Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Algérie: un journaliste condamné à 15 mois de prison pour des publications Facebook    Coronavirus : recul du nombre de salariés en arrêt temporaire du travail    PLF rectificative : la Fédération Marocaine de la Franchise se plaint de son exclusion    Du sang neuf à SG Maroc    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Ait Taleb met en garde contre tout relâchement    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Alger au pied du mur    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Les amendements proposés par le PPS    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    2020, année de la promotion de la culture de la concurrence    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    France: une cérémonie du 14 juillet version Covid    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Enseignement supérieur : Examens exceptionnels au profit des étudiants bloqués à l'étranger    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Remaniement ministériel en Tunisie    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Casablanca: la mosquée Hassan II se prépare pour la réouverture (VIDEO)    Coronavirus : 111 nouveaux cas, 16.047 cas au total, mardi 14 juillet à 10h    Le roi Mohammed VI a écrit à Emmanuel Macron    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Covid 19 : 111 nouveaux cas et 469 nouvelles guérisons ce mardi à 10h    Foot. Le Real se rapproche du titre    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Pêche au poulpe à Dakhla : Le quota global est fixé à 15.000 tonnes    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Devant du public, la rentrée tonitruante des "Quatre fantastiques" du PSG    Premier League : Leicester surpris, Arsenal doublé    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Mauvaises langues    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"The Last Lance" Le documentaire qui révèle toute la vérité sur Armstrong
Publié dans Libération le 27 - 05 - 2020

Le dopage dès ses 21 ans, les bienfaits de l'EPO, son cancer possiblement lié aux hormones de croissance, la maltraitance de son beau-père... la star déchue du cyclisme Lance Armstrong livre sa vérité dans un documentaire produit par ESPN.
Les mots sont prononcés comme une promesse: "je ne vais pas vous mentir, je vais vous dire ma vérité". Sept ans après avoir avoué s'être dopé lors d'un entretien avec la star de la télévision américaine Oprah Winfrey, Lance Armstrong s'est donc à nouveau livré à l'exercice de la confession face caméra, dans "Lance".
Un documentaire de 3h20 dont la première partie a été diffusée dimanche soir sur la chaîne sportive, qui surfe sur l'immense succès de "The Last Dance" ayant retracé la dynastie des Bulls de Michael Jordan. Lui aussi a d'ailleurs dit sa vérité, contestée ces derniers jours par certains acteurs de l'époque.
Pour l'heure, cette série d'interviews menées en 2018 et 2019 par la réalisatrice Marina Zenovich n'a pas encore suscité de réaction dans le monde du cyclisme.
On y apprend pourtant que contrairement à ce qu'il avait dit à Oprah Winfrey, il n'a pas commencé à se doper en 1996 mais en 1992. "J'avais probablement 21 ans, c'était lors de ma première saison professionnelle", dit-il.
"Est-ce que nous recevions des injections de vitamines et d'autres choses comme ça ? Oui, mais ce n'était pas illégal. Et j'ai toujours demandé ce qu'on me donnait. J'ai toujours su ce qu'il y avait dans les injections et c'est toujours moi qui ai pris la décision", ajoute-t-il.
"Personne ne m'a jamais dit +Ne pose pas de question, on te donne ça et c'est tout+. Je n'aurais jamais accepté ça. Je me suis renseigné, c'était une démarche de ma part", insiste-t-il.
La cortisone est le produit alors consommé par Armstrong. En 1993, il devient champion du monde sur route à Oslo. Un des rares titres qui ne lui aient pas encore été retirés.
L'Américain de 48 ans a remporté sept éditions consécutives du Tour de France de 1999 à 2005. Mais il a été dépossédé de ses victoires après avoir écopé d'une suspension à vie en 2012 à la suite d'une enquête ouverte par l'Agence américaine antidopage (Usada) qui a établi qu'il était à la tête du "système de dopage le plus sophistiqué, le plus professionnel et le plus efficace de l'histoire du sport".
Ce n'est pas cette période, où il fit la loi sur le cyclisme professionnel dans les années 2000, qui est abordée dans ce chapitre de "Lance", mais sa première vie. Laquelle faillit s'arrêter en 1996 à cause d'un cancer des testicules.
Armstrong, qui confie avoir mené bataille contre cette maladie comme on s'engage dans une compétition à gagner, n'écarte pas la possibilité que son cancer soit lié au dopage.
"Je n'ai pas la réponse. Mais je ne dirais pas non. Ce que je peux dire, c'est que la seule fois de ma carrière où j'ai pris des hormones de croissance c'était en 1996. Donc, dans un coin de ma tête, je me pose la question", répond-il.
C'est l'année précédente qu'Armstrong décide de solliciter le sulfureux docteur Michele Ferrari. "J'ai fait tout ce qu'il a dit, j'ai eu une foi aveugle en lui (...) Tout ce dont j'avais besoin, c'était des globules rouges."
De l'EPO, l'ancien coureur assure: "ce que je vais dire ne sera pas populaire, mais à bien des égards, c'est un produit sûr. Tant que vous l'utilisez avec parcimonie, en quantité limitée, sous la surveillance d'un médecin professionnel. Il y a des substances bien plus dangereuses à injecter dans votre corps".
Au point qu'"il n'a pas été difficile" pour lui d'en reprendre après le cancer.
Armstrong évoque aussi son enfance marquée par l'absence d'un père et la violence d'un beau-père, qui le battait "pour un tiroir laissé ouvert".
"Lance ne serait pas le champion qu'il est devenu sans moi, parce que je l'ai traité comme un animal", estime pour sa part Terry Armstrong, regrettant d'avoir fait de lui "un gagneur à tout prix".
Enfin, Armstrong raconte comment à 15 ans, il a pour la première fois enfreint des règles en utilisant un faux certificat de naissance pour s'inscrire à un triathlon. "Il fallait avoir 16 ans... Falsifier le certificat, participer illégalement et battre tout le monde."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.