Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Naïf Aguerd proche d'un accord avec l'OGC Nice ?    Mohamed Taabouni, le plus performant d'une génération dorée    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Le derby Sévillan pour démarrer la reprise de LaLiga    Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc    Roumanie : Le président de l'EMSI Kamal Dissaoui distingué    Coronavirus : 74 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7.406 cumulés, samedi à 16h    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Coronavirus : 43 nouveaux cas, 7375 au total, samedi 23 mai à 10h    Rediffusion des cours à distance pendant les vacances de l'Aïd    L'AREP supervise 166 projets d'un milliard de DH    L'ENSP se dote de la première plateforme virtuelle de santé au Maroc    Achraf Bencharki plus près que jamais de Trabzonspor    En Bundesliga, 90 minutes de silence... plus une pour les victimes    Les résultats de Manchester United affectés par le Covid-19    Habib El Malki : Les efforts consentis par les membres de la Chambre des représentants se sont traduits par l'adoption des lois avec efficacité et rapidité    Mohamed Benabdelkader : Elaboration d'une vision assortie d'un plan opérationnel pour l'après confinement    Nos voeux    Plan de lutte contre le coronavirus dans les prisons La DGAPR dresse le bilan des mesures prises    Près de 3 MDH pour atténuer l'impact du Covid-19 à Ain Chock    Vaccin contre le coronavirus : L'université d'Oxford recrute plus de 10.000 volontaires    Au temps du confinement, l'expression artistique se réinvente    "Graines de Corona", nouveau recueil du suisse Bruno Mercier aux éditions marocaines "Les Infréquentables"    Vrai faux entretien avec Jean d'Ormesson    Nos Vœux    L'ONU lance une initiative mondiale contre la désinformation    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    La CAN 2021 toujours sans visibilité…    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    «REC» de Paco Plaza et Jaume Balaguero: un thriller viral!    La crise et après…    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    «Le législateur devrait insérer le télétravail pour une application claire et sans ambiguïtés»    508 mesures proposées par la CGEM et ses fédérations    A quoi sert une frontière?    Déconfinement: Les députés pointent l'absence de vision    S.M le Roi, Amir Al-Mouminine, commémore Laylat Al-Qadr    Réunion de Habib El Malki avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Venezuela: Trump perd la partie…    L'après-Covid-19: Ce que propose le couple franco-allemand    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    DOC-Covid19 : Les principaux textes législatifs en un seul clic!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus
Publié dans Libération le 07 - 04 - 2020

A une époque où la pandémie chamboule les rites funéraires et les adieux, la poésie peut être une consolation: un collectif de dizaines de poètes s'est constitué en un temps record en Belgique pour offrir un texte aux familles endeuillées. "C'est une première dans l'histoire de la poésie belge. Jamais autant de poètes ne se sont réunis autour d'un projet commun. Ils viennent de toutes les régions linguistiques mais aussi de toutes les provinces", raconte Carl Norac. Cet auteur d'une centaine de livres traduits en plus de 40 langues (recueils de poésie, contes pour enfants) a rassemblé avec l'aide de partenaires plus de 80 poètes en deux jours, avant de lancer l'opération "Fleurs de funérailles" sur le site du "Poète National".
L'écrivain francophone de 59 ans a été désigné en janvier "Poète national" de la Belgique par un collectif qui regroupe Maisons de la poésie et festivals littéraires. "Avec la pandémie, les deuils sont des moments dépourvus de la tendresse habituelle de gens qui se prennent dans les bras. Le poème apporte de la chaleur. C'est un moment de beauté, un moment suspendu. C'est pas grand-chose mais ce n'est pas rien", explique l'ancien professeur de français.
Le site propose deux sortes de textes poétiques. Ceux que les poètes ont déposés spontanément, comme celui du Flamand Paul Demets "Re-respire" (pour R), écrit en hommage à la plus jeune victime de la pandémie du pays, une fillette de 12 ans. Ces poèmes, plus d'une quarantaine, sont libres de droits et peuvent être imprimés, récités ou lus lors d'une cérémonie. Ils sont traduits dans les trois langues officielles de la Belgique, français, néerlandais et allemand. Les autres sont personnalisés à la demande des familles - plus d'une vingtaine se sont manifestées depuis jeudi dernier - qui disposent de trois adresses mail en Wallonie, Flandre et à Bruxelles pour leurs requêtes. Celles-ci donnent alors lieu à un entretien avec un poète du collectif.
Carl Norac a répondu à celle d'une personne originaire de sa ville natale de Mons. "J'ai discuté environ une heure avec la famille. Elle voulait un texte de portée universelle, qui reflète plus la personnalité du défunt, sa philosophie personnelle que sa biographie", raconte-t-il. Même expérience pour la poétesse flamande d'Anvers Ruth Lasters. "J'ai reçu un courriel du petit-fils d'un défunt vendredi matin. Il me donnait des informations sur son grand-père de 88 ans décédé du Covid-19. Il aimait le jardinage et il était fort en calcul mental. Je me suis dépêchée car l'enterrement était samedi", confie cette néerlandophone, qui a intitulé son texte "Somme".
Ces poèmes personnalisés seront mis sur le site avec l'accord des familles et les initiales du défunt.L'idée de poèmes pour les morts n'est pas nouvelle. Carl Norac en a entendu parler lorsqu'il a rencontré au Marché de la poésie de Paris le Néerlandais Tsead Bruinja qui écrit des poèmes pour des funérailles solitaires.
Un collectif d'Anvers le fait aussi depuis plusieurs années pour ceux qui sont morts seuls et les poètes lisent leur texte lors de l'enterrement. "C'est notre profession de trouver les mots pour capter la douleur humaine. Mais cette fois l'expérience est plus intime" puisqu'il y a un lien avec la famille, estime Michaël Vandebril, le coordinateur de ce collectif. Elle se fait aussi dans l'urgence car les morts sont enterrés très vite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.