte contre le Covid-19.
Malgré la conjoncture actuelle marquée par l'état d'urgence sanitaire, les employés de propreté sont mobilisés pour accomplir leur travail : nettoyer, stériliser et désinfecter les espaces publics très fréquentés par les citoyens.
Rien n'a pratiquement changé pour ces hommes et ces femmes qui œuvrent, chaque jour, à rendre plus propres les espaces publics de la capitale spirituelle, à part ces opérations de stérilisation et de désinfection qui viennent s'ajouter aux tâches, qui leur sont confiées.
Ces « soldats de l'ombre » passent leur temps à collecter les déchets et à débarrasser les artères des résidus, aidés en cela par des engins et des camions qui transfèrent ces déchets vers la décharge publique contrôlée, sur la route de Sidi Harazem.
Abdelhak El Bahi est l'un de ces agents de propreté, qui débarrassent Fès de ses déchets et contribuent à améliorer le quotidien de ses habitants.
Munis de gants, masques et combinaisons spéciales, Abdelhak et ses collègues commencent leur journée, en ces temps de Covid19, par la stérilisation des gares routières et des espaces publics dans divers endroits de la ville.
''Tous les matins de 8h à 12h, je travaille aux côtés de mes collègues pour stériliser et désinfecter les espaces fréquentés par les citoyens", a confié à la MAP, Abdelhak El Bahi, mettant l'accent sur le rôle des agents de propreté dans la préservation de la santé des citoyens surtout en cette conjoncture.
''Nous désinfectons quotidiennement les lieux ouverts au public, y compris les parcs, les gares routières, ainsi que les taxis", a indiqué de son côté, Driss Bakkour, directeur de l'exploitation chez la société Ozone environnement et services, chargée de la gestion déléguée des déchets à Fès.
Ces opérations s'inscrivent dans le cadre de l'accompagnement des efforts déployés par l'ensemble des acteurs en matière de lutte contre le coronavirus, ajoutant que la société a pris une série de mesures préventives et proactives pour protéger la santé de ses employés face au virus.
Parmi ces mesures, la distribution de masques et de gants, ainsi que la stérilisation de manière quotidienne des engins utilisés dans la collecte des déchets, a-t-il précisé, appelant les citoyens à faciliter la tâche aux employés à travers le recours à des sacs en plastique fermés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.