La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benchaâboun déplafonne
Publié dans Libération le 07 - 04 - 2020


L'Etat prévoit de déplafonner ses emprunts extérieurs. Le projet de décret-loi examiné lundi dernier en Conseil de gouvernement prévoit le dépassement de ces emprunts fixés par la loi de Finances à 31 milliards de DH. « Le Maroc a toujours fait appel à l'endettement extérieur et il n'y avait pas, par le passé, de limites à ce recours au marché des emprunts internationaux. L'Etat s'endettait quand il le voulait. Cette tendance à l'endettement se poursuit jusqu'à présent, mais avec certaines réserves et limites», nous a indiqué Mohamed Kerkab, professeur à la Faculté des sciences économiques, juridiques et sociales de l'Université Cadi Ayyad. Et de poursuivre : « Aujourd'hui, dans le contexte de la crise du Covid-19, l'Etat marocain doit faire face à un problème de taille, à savoir trouver des emprunteurs sur le marché international. En effet, notre pays ne présente pas de garanties suffisantes aux banques commerciales européennes ou japonaises puisque ses ressources en devises sont largement touchées par le repli de la croissance de ses partenaires économiques, notamment européens ». L'UE, souligne-t-on à ce propos, représente plus de 58% des exportations marocaines, 59% du stock d'IDE, 70% des recettes touristiques et 69% des transferts des Marocains résidant à l'étranger (MRE). Selon notre source, l'arrêt temporaire de l'activité de Renault et de PSA qui représentent 27% du volume des exportations, la baisse des flux d'activité de l'offshoring, la chute du nombre de touristes et la diminution des recettes des Marocains du monde impacteront inéluctablement les exportations du Maroc et, du coup, ses recettes en devises. « Il faut s'attendre à des pertes estimées à 5 milliards de dollars en devises », nous a-t-elle précisé. Et d'ajouter : « Le recours à des institutions financières mondiales comme la banque mondiale ne sera pas la bonne solution puisque les sommes prêtées par cette banque ne dépassent pas les deux milliards de DH, ce qui est loin de satisfaire les besoins de notre pays en devises. Le recours au marché international sera difficile même si le Maroc le veut ». Mohamed Kerkab estime, en outre, que le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), mis en place sur instructions de SM le Roi Mohammed VI doté aujourd'hui de plus de 23,5 milliards de dirhams (MMDH) sauvera la mise en permettant à l'Etat de ne pas recourir au budget normal. A rappeler que ce fonds réservé essentiellement à la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical, est également dédié au soutien de l'économie nationale pour faire face aux chocs induits par cette pandémie à travers des mesures proposées par le CVE, en vue d'atténuer notamment les impacts sur le plan social. Cependant, notre interlocuteur considère le recours à l'endettement extérieur comme une catastrophe pour l'économie marocaine. « Supposons que le marché international a accepté de nous accorder un prêt, qui va payer les intérêts de ce crédit ? Il faut savoir que mêmes les crédits octroyés dans le cadre de l'aide au développement sont à 98% des prêts remboursables avec des conditions favorables et seulement 2% sont des dons. Mêmes les crédits accordés par des banques comme la BAD ou la BM sont octroyés à des taux de marchés sans rééchelonnement et doivent être payés », a-t-il conclu. Ceci d'autant plus que ces dettes ne sont pas destinées à l'investissement. Hicham Attouch, professeur d'économie à l'Université Mohammed V à Rabat, nous a déjà affirmé que notre pays vit aujourd'hui un surendettement et qu'il y a une recherche d'endettement supplémentaire, ce qui est très coûteux pour l'économie nationale et le budget de l'Etat. Selon lui, cette situation est la traduction d'un modèle de développement asphyxié et d'un mode d'endettement exagéré qui ne correspond pas à nos ambitions de développement. Une situation qu'il ne faut pas sous-estimer car la question de l'endettement a atteint un taux très élevé au Maroc.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.