Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Fonds stratégique: Le projet de décret examiné en Commission    Damane Oxygène: 17,5 milliards de DH distribués    PME: la BERD accorde un financement au Maroc    Liban: Heurts, démission et conférence des donateurs...    Sidi Yahya du Gharb: L'hôpital de campagne dédié aux asymptomatiques    Stratégie    La Russie annonce un "premier" vaccin anti-Covid19    Botola Pro D1 : Le Raja confirme face au Hassania    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le WAC renoue avec la victoire et la pole position    Europa League : United et l'Inter au denier carré    Le Bayern part favori face au Barça    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    La course au vaccin bat son plein    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Des projets de l'INDH lancés à Zagora    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains revisité à Rabat    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Botola: le Covid-19 fait reporter IRT-Berkane    Production d'acide phosphorique: construction d'une nouvelle usine à Jorf Lasfar    Pêche au Maroc: de nouvelles amendes mises en place    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Maigre salaire et grosse déconvenue    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain
Publié dans Libération le 11 - 07 - 2020

Une nouvelle exposition, retraçant "le parcours de l'art marocain depuis 1914", est en pleine préparation au musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain (MMVI), a annoncé Abdelaziz El Idrissi, directeur du MMVI. Cette nouvelle exposition, a déclaré M. Idrissi à la MAP, va tenter de retracer "le parcours de l'art marocain depuis Ben Ali Rbati", en s'arrêtant sur les grands courants qui ont régné au Maroc, essentiellement à partir des années cinquante. Elle sera prête pour la fin du mois, et s'ouvrira dès lors au public marocain, a-t-il précisé. Le courant des années cinquante sera notamment représenté par Mohamed Sarghini et ses contemporains, a poursuivi le directeur du MMVI, mais aussi par les artistes qui ont gravité, dès l'établissement des écoles des beaux-arts de Tétouan et de Casablanca, autour du "mouvement de Casablanca".
Composée de deux collections nationales majeures, cette exposition regroupe à la fois les collections de l'Académie du Royaume et du ministère de la Culture, a affirmé M. Idrissi, toutes deux réunies dans l'objectif d'élaborer ce parcours "riche, diversifié, coloré et très intéressant pour l'histoire de l'art du Maroc".
Pour la première fois, le public aura l'occasion de découvrir "autant d'œuvres exposées dans un seul parcours", dont certaines "qui n'ont jamais été présentées auparavant", a-t-il révélé, citant à ce propos les travaux de "Kacimi, Bellamine, Gharbaoui, Cherkaoui, Bennani, Melehi, Hamidi, Hariri, Hamri et Yacoubi", des artistes "qui ont conjugué les influences européennes à partir des années trente".
S'inspirant des mouvements ayant régné au cours de cette période et de la culturation qu'a connue le pays à cette époque, ces artistes ont "exercé une pratique artistique assez particulière", a confié le responsable, donnant l'exemple de Yacoubi, Hamri et Meryem Amziane, première femme marocaine à avoir suivi une formation en Espagne, ou de Sarghini et de nombreux autres artistes qui ont fréquenté les écoles de Tétouan et de Casablanca avant de s'envoler vers l'Europe.
Aussi, l'exposition célèbrera les œuvres d'artistes ayant pris part à la fameuse exposition de la place de Jamaâ El Fna dont Melehi, Belkahia, Chebaâ et Hamidi, ainsi que ceux ayant évolué à l'école de Paris, cas de Gharbaoui. A ces noms s'ajoutent Cherkaoui, référence de la modernité marocaine, et Miloud Labied, venu bien après.
Il est en fin à rappeler que le Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (MMVI), inauguré par S.M le Roi Mohammed VI en octobre 2014, est la première institution muséale dans le Royaume à se consacrer entièrement aux arts moderne et contemporain, et également la première institution publique à répondre aux normes muséographiques internationales.
L'architecture du MMVI est intimement liée à la ville où il est bâti. Situé au cœur de la capitale dont l'architecture est à la fois empreinte d'une identité spécifique mais aussi d'une riche diversité culturelle, le bâtiment est né d'une volonté d'intégration dans ce tissu urbain. Pour se faire, une démarche conceptuelle consistant à harmoniser les processus de création moderne avec le patrimoine séculaire assimilé a été adoptée. Les motifs traditionnels ont ainsi été réinvestis et stylisés, afin d'apporter une touche contemporaine à l'édifice. Le MMVI ambitionne de couvrir l'évolution de la création artistique marocaine dans les arts plastiques et visuels, du début du XXème siècle à nos jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.