Maroc/Covid-19: la répartition des 214 nouveaux cas par région    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Casablanca: arrêtés pour avoir tenté de corrompre un commissaire    Coronavirus : 214 nouveaux cas, 15.542 au total, samedi 11 juillet à 18h    Royal Air Maroc : Les passagers au départ du Maroc dispensés de tests, mais ...    Message du roi Mohammed VI au président de la Mongolie    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    ONEE. Il n'y aucune campagne de recrutement    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Vols prévus à partir du 15 juillet: nouvelles précisions de la RAM (PHOTO)    La loi de finances rectificative expliquée par un fiscaliste    Recrutement : L'ONEE dément le lancement de toute campagne    Gel hydroalcoolique et soleil, quels risques ?    Les derniers indicateurs de BAM en 5 points clés    Météo: le temps prévu ce samedi 11 juillet au Maroc    7 destinations insolites à visiter cet été    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Le plan de relance au menu d'un sommet européen    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    La cochenille fait des ravages à Sidi Ifni    Erdogan provoque les chrétiens    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reprendre, oui mais comment ?
Publié dans Libération le 28 - 05 - 2020

Après plus de 13 semaines de confinement presque total, nombreuses sont les entreprises qui comptent reprendre leurs activités aujourd'hui. Une reprise plus que souhaitée par le ministre des Finances puisque chaque jour de confinement coûte, selon lui, 1 milliard de DH à notre économie.
Pourtant, nombreux sont les opérateurs qui ne savent pas comment ce retour au travail sera organisé et comment leurs entreprises peuvent redémarrer leurs activités sans prendre de risque pour la santé de leur personnel. « Nous sommes dans le flou. Beaucoup d'incertitudes et de doutes entourent cette reprise», nous a indiqué Mohamed Bentaleb, responsable de production au sein du Groupe D.A.T.M.A, spécialiste dans la confection des chemises et des chemisiers à Casablanca. Et de poursuivre : « Nous avons d'abord des doutes concernant le retour de nos salariés. En effet, nombreux sont ceux qui ne peuvent pas rentrer à Casablanca à cause de l'interdiction de voyager entre les villes instaurée depuis le 20 mars. Nous avons été informés dernièrement qu'il y a coordination entre les associations des zones industrielles et les services de la police nationale pour faciliter le retour de ces ouvriers mais rien n'est moins sûr. Il y a également le problème de ceux qui habitent loin de leurs lieux de travail et qui ont des difficultés à se déplacer dans les transports en commun. Enfin, il y a la catégorie des salariés qui ne sont pas pressés de retourner au travail de peur d'être contaminés par le virus. Il faut ajouter aussi ceux qui comptent sûrement changer de métier et de se reconvertir dans un autre secteur».
Pour notre source, même la facilitation d'accès des salariés aux zones industrielles ne va pas arranger les affaires des entreprises puisque ces dernières sont appelées à fonctionner avec un effectif très réduit. « A Tanger, il a été décidé de réduire le personnel actif de 30%. Nous aussi, nous devons travailler avec la moitié de notre effectif, soit 400 personnes au maximum alors que d'habitude, nous fonctionnons avec 800 personnes. Cela veut dire que les premiers venus seront les premiers embauchés », nous a-t-elle expliqué.
Autre souci et non des moindres, les mesures de prévention et leur respect. En effet, les entreprises sont engagées à assurer la distribution d'équipements de protection sanitaire (masques, gel hydroalcoolique...) et à garantir la disponibilité des produits d'hygiène (savon, lingettes, produits désinfectants, essuie-mains, poubelles). Elles sont également appelées à désigner un référent par shift dont le rôle est de s'assurer que les règles de sécurité et d'hygiène sont effectivement respectées.
Elles sont aussi obligées d'aménager des zones de repos, des réfectoires et des zones fumeurs pour faire respecter les distances (marquage au sol), d'organiser de façon fluide la distribution des repas à l'intérieur des lieux de restauration, de fractionner les pauses et les heures des repas entre les employés afin de réduire les croisements et la promiscuité dans la cantine et de réduire aussi le nombre de pauses.
Elles sont contraintes également de nettoyer en priorité et avec des produits homologués les surfaces à fort contact (tourniquets, ascenseurs, toilettes, robinets, poignées de porte, télécommandes, barres d'escalier, poubelles) et de respecter le temps d'action et de séchage préconisé pour que ces produits agissent.
Le transport de personnel doit, de son côté, être réorganisé pour respecter les dispositions nécessaires. En effet, l'entreprise doit s'engager à garantir le nettoyage des bus, par les sociétés de transport, à chaque rotation, et prévoir le port du masque de protection durant le trajet domicile-travail (aller et retour).
« L'Etat nous impose plusieurs mesures et contraintes. En fait, s'il y a certaines mesures qui font partie de nos modes naturels de fonctionnement, d'autres sont aujourd'hui plus contraignantes », nous a indiqué Mohamed Bentaleb. Et d'ajouter : « Ces nouvelles conditions de travail sont difficiles à respecter à la lettre, d'autant plus qu'elles nous imposent de nouvelles charges financières dans un contexte de morosité économique. Les entreprises ont fermé leurs portes depuis le 20 mars dernier sans que l'Etat mette en place un dispositif d'aide à leur endroit ».
Pourtant, la grande hantise pour ce responsable reste celle de savoir comment les entreprises doivent réagir en cas de contamination. « C'est la question qui nous taraude en tant que responsables. On se demande comment les ouvriers et les ouvrières vont réagir en cas de découverte d'un cas de contamination, vont-ils continuer à travailler ? On redoute que la panique et les troubles les gagnent. Il y a lieu de rappeler à cet égard l'affaire de l'usine de confection de chaussures qui a dû arrêter ses activités après la découverte d'un cas de Covid- 19 », a conclu Mohamed Bentaleb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.