Coronavirus : Alerte sur le cash    Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie
Publié dans Libération le 02 - 04 - 2020

Débuts de pillages de supermarchés, distribution de bons alimentaires: la crise sanitaire liée au coronavirus est devenue sociale en Italie, où apparaît une nouvelle pauvreté mais aussi une nouvelle solidarité.
"Nous n'avons pas d'argent pour payer, nous devons manger!" Le 26 mars à Palerme, des incidents ont éclaté dans un supermarché d'où une vingtaine de personnes ont tenté de sortir sans payer.
Le maire, Leoluca Orlando, a regretté des "messages inconsidérés sur les réseaux sociaux qui risquent de créer un climat de déstabilisation" et a dénoncé des "présences criminelles et mafieuses dans et derrière ces faits".
Mais ils sont aussi révélateurs d'une situation de plus en plus difficile pour des millions d'habitants en Italie, après plus de trois semaines de confinement et de blocage quasi total du pays.
Pour répondre à l'urgence, le gouvernement a mis en place différentes mesures, notamment l'émission de bons alimentaires distribués par les communes, d'une valeur globale de 400 millions d'euros.
A Palerme, 11.000 demandes sont déjà arrivées à la municipalité, assure le quotidien Il sole 24 ore.
La municipalité de Rome a également annoncé mardi que les familles "en situation de difficulté économique provoquée par les mesures de prévention et de limitation de la diffusion du coronavirus" pouvaient demander une aide pour faire les courses.
Celle-ci pourra atteindre 300 euros pour les foyers sans enfant et jusqu'à 500 euros pour les foyers d'au moins cinq personnes.
Plusieurs grandes chaînes de supermarchés ont par ailleurs décidé d'offrir une réduction de 10% aux plus pauvres, sur les paiements effectués à l'aide des bons d'alimentation.
Mais malgré les mesures gouvernementales, l'arrêt de la grande majorité des entreprises, commerces et chantiers du pays a mis en difficulté de nombreux Italiens. Et la situation s'est encore durcie, dans le Mezzogiorno surtout, pour toute une frange de la population largement dépendante du travail au noir.
Au bout du compte et selon une estimation du principal syndicat agricole italien Coldiretti, ce sont 500.000 personnes supplémentaires qui ont besoin d'aide pour manger, en plus des 2,7 millions qui l'an passé avaient bénéficié d'aides alimentaires via des associations comme Caritas ou les Banques alimentaires.
Le syndicat fait ainsi état d'une hausse de 25 à 30% des demandes d'aides reçues en mars par ces associations, notamment dans les régions les plus pauvres du Sud, Sicile, Calabre ou Campanie.
L'association Banque alimentaire de campanie a ainsi noté une augmentation de 45% des personnes qui se sont adressées à elle depuis le début de la crise, rapporte l'agence italienne Agi.
"Normalement, nous servons 152.525 personnes. Mais se sont ajoutées 70.000 demandes", a raconté le directeur de l'association Roberto Tuorto, pour qui il faut désormais "faire en sorte que la crise économique déclenchée par le virus ne devienne pas une crise sécuritaire".
Samedi, le quotidien Corriere della Sera évoquait "une bombe sociale" potentielle et assurait que la police gardait un œil sur les réseaux sociaux et groupes de discussion où pourraient s'organiser de nouvelles opérations de pillage des commerces.
Mais les temps de crise sont aussi ceux de la solidarité et de nombreuses initiatives d'aide aux plus démunis ont été signalées dans le pays.
A Palerme, sur la plage de Mondello, a ainsi été installé un "étal solidaire", où ceux qui en ont besoin peuvent prendre de l'eau, des pâtes ou des produits d'entretien et de première nécessité, déposés par des particuliers.
A Rome, sur la petite place de l'Alberone, dans le sud de la ville, des produits de base, pâtes, biscuits, pain et boites de conserve ont également été disposés sur la margelle d'une fontaine avec ce petit écriteau: "Prenez donc si vous en avez besoin !"
Et dans la capitale ou à Naples commencent à apparaître, descendus des balcons, des paniers remplis accompagnés de ce message: "Celui qui peut, met. Celui qui ne peut pas, prend."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.