Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère de la Santé étoffe sa communication
Publié dans Libération le 02 - 04 - 2020

« Le diagnostic biologique du Covid-19 » a été le thème de la deuxième rencontre interactive lancée en direct mardi par le ministère de la Santé, à travers sa page officielle sur Facebook, dans le cadre de son programme de renforcement de la communication avec l'opinion publique qui vise à répondre aux questions des citoyens concernant divers aspects liés à la pandémie du coronavirus.
Cette rencontre a été encadrée par le Dr. Amina El Honsali, chargée de communication à l'Institut national d'hygiène (INH), qui a mis en lumière les différents acteurs impliqués dans le diagnostic biologique de l'infection par le virus, un processus qui vacille entre la suspicion d'infection et la transmission des résultats définitifs des analyses du laboratoire.
Ce diagnostic de la maladie vise à vérifier et de suivre les infections, a-t-elle expliqué, notant que le ministère s'appuie jusqu'à présent sur trois laboratoires de référence pour effectuer les analyses biologiques liées au virus, à savoir l'Institut Pasteur du Maroc, l'INH et l'hôpital d'instruction militaire Mohammed V de Rabat.
Après que le cas suspect contacte les autorités compétentes en matière de communication et de consultation au niveau du ministère de la Santé, à travers les numéros mis à la disposition des citoyens, des échantillons seront prélevés et transmis à l'un des trois laboratoires pour effectuer les analyses, a expliqué Dr. Amina El Honsali.
Le Covid-19 cible les cellules du système respiratoire humain, a-t-elle dit dans sa présentation de la méthode d'extraction des échantillons, affirmant que deux échantillons de sécrétions sont prélevés au niveau du nez et de la gorge, et sont conservés de manière sécurisée dans des récipients spéciaux avant d'être transférés dans différents laboratoires du pays.
Mettant l'accent sur les services fournis 24h/24 par les équipes sanitaires, la responsable a expliqué que ces échantillons sont analysés par la technique de la "réaction en chaîne par polymérase" (Polymerase chain reaction - PCR), basée sur l'extraction de l'ADN du virus, un processus qui prend entre cinq et six heures pour obtenir le résultat final, avant d'être envoyés à la Direction de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies du ministère de la Santé afin de prendre les mesures nécessaires.
Répondant à une question sur le nombre "réduit" des analyses effectuées au Maroc, en comparaison avec d'autres pays, Dr. Amina El Honsali a indiqué que les laboratoires autorisés à prendre en charge ces analyses sont capables de traiter les prélèvements qui leur sont transmis durant cette phase, dans le cadre de l'interaction avec les personnes qui communiquent avec le ministère quand elles sentent des symptômes.
Soulignant que les CHU disposent des techniques de dépistage du Covid-19, elle a noté que la propagation actuelle de l'épidémie ne nécessite pas la mise à contribution de ces centres, ajoutant que les hôpitaux régionaux, provinciaux et universitaires seront sollicités si la capacité des laboratoires est dépassée.
S'arrêtant sur la technique de dépistage rapide du Covid-19, soulevée dans plusieurs pays, l'experte a fait savoir que l'Organisation mondiale de la santé n'a jusqu'ici pas approuvé cette méthode.
Dr. Amina El Honsali a appelé les personnes présentant des symptômes d'atteinte du virus à prendre attache sans tarder avec les services spécialisés afin d'éviter des complications, soulignant la nécessité d'observer les mesures de confinement sanitaire et de suivre les directives des autorités et les conseils du ministère.
La première rencontre interactive lancée par le ministère de la Santé sur sa page officielle Facebook avait traité de la question "Que faire en cas de soupçon de contamination au Covid-19 ?". Elle a été animée par Dr. Ahmed Rguig, chef du service de contrôle des épidémies à la direction de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.