Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dr Zahrat El Khouloud Bourhil : Il est de notre devoir de sensibiliser les gens et de leur servir d'exemple
Publié dans Libération le 10 - 04 - 2020

Dr Zahrat El Khouloud Bourhil est médecin-biologiste. Elle est responsable du laboratoire d'analyses médicales du CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah d'Essaouira.
Dans le cadre des mesures prises par la délégation du ministère de la Santé pour faire face à la pandémie du Covid-19, elle est chargée de la prise de prélèvement chez les patients chez qui on suspecte une infection par le coronavirus.
Mariée et mère de deux enfants, elle répond présent de jour comme de nuit à l'appel du devoir.
Pour mettre en lumière le rôle dévolu à son unité et les missions qui lui ont été assignées dans un contexte à haut risque, nous l'avons rencontrée et réalisé cet entretien.

Libé : Quelles sont les mesures prises à votre niveau pour lutter contre cette épidémie ?
Dr Zahrat El Khouloud Bourhil: Une cellule Covid-19 a été mise en place et fonctionne selon une répartition bien définie des missions entre ses composantes qui se réunissent régulièrement pour discuter de l'évolution de la situation. Des concertations multidisciplinaires sont également organisées au quotidien dans le but de discuter des cas positifs mais aussi des cas suspects dont l'état est compliqué en attendant la confirmation ou l'infirmation du diagnostic du Covid-19, et ce avec la participation de médecins spécialistes.
Dans cette période, le flux du travail de routine a nettement diminué au profit des patients atteints du Covid-19. Ceci a permis, d'une part, une concentration sur les cas déclarés positifs ou suspects, et d'autre part, d'éviter l'afflux des patients qui peuvent être reprogrammés pour l'après stabilisation de la situation épidémiologique au Maroc.
A noter qu'en majorité, ces patients ont préféré ne pas courir le risque de venir à l'hôpital en ces temps. Ceci d'autant plus qu'ils souffrent généralement de maladies chroniques.

Quel est le protocole de détection et de prise en charge des cas suspects ou atteints du virus ?
Les cas suspects sont soit détectés au niveau du service des urgences où une unité spéciale a été mise en place pour leur accueil, soit sélectionnés parmi ceux qui appellent le numéro "Allo Yakada" après avoir vérifié qu'ils répondent à certains critères bien définis, soit ils font partie de la liste des contacts des personnes confirmées positives au Covid-19 et qui présentent certains symptômes.
Après avoir déclaré un cas suspect, on procède à son isolement puis on le déclare au ministère en vue de recevoir un code et une autorisation pour effectuer les prélèvements nécessaires. Ce prélèvement, dont le résultat est reçu en 24 heures, sera ensuite acheminé vers l'Institut Pasteur de Casablanca par un ambulancier accompagné par des agents de la Gendarmerie Royale. Pendant ce temps, le patient est maintenu en isolement dans une chambre avec prise de toutes les précautions nécessaires afin qu'il n'y ait aucun contact entre les différents cas suspects. Un examen clinique complet avec bilan biologique sanguin est également effectué, ainsi qu'une prise en charge thérapeutique en cas de besoin.
Si le résultat est négatif, le patient peut alors être déclaré apte à quitter l'hôpital si son état de santé le permet, en insistant toujours sur les mesures de précaution. Par contre, si le résultat est positif, il sera placé dans l'unité Covid-19 où une équipe d'infirmiers, d'anesthésistes et de médecins assurent la surveillance des patients 24h/24.

Comment parvenez-vous à gérer les risques d'infection de votre entourage professionnel d'une part, et de votre famille d'autre part ?
Avant d'entrer en contact avec un patient suspect ou confirmé positif, on prend certaines précautions telles que le port de masques FFP2 et d'une combinaison protectrice, ce qui nécessite une certaine habileté lors du port ou du déshabillement. On a instauré à cet effet un circuit "propre" où on s'habille, et un autre circuit dit "sale" réservé au déshabillement.
Mis à part ces moyens de protection, on respecte rigoureusement, en tant que professionnel de santé, les mesures de précaution telles que le maintien d'une certaine distance entre les personnes, l'évitement de tout contact physique, etc. Il est de notre devoir de sensibiliser les gens et de leur servir d'exemple afin de nous protéger et de protéger nos patients et nos collègues.
Les autorités ont mis à la disposition des professionnels de santé qui sont en contact direct avec les patients atteints du Covid-19 des chambres d'hôtel pour qu'ils soient confinés loin de leurs familles, afin de les protéger si jamais ces professionnels sont atteints.

Comment réagissez-vous au fait d'être en contact direct avec le virus au quotidien ?
Lorsqu'on est en contact direct avec le virus, toute sensation est dissipée par le courage qu'implique notre devoir de soigner le patient et de limiter la transmission du virus.

Quels conseils donneriez-vous aux habitants de la province d'Essaouira ?
D'abord, je salue hautement les mesures prises par sa Majesté le Roi Mohammed VI ainsi que par le gouvernement. Je salue aussi les autorités locales et les habitants d'Essaouira qui ont fait montre d'un grand sens de responsabilité. Je leur demande de respecter le confinement et les mesures d'hygiène, de ne pas perdre patience pour qu'ils puissent se protéger et protéger leurs enfants et leurs proches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.