Les opérateurs économiques abordent le virage 2021 avec optimisme    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    L'ORSEM et AtlantaSanad Assurance publient un guide RSE sur les conditions de travail au Maroc    MAScIR/covid-19: Un dispositif pour le dépistage en temps réel    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Le duel madrilène se poursuit de plus belle    L'Argentine confirme la tenue de la Copa America sur son sol    80% des Japonais s'opposent à la tenue des JO cet été    Tournoi de football U14 Moulay El Hassan : L'AS FAR remporte le titre    Casablanca: 38 interpellations pour dégradation de biens privés et publics et violation de l'état d'urgence sanitaire    Province de Khouribga: Création de 45 unités de l'enseignement préscolaire avec l'appui de l'INDH    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    La France efface la dette du Soudan    Maroc-Espagne : Une crise aux multiples facettes    Euro 2020-2021 : Karim Benzema serait-il sur la liste de Didier Deschamps dévoilée ce soir !?    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    Les détenus provisoires encombrent les prisons    INDH Celebrates its 16th Anniversary under the Theme 'COVID-19 and Education: Assessment and Prospects to Preserve Achievements'    Madrid justifie (encore) l'accueil de Brahim Ghali et refuse de voir un lien avec la marrée de migrants à Sebta    Pour une nouvelle organisation des souks hebdomadaires en milieu rural    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Aide humanitaire au profit des Palestiniens : un deuxième avion militaire arrive au Caire    Vidéo : le vrai visage de la Deutsche Welle (DW), entre autocensure et partialité    L'appel de SAR la Princesse Lalla Hasnaa devant la Conférence mondiale de l'Unesco    La Légation américaine de Tanger fête ses 200 ans    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Assurance : Les crèches sommées de jouer la transparence    Des personnalités palestiniennes saluent l'initiative marocaine de solidarité envers le peuple palestinien    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    Formation : Des Marocains décrochent un MBA de Springfield University    Monétique: l'activité toujours impactée par les conséquences de la pandémie    Edito : Rétablir les vérités    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrole rebondit, l'Europe assouplit ses restrictions
Publié dans Libération le 22 - 04 - 2020

Forts de signes de ralentissement de l'épidémie de coronavirus, certains pays d'Europe, dont l'Allemagne, commencent à assouplir progressivement le confinement qui a mis l'économie à l'arrêt et provoqué un effondrement historique du prix du pétrole, lequel rebondit toutefois mardi après avoir atteint un niveau négatif jamais vu dans l'histoire.
Le cours du baril, passé en dessous de zéro pour la première fois face à une chute vertigineuse de la demande et à des réserves américaines proches de la saturation, a repris un peu de force mardi matin en Asie, pour revenir légèrement au-dessus de zéro. Le baril de 159 litres de pétrole brut coté à New York pour livraison en mai avait terminé lundi à -37,63 dollars, après un plongeon épique.
"Le problème c'est qu'en ce moment dans le monde, personne ne conduit de voiture", a observé le président américain Donald Trump. "Les usines sont fermées et les commerces sont fermés."
Pour le Premier ministre russe Dimitri Medvedev, une entente de type cartel pourrait expliquer cette chute spectaculaire du prix de l'or noir. "Ce à quoi nous assistons en matière de contrats à terme sur le pétrole rappelle beaucoup une entente de type cartel", a écrit mardi M. Medvedev sur sa page Facebook, préconisant des mesures pour calmer le marché.
Jugeant la pandémie de coronavirus "sous contrôle", l'Allemagne - qui recense 140.000 cas et environ 4.400 décès - a commencé à assouplir les mesures de confinement, une délicate opération dans une Europe cloîtrée depuis des semaines. Le Vieux Continent a aussi payé, à ce stade, le plus lourd tribut à la maladie Covid-19, comptant près des deux tiers des plus de 168.000 morts recensés dans le monde lundi.
Les autorités allemandes ont autorisé la réouverture des magasins d'une surface inférieure à 800 m2 : commerces d'alimentation, librairies, garages, magasins de vêtements et autres fleuristes peuvent de nouveau accueillir des clients.
A Leipzig, Manuela Fischer, propriétaire d'une boutique de mode, se disait "incroyablement heureuse" de rouvrir son commerce, en sortant ses modèles en terrasse sous le soleil printanier.
