Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Maroc/Covid-19: la répartition des 249 nouveaux cas par villes    Erdogan provoque les chrétiens    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Marché des voitures neuves : un secteur en pleine convalescence    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    En plein désert, le Maroc érige une voie express de plus de 1000 km    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Baccalauréat: fin de la première session, toutes branches confondues    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Le Raja s'accroche à son attaquant contre le Zamalek    Les mesures prises pour accompagner la reprise de l'activité touristique    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Relance du tourisme : Laftit fait le point avec les professionnels    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    Le soutien des entreprises conditionné par la conservation d'au moins 80% des déclarés    Coronavirus : 115 nouveaux cas, 15.194 cas au total, vendredi 10 juillet à 10h    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Capitalisation boursière à fin 2019 : La part des investisseurs étrangers s'élève à plus de 200 milliards DH    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Casablanca: un inspecteur de police et une femme interpellés pour falsification et usage de documents officiels    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 10 juillet 2020    Saad Dine El Otmani : Relance économique et vigilance sanitaire, maîtres-mots de la prochaine étape    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    Préparation des prochaines échéances électorales    City se balade, Wolverhampton s'égare    Débat sur la réforme du Code électoral    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    Sauver la SAMIR : Par devoir et par nécessité    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !
Publié dans Libération le 03 - 06 - 2020

Est-ce qu'un médecin du sport peut discuter l'efficacité de la chloroquine, est-ce qu'un chirurgien plasticien et esthétique, par exemple, ou des autres disciplines médicales peut expliquer le Covid-19, son fonctionnement et sa propagation ? Est-ce qu'un enseignant-chercheur spécialiste dans un domaine autre que les épidémies, la finance et l'économie peut parler du coronavirus et de ses conséquences sur l'économie nationale et évaluer les décisions économiques prises par le gouvernement ?
En ce temps spécial de pandémie, la lutte contre la propagation du virus avait envahi les grands réseaux sociaux et les différents médias (journaux, radios et télévision), chacun contribuait à sa manière au succès du confinement, aux encouragements au corps médical. Certains ont repéré le maillon le plus faible « les habitants des quartiers populaires », et ont contribué de leur propre manière en les stigmatisant et en les responsabilisant de l'évolution de l'épidémie au Maroc. Enfin, d'autres animateurs de radio ont même osé traiter les gens qui ne portent pas un masque et des gants de toutes sortes de noms et appelé les autorités à faire usage de la force pour appliquer le confinement. Soudainement, ils ont vite changé d'avis et appellent aujourd'hui dans leurs émissions le gouvernement à accélérer le déconfinement pour sauver l'économie du pays !
Pendant ces deux mois de confinement, nous avons beaucoup appris de cette expérience, nous avons également vu apparaître une catégorie d'intellectuels qui aiment surfer sur les tendances et l'actualité, et ne ratent aucune occasion pour nous montrer leurs talents, même sur des sujets différents et déconnectés de leurs domaines de recherche et de compétence. J'en ai entendu pas mal, surtout à la radio. J'ai entendu des spécialistes et des analystes dans un domaine extrêmement éloigné de la finance et de l'économie vanter les décisions économiques et financières prises par le gouvernement pendant la pandémie. D'autres, dans des domaines éloignés de l'épidémiologie,s ont appelé les citoyens à porter un masque et des gants pour se protéger du virus, et leur ont expliqué comment le virus fonctionnait et s'attaquait aux poumons. A l'approche de la fin de la pandémie, ces pseudo-épidémiologistes sont tous devenus des économistes. On les entend actuellement intervenir sur les conséquences économiques de la pandémie et proposer des solutions pour faire face aux menaces économiques nouvelles et potentielles.
Ce sont des « pseudo-épidémiologistes-économistes » qui ont traité et continuent de traiter d'un syndrome encore méconnu, pas encore suffisamment étudié, comme le Covid-19. En effet, de nombreuses questions restent à vérifier et beaucoup d'autres restent sans réponses : pourquoi les radios invitent des intellectuels non-spécialistes pour parler du virus et de la situation économique ? N'y a-t-il pas parmi nous des spécialistes de ces questions ? Enfin, pourquoi les intellectuels touchés par ce syndrome acceptent ces invitations ?
Doctorant en sciences de gestion


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.