Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Botola: le Covid-19 fait reporter IRT-Berkane    BERD: un financement de 40 millions d'euros accordé au Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Ça commence à bouger...    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Victime de ses clusters : Tanger en portes closes
Publié dans Libération le 14 - 07 - 2020

Près de quinze jours après le déconfinement de la majorité des provinces et villes du pays, le spectre tant redouté d'une marche arrière des autorités pointe le bout de son nez. Ainsi, après le reconfinement de la ville de Safi, acté le week-end dernier suite à la découverte d'un foyer de contamination dans une usine de transformation de poissons, c'est au tour des habitants de Tanger de revivre le cauchemar du confinement.
Alors que les autorités avaient initialement placé plusieurs quartiers de Tanger en quarantaine à compter de dimanche à minuit après l'apparition de nombre de foyers épidémiologiques (61 nouveaux cas dimanche à 18h), les mesures de reconfinement ont finalement été étendues à toute la ville. Résultat, dès lundi à 13h, les déplacements des habitants de Tanger, dans et hors de la ville, seront interdits sauf en cas d'autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales, selon le communiqué du ministère de l'Intérieur. Ce dernier mentionne également la suspension des services de transport public, routier et ferroviaire, en provenance et en partance de la ville. Et avec la fermeture encore une fois des hammams, salles de sport, et celle à partir de 20 heures, des marchés, centres commerciaux, cafés et autres espaces publics dont les parcs et les jardins, les autorités espèrent inciter les citoyennes et les citoyens à rester cloitrés chez eux sauf en cas d'extrême urgence. Cette décision peut s'apparenter à une véritable torture alors que la saison estivale est lancée et que les flots de la Méditerranée, dorés par le soleil brûlant de l'été, font un appel du pied de plus en plus insistant. Mais c'est un mal pour un bien. Raisonnablement, difficile de faire autrement. La décision s'est imposée d'elle-même. Pour ce qui est de l'allègement de ces mesures, il dépendra du développement de la situation épidémiologique dans la ville comme l'a rappelé le ministère de l'Intérieur.
En réalité, si les autorités rappellent à tout bout de champ les précautions indispensables à respecter telles que la distanciation physique, les mesures d'hygiène et le port du masque, c'est précisément pour éviter que le reconfinement ne soit pas étendu à d'autres villes. Pour l'instant, malgré le relâchement et le manque de civisme affichés par certains citoyens, la situation épidémiologique du Maroc n'est pas inquiétante avec seulement 31 cas graves, 3 décès (253) et 393 rémissions (12676). Aussi, sur les 76 nouveaux cas Covid+ annoncés lundi matin par le ministère de la Santé, la plupart (50 cas) ont été découverts dans la région de Marrakech-Safi qui est d'ores et déjà classée en zone 2 comme c'est le cas dorénavant pour Tanger. Concernant les provinces relevant de la zone 1, la plus forte hausse de cas a été enregistrée à Fès-Meknès (12 cas), suivie de Rabat-Salé-Kénitra (5 cas). A la différence de Casa-Settat où aucune contamination n'a été recensée. Un soulagement pour les habitants de la zone 1. D'autant qu'après de longues tractations, ils pourront profiter un peu plus de leurs restaurants préférés.
En effet, non contents de devoir baisser le rideau à 23h, les restaurateurs ont finalement eu gain