Lieux culturels, bars, restaurants, terrains de sports demeurent néanmoins fermés. Les grands rassemblements tels que les concerts ou compétitions sportives sont toujours interdits, au moins jusqu'à fin août. Ecoles et lycées rouvriront progressivement à partir du 4 mai. Les rassemblements de plus de deux personnes restent proscrits, une distance minimale de 1,5 mètre est censée être observée dans les lieux publics, et le port du masque "fortement recommandé".
La situation reste "fragile", a prévenu la chancelière Angela Merkel. "Nous sommes au début de la pandémie et nous sommes encore loin d'être sortis de l'auberge", a-t-elle déclaré, jugeant qu'il serait "extrêmement dommage de connaître une rechute".
Cette stratégie de sortie de crise, mise en oeuvre par l'Allemagne, locomotive économique du Vieux Continent, est scrutée par une Europe qui vit sous cloche depuis près d'un mois, et dont certains pays s'apprêtent à entamer le défi du déconfinement à mesure que la maladie y apparaît contenue.
Signe de l'urgence économique, la Banque d'Espagne prévoit pour 2020 une chute vertigineuse, "sans précédent dans l'histoire récente", de 6,6% à 13,6% du PIB de la quatrième économie de la zone euro en raison de la pandémie. Au Royaume-Uni, les entreprises ont fait faillite par milliers entre début mars et mi-avril et en bien plus grand nombre qu'il y a un an, d'après une étude parue lundi.
En Serbie, certaines mesures de restriction seront assouplies. Les personnes de plus de 65 ans pourront ainsi sortir se promener trois fois par semaine, si elles restent près de chez elles.
La Norvège a commencé lundi à rouvrir ses "barnehager", établissements qui englobent crèches et école maternelle, premier pas d'une levée lente et progressive des restrictions décrétées mi-mars.
"Il était si impatient qu'on a dû quitter la maison plus tôt pour venir ici et voir les autres enfants", raconte Silje Skifjell au sujet de son aîné, après avoir confié ses deux garçons, Isaak et Kasper, au personnel. "Il était tellement heureux de revoir ses copains".
Au Danemark, les petits commerces ont reçu lundi la permission de rouvrir leurs portes, à condition d'appliquer de strictes mesures d'hygiène et de séparation.
La France, l'Espagne et l'Italie, très touchées par l'épidémie, se préparent elles aussi à de premières mesures de déconfinement dans les jours ou les semaines à venir.
L'Italie a été le pays le plus affecté (24.114 décès), suivie de l'Espagne (20.852), la France (20.265) et du Royaume-Uni (16.509), selon un dernier bilan établi à partir de sources officielles.
Certains de ces pays enregistrent des signaux encourageants: en Italie, le nombre de malades a baissé lundi pour la première fois, ce que le chef de la protection civile Angelo Borelli a qualifié de "donnée positive". Et au Royaume-Uni, 449 morts ont été enregistrés lundi, soit le plus faible bilan quotidien depuis le 6 avril.
La France a fait lundi un premier pas en autorisant à nouveau, sous conditions, les visites aux pensionnaires des maisons de retraite.
En Italie, les premières mesures d'allègement ne seront pas prises avant le 3 mai. Mais peu à peu, les entreprises rouvrent, même si c'est de façon partielle et avec beaucoup de précautions.
En Espagne, la morgue improvisée dans une patinoire de Madrid, un moment symbole de l'hécatombe, fermera mercredi.
En revanche au Royaume-Uni, le confinement instauré le 23 mars a été prolongé d'au moins trois semaines jeudi et le gouvernement n'envisage pas encore d'en sortir.
Même son de cloche aux Etats-Unis, pays officiellement le plus endeuillé au monde par le Covid-19, qui a déploré lundi 1.433 morts en 24 heures. Si Donald Trump a dévoilé un plan pour relancer l'économie de la première puissance mondiale, la majorité du pays est encore confinée. Au grand dam des Américains "anti-confinement" qui après le Texas et une dizaine d'autres Etats ce week-end, ont manifesté lundi à Harrisburg, en Pennsylvanie.
"La nouvelle normalité" nécessitée par le virus "ne veut pas dire que nous devons sacrifier nos libertés pour la sécurité de notre pays" a lancé, depuis le haut des marches du Capitole, un parlementaire local républicain, Aaron Bernstine, alors que la foule scandait "USA! USA! USA!", comme dans les meetings électoraux du président Trump, suspendus par l'épidémie.
Le président Trump a annoncé lundi soir une "suspension temporaire" de l'immigation aux Etats-Unis pour "protéger les emplois" des Américains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.