Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"
Publié dans Libération le 04 - 04 - 2020

Retrouvera-t-on "Malotru", laissé pour mort en Ukraine? C'est encore top secret, mais seule certitude: la saison 5 du "Bureau des légendes" marque la fin d'une époque avec le départ d'Eric Rochant, créateur de cette série acclamée sur le milieu de l'espionnage. "Quand on aime, il faut partir", semble dire le cinéaste des "Patriotes", à la barre depuis 2013 de la série-star de Canal+, vendue dans plus de 100 pays et louée par la DGSE elle-même pour son réalisme. S'il ne participera plus à son écriture et a déjà en tête quelqu'un "à l'univers fort" pour le remplacer, Eric Rochant restera producteur. Diffusée à partir de lundi soir sur Canal+, "cette dernière saison est un peu spéciale", confirme l'actrice Florence Loiret-Caille, qui joue le personnage de Marie-Jeanne Duthilleul, l'ancienne patronne du BDL. "C'est comme si on avait tourné cinq films en cinq ans avec (Eric Rochant), c'est le réalisateur qui nous a choisis, c'est mon référent, mon chef, c'est à lui que je m'adresse quand je suis perdue", dit-elle. Pour "terminer en beauté" et passer le flambeau, le "showrunner" (auteur-producteur, dans le jargon des séries) a décidé de faire appel à Jacques Audiard, le réalisateur d"Un prophète" et des "Frères Sisters", pour les deux derniers épisodes de la saison 5, lui laissant carte blanche et... droit de vie et de mort sur les personnages.
"Si j'avais terminé moi-même la saison 5, il y aurait eu quelque chose de sentimental, j'aurais pensé à comment dire au revoir", a expliqué Eric Rochant lors d'une rencontre avec la presse début mars. Clin d'oeil toutefois: il tient un petit rôle dans la saison, comme officier de contact aidant César (Stefan Crepon), le jeune hackeur de talent, infiltré en Russie.
Depuis quatre saisons, la série suit, sur plusieurs terrains, les intrigues d'une poignée d'agents de la DGSE, évoluant sous couverture et immergés à l'étranger. "A chaque fois, on se pose trois questions: qu'est-ce qu'on fait avec les personnages? quelle partie du monde on va explorer? comment on fait pour gérer « le bordel+? », résume Rochant.
Influence de Jacques Audiard ou pas, ces dix nouveaux épisodes (de 52 minutes) ouvrent de nouvelles perspectives, explorant plus largement la vie privée et intérieure des "clandestins". Connaissant moins bien le sort des personnages que les scénaristes présents depuis les débuts, "je n'avais pas d'autre solution", estime Jacques Audiard. Si la série suivait au plus près ce que faisaient les agents, elle se penche désormais sur "ce que ça leur fait" de vivre sous de fausses identités et dans le mensonge, renchérit le scénariste Thomas Bidegain, qui a participé à l'écriture. La paranoïa de JJA (Mathieu Amalric), la vie sexuelle mouvementée de Raymond Sisteron (Jonathan Zaccaï) ou les répercussions liées à la disparition de Guillaume Debailly, alias Malotru (l'agent double, voire triple interprété par Mathieu Kassovitz) sont au coeur de la saison 5 qui fait aussi la part belle aux personnages féminins. Après avoir emmené les téléspectateurs en Russie, sur fond de cyberespionnage, et en Syrie, "Le Bureau des Légendes" envoie le personnage de Marie-Jeanne en Egypte, Sylvain au Cambodge et compose avec un nouvel agent, "Mille Sabords" (interprété par Louis Garrel), qui tente d'approcher les services secrets saoudiens. Pour préparer les fans de la série, Canal+ a diffusé les quatre premières saisons en clair fin mars, lors d'une opération de gratuité lancée au début du confinement, qui a pris fin depuis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.