Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 11 août à 18h    Bientôt une usine de production d'acide phosphorique à Jorf Lasfar    En soutien aux petites entreprises et au commerce : La BERD accorde un financement de 40 millions d'euros au Maroc    Mia la sainte, Mia « la salope »    Les joueurs du club tangérois en confinement : Le match IRT-RSB reporté à une date ultérieure    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Alerte météo : rafales et chute de grêle dans des régions du Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    Ça commence à bouger...    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel
Publié dans Libération le 10 - 07 - 2020

Le trompettiste Ibrahim Maalouf, condamné en première instance pour avoir agressé sexuellement une stagiaire de 14 ans, a été relaxé mercredi en appel, une décision saluée comme une "très grande victoire" pour sa défense mais qualifiée d'"inique" par les parents de la plaignante. La cour d'appel de Paris a infirmé le jugement du tribunal de Créteil, qui avait condamné l'artiste franco-libanais, aujourd'hui âgé de 39 ans, à 4 mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende en décembre 2018. "Cette relaxe prononcée démontre enfin son innocence, alors que je rappelle que son nom, son honneur, ont été jetés en pâture, notamment sur les réseaux sociaux", a réagi son avocate, Me Fanny Colin, saluant une "très grande victoire". Il s'agit au contraire d'une décision "inique" pour la plaignante et ses parents, a rapporté leur avocat Me Jean-Baptiste Moquet, qui a précisé que la famille, "abasourdie", allait s'exprimer "dans les jours qui viennent." "Si je ne parle plus comme avocat de la victime et de ses parents, mais en tant que professionnel, c'est incompréhensible", a-t-il ajouté. "La justice n'est pas la même pour les personnalités" et "pour le commun des mortels".
La défense de l'artiste a fait valoir que le premier juge avait été saisi par citation directe et donc "uniquement sur le dossier de l'accusation". Entre les deux procès, elle a "pu constituer un dossier important de pièces" qui ont été versées au débat, notamment des témoignages, a-t-elle indiqué.
La cour n'a pas suivi les réquisitions de l'avocate générale, qui avait demandé à l'audience du 2 juin d'alourdir la peine de première instance en infligeant au prévenu deux ans de prison avec sursis et 40.000 euros d'amende.
La jeune fille, qui effectuait un stage de troisième en décembre 2013 au sein de la maison de production du trompettiste, avait déclaré que ce dernier l'avait embrassée une première fois "avec la langue", un soir à la sortie d'un cinéma. Ibrahim Maalouf a affirmé qu'il s'agissait d'un "smack", un simple "bisou" initié par la stagiaire, dont il avait repoussé les avances.
Deux jours plus tard, selon la version de la plaignante, il l'avait à nouveau embrassée, puis "attrapée par le bassin", mimant un acte sexuel, cette fois après un cours de trompette dans son studio d'enregistrement. Une deuxième séquence qui n'a jamais existé, avait protesté l'artiste. "Ibrahim Maalouf n'a pas adopté un positionnement adéquat à l'égard (de la) jeune fille de 14 ans, nécessairement suggestible, en échangeant avec elle des messages totalement inadaptés, attitude qu'il a lui même qualifiée de « nauséabonde »", selon l'arrêt de la cour d'appel, qui souligne qu'elle n'est cependant pas saisie de ces faits. "Le baiser posé le 11 décembre 2013 est bien réel mais l'intention coupable fait défaut, faute d'éléments permettant d'affirmer avec certitude qu'il en aurait été l'initiateur", poursuit la cour. "La preuve matérielle des faits qui seraient survenus le 12 ou le 13 décembre dans le sous-sol du studio d'enregistrement n'est pas rapportée, ce qui ne signifie pas que (la jeune fille) a menti mais que sa vérité n'est pas partagée par la cour, en l'absence d'éléments suffisamment pertinents, précis et concordants."
La justice avait été saisie en 2014 après un signalement des parents de la jeune fille. Cette dernière, qui avait commencé à se scarifier et à avoir des troubles alimentaires, s'était confiée à un médecin. Ibrahim Maalouf avait été placé en garde à vue en janvier 2017.
Né à Beyrouth en 1980, le musicien a été plusieurs fois disque d'or et lauréat des Victoires de la musique et d'un César. Il a collaboré avec de grands noms du jazz et est régulièrement invité des grands festivals.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.