Communiqué du bureau politique du PPS    Air Arabia lance une nouvelle liaison entre Casablanca et Rennes    Nos vœux    La main de Bouchaïb Habbouli...    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Le Bayern, Liverpool et City enchaînent, le Real échappe au pire    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Comment protéger nos enfants contre le harcèlement et les abus sexuels dans les espaces publics?    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    Un gouvernement terne et indolent!    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    France-Islam : Halte à l'escalade    La sécurité alimentaire à l'épreuve de la pandémie    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Edito : Software    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Coup de tonnerre au Barça: Bartomeu démissionne !    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Bartomeu: Messi est la clé du nouveau projet du FC Barcelone    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avocats ittihadis condamnent avec vigueur les parties qui sont derrière la fuite du projet de loi n° 22-20
Publié dans Libération le 02 - 05 - 2020

Ce sont ceux-là qui s'opposent depuis toujours aux libertés individuelles, à l'abolition de la peine de mort, aux droits de la femme et de l'enfant … qui osent évoquer aujourd'hui la légitimité internationale

Lors d'une réunion tenue à distance le 30 avril, le Secrétariat national du secteur des avocats de l'USFP s'est inscrit en faux contre la fuite d'une mouture du projet de loi n° 22-20 relatif à l'utilisation des réseaux sociaux et d'un document contenant des remarques sur ledit projet par le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, considérant que cette fuite est une dérogation aux us et coutumes de l'action des gouvernements du monde entier basée essentiellement sur la responsabilité collégiale impliquant que chaque membre du gouvernement assume l'ensemble des décisions, des décrets et des projets de loi pris par le gouvernement. Cela suppose également, selon les avocats ittihadis, le devoir de réserve, c'est-à-dire que le membre du gouvernement est tenu « de s'abstenir de rendre publique la teneur des délibérations et d'essayer de se soustraire à la responsabilité et de la jeter sur les autres parties pour jouer la surenchère ou à des fins électoralistes », selon le communiqué rendu public après la réunion du Secrétariat national du secteur des avocats ittihadis.
La même source a souligné que toute législation visant à réguler les réseaux sociaux ne peut être adoptée sans entamer un large dialogue national, laquelle régulation doit réaliser de manière créative un équilibre entre le droit à la liberté d'opinion et d'expression universellement reconnu et le devoir de responsabilité consistant en la protection de la vie privée et en l'abstention de diffuser de fausses nouvelles ou de porter atteinte à la sécurité publique.
Par ailleurs, le Secrétariat national du secteur des avocats ittihadis a également condamné la teneur de cette mouture du projet de loi fuitée, car ledit projet contient « des dispositions anticonstitutionnelles et contredit les conventions internationales qui garantissent la liberté d'opinion et d'expression », soulignant la mobilisation des avocats ittihadis pour contrer ces dispositions qui constituent « une régression sur les acquis en matière des droits de l'Homme que le peuple marocain a réalisés grâce essentiellement à la lutte de ses forces vives et à leur tête l'USFP ».
Mais le plus étrange dans cette polémique, a mis en exergue le communiqué du Secrétariat national du secteur des avocats ittihadis, c'est que ce sont ceux-là qui s'opposent depuis toujours aux libertés individuelles, à l'abolition de la peine de mort, aux droits de la femme et de l'enfant, etc. qui osent évoquer aujourd'hui la légimité internationale en matière des droits de l'Homme dans cette affaire. « Il s'agit d'un comportement opportuniste motivé et justifié par une maladie politique infantile et odieuse », a déploré les avocats du Parti de la Rose.
Pis encore, le Secrétariat national a contesté le timing de cette fuite à l'heure où le Maroc affronte la crise du Covid-19. « Le Secrétariat national du secteur des avocats ittihadis considère qu'il s'agit d'une tentative de perturber la cohésion nationale au Maroc entre le Roi, le peuple et les institutions pour faire face à la pandémie », a souligné la même source. Et d'ajouter que les manœuvres de ceux qui sont derrière cette tentative tombent à l'eau.
Il y a lieu de signaler que le Premier secrétaire de l'USFP Driss Lachguar avait mis les points sur les i il y a quelques jours dans une déclaration à Libé à propos de cette polémiqué créée après la fuite de ces documents. Il affirmait que la position du parti « puisée de nature dans notre référentiel de défenseurs des droits de l'Homme et des libertés collectives et individuelles sera rendue publique le moment venu ». Et d'établir quelques faits : « Au jour d'aujourd'hui, on ne peut aucunement parler de projet. Il est plutôt question d'un avant-projet qui a été présenté au Conseil de gouvernement et qui est sujet à débat et discussions entre les ministres qui sont à la tête des départements concernés. Le gouvernement a, par ailleurs, procédé à la constitution d'une commission ministérielle avec pour mission de présenter le projet de loi à l'appréciation du Conseil de gouvernement pour adoption avant qu'il ne soit soumis à chacune des deux Chambres du Parlement, seules habilitées par la Constitution à légiférer ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.