Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara
Publié dans Libération le 28 - 05 - 2020

A l'occasion de la Journée de l'Afrique, Grace Njapau Efrati, ancienne vice-ministre de l'Intérieur et députée zambienne, a exposé l'apport du Maroc à son continent, grâce à la clairvoyance et à l'ambition de la Haute vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Intervenant dans le cadre de l'émission citoyenne "Sahara Debate" projetée sur les réseaux sociaux, la responsable zambienne, analysant l'avenir de la construction panafricaine, a souligné qu'une solution définitive à la question du Sahara dans le cadre du processus politique mené sous l'égide exclusive des Nations unies permettra de renforcer l'intégration africaine. Elle a ainsi invité les Etats africains à mettre de côté les idéologies et les dogmes hérités de la guerre froide, et à appuyer résolument le processus politique onusien.
Pour rappel, l'Union africaine avait, par sa décision 693, affirmé l'exclusivité du cadre onusien pour parvenir à une solution au différend régional sur le Sahara marocain et a clairement circonscrit le rôle de l'organisation à l'appui de ce processus politique.
Pour Grace Njapau Njapau, l'Initiative marocaine d'autonomie, dont elle a mis en avant la philosophie authentique, la richesse de son contenu et la portée de son potentiel pour régler ce conflit, est la seule solution au différend régional sur le Sahara. La responsable zambienne a démontré que l'Initiative d'autonomie est la seule solution qui puisse satisfaire les paramètres fixés par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2494 pour une solution politique réaliste, pragmatique, durable, et basée sur le compromis.
Elle a ainsi appelé l'ensemble des parties à s'engager dans le processus politique pour progresser vers une solution politique basée sur l'Initiative marocaine d'autonomie.
Il convient de rappeler que le processus politique a connu une nouvelle dynamique à la faveur de la tenue sous l'égide du Secrétaire général des Nations unies de deux tables rondes en décembre 2018 et en mars 2019 avec la participation du Maroc, de l'Algérie, de la Mauritanie et du Polisario.
Le Conseil de sécurité s'est félicité dans sa résolution 2494 de l'engagement des participants de se réunir de nouveau sous le même format, et a appelé l'Algérie à poursuivre son engagement dans le processus des tables rondes dans un esprit de réalisme et de compromis tout au long de sa durée jusqu'à ce qu'il aboutisse.
Pour la responsable zambienne, l'épreuve du coronavirus est l'opportunité de repenser la place des idéaux de la construction panafricaine dans le monde d'aujourd'hui. Il s'agit de contempler le chemin parcouru depuis la réunion à l'invitation de Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V des pères fondateurs de la construction panafricaine lors de la Conférence de Casablanca de 1961, lors de laquelle a été décidée la création de l'Organisation de l'unité africaine. L'Algérie n'avait pas encore créé le Polisario à l'époque.
Grace Njapau Njapau a rappelé à cette occasion le rôle de premier plan joué par le Maroc pour la décolonisation des pays africains frères, notamment à travers son appui direct aux mouvements de libération nationale du continent.
Soixante ans plus tard, l'attachement du Royaume à son continent est toujours aussi intense.
Elle s'est ainsi remémorée avec émotion le discours historique prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI lors du 28ème Sommet de l'Union africaine, marquant le retour du Maroc à sa famille institutionnelle.
Ce retour à l'Union africaine s'inscrit dans le prolongement naturel de l'approfondissement continu des relations entre le Maroc et les pays africains, que la Haute vision Royale oriente vers une émergence de l'Afrique portée par elle-même à travers des politiques pragmatiques et décomplexées.
Ainsi, plus d'un millier d'accords de coopération ont été signés par le Maroc et différents pays africains entre 1999 et 2017, dans les domaines de la formation, de la santé et du développement durable.
Pour Grace Njapau Njapau, le Maroc est revenu à l'Union africaine avec une expérience solide dans les domaines clés de la gestion des migrations, du développement durable, de la lutte contre l'extrémisme violent et des changements climatiques, qu'il partage volontiers et sans ostentation avec les pays africains. Le choix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI comme Leader de l'Union africaine sur les migrations, la désignation du Maroc pour accueillir l'Observatoire africain des migrations et l'élection du Maroc au Conseil de paix et de sécurité de l'organisation panafricaine sont autant de reconnaissances du rôle moteur joué par le Maroc en faveur de l'émergence du continent.
Grace Njapau Njapau a relevé que, dans le contexte d'une pandémie qui impose à l'Afrique de faire preuve de résilience et de donner le meilleur d'elle-même, Sa Majesté le Roi a lancé une Initiative visant à créer un cadre opérationnel pour accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de la gestion de la pandémie. Il s'agit d'une Initiative pragmatique et orientée vers l'action, qui permettra aux pays africains d'échanger leurs expériences et les meilleures pratiques.
Contrairement aux allégations mensongères propagées, tambour battant depuis des semaines, par l'Algérie et le Polisario, le retour du Maroc à l'Union africaine ne signifie nullement une quelconque reconnaissance de la pseudo-Rasd, une entité fictive qui ne présente aucun élément constitutif d'un Etat. La reconnaissance d'un Etat est un acte unilatéral éminemment souverain.
La participation d'un Etat aux travaux d'une organisation internationale ou régionale en présence d'une entité non-reconnue ne saurait donc signifier une quelconque reconnaissance de cette dernière.
Par ailleurs, 165 Etats membres des Nations unies ne reconnaissent pas la pseudo-Rasd, entité fictive créée, financée et armée par l'Algérie qui lui a également délégué la gestion d'une partie de son territoire.
Depuis 2000, 44 pays qui avaient reconnu cette entité fictive lui ont retiré leur reconnaissance.
Aujourd'hui, seule une poignée de pays reconnaît encore cette entité créée de toutes pièces par l'Algérie.
Grace Njapau Njapau, coordinatrice nationale du Groupe d'amitié Maroc-Zambie, intervenait dans le cadre de l'émission citoyenne "Sahara Debate", qui se veut une plateforme démocratique et ouverte pour jeter des éclairages sereins et dépassionnés sur la question du Sahara marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.