Météo : le temps prévu au Maroc vendredi 14 août 2020    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Israël-Emirats. Le grand coup de Donald Trump    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 13 août 18H    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Le Maroc a rude épreuve!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Béni Mellal : les autorités durcissent les mesures de contrôle    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mue écologique du 7ème art
Publié dans Libération le 13 - 07 - 2020

Rassurez-vous, notre intention n'est surtout pas de remuer le couteau dans la plaie des cinéphiles frustrés par l'impossibilité d'accéder aux salles de cinéma du Royaume à cause de la crise sanitaire du coronavirus. Mais on ne peut pas non plus faire comme si le 7ème art avait disparu du paysage. D'autant que les initiatives visant à entretenir la flamme et le maintenir sur le devant de la scène ne manquent pas. On pense notamment à la 9ème édition de la Nuit blanche cinéma et droits humains. Organisée par l'Association des rencontres méditerranéennes du cinéma et des droits de l'Homme, (ARMCDH), cette veillée du cinéma se déroulera en ligne, les 17 et 18 juillet prochains, et sera accessible à toutes et à tous après inscription sur le site de l'ARMCDH. Ce sera l'occasion idoine pour les cinéphiles de retrouver partiellement, le temps d'une nuit, les émotions et l'ambiance des salles de cinéma, en grignotant du popcorn-raisin, dans une sombre pièce uniquement éclairée par le chef opérateur des films à l'affiche.
L'industrie audiovisuelle produit au moins 1 million de tonnes de CO2
D'ailleurs au vu de l'alléchant programme qui vous attend, à consulter sur le site web de l'association, autant vous dire qu'il n'y aura pas de place à l'ennui. Et la thématique du Droit à l'environnement choisie par les organisateurs rend les choses encore plus intéressantes. L'ARMCDH, créée en 2010 pour promouvoir la culture des droits de l'Homme à travers le cinéma, est convaincue que le cinéma peut agir sur l'environnement. Mais est-ce vraiment le cas ? Le 7ème art possède-t-il un tel pouvoir ? Les choses ne sont pas aussi simples que cela. L'industrie cinématographique n'est pas exempte de tout reproche. Si l'on en croit un récent rapport d'Eco Prod, l'industrie audiovisuelle produit un million de tonnes de CO2. En 2006, une étude de l'UCLA avait établi qu'à l'exception du pétrole, l'impact environnemental de l'industrie cinématographique sur la pollution de l'air de Los Angeles était plus important, de manière proportionnelle à la taille du secteur, que celui de la plupart des autres grandes industries, dont l'aérospatiale, l'habillement et le secteur hôtelier.
Construction de décors souvent
détruits par la suite
Si vous avez du mal à accepter un tel constat, ce qui suit va finir par vous convaincre. Il faut savoir que les tournages polluent. Et pas qu'un peu. Ils constituent un quart de la quantité totale d'émissions de CO2 produits par l'industrie du cinéma. Car le tournage implique forcément la construction de décors souvent détruits par la suite, comme ce fut le cas pour le paquebot du film Titanic. D'une taille dépassant les 230 mètres, il a été construit au Mexique, dans un bassin de 65 millions de litres d'eau. Bonjour le gaspillage. A cela, s'ajoute également une énorme consommation d'électricité puisque l'éclairage est une composante essentielle du cinéma, de jour comme de nuit. Sans parler du transport des équipes et des décors, ou encore des déchets produits pour nourrir tout ce beau monde.
Le cinéma-impact, un marché
de niche inépuisable
Dès lors, le cinéma a éprouvé la nécessité de s'interroger sur son empreinte écologique. Ce n'est qu'à partir de la dernière décennie que l'on a commencé à observer une mode qui fait son chemin, en l'occurrence dans les pays anglo-saxons : la mode des films se voulant porteurs d'impact social et environnemental. Pour les spécialistes, on est face à un marché de niche du documentaire et de la fiction inépuisable. L'une des productions les plus marquantes est le documentaire d'Al Gore «Une vérité qui dérange» ainsi que le film d'Edouard Bergeon «Au nom de la terre» qui a réuni pas moins de 1.970.000 spectateurs, tous émus par les conditions de vie des agriculteurs et leur mal-être face aux nécessités de changer le modèle de l'agriculture intensive.
Donc finalement, le cinéma a bel et bien le pouvoir de mobiliser les consciences et modifier certains comportements. Et cette mode des films véhiculant des messages environnementaux ne risque pas de s'estomper de sitôt car elle est lucrative à souhait. «Au nom de la terre» a rapporté 14,7 millions de dollars de recettes.
Pour le film «Demain», ce fut 11 millions de dollars de recettes. Ce n'est donc pas une surprise si les règles d'attribution du César du public, nouveau prix depuis deux ans, ont été repensées pour récompenser un film ayant suscité le plus d'intérêt ou d'engagement de la part des spectateurs, plutôt que le nombre d'entrées. Une manière de surfer sur la vague du «cinéma à impact» mais aussi, quelque part, de se racheter une conscience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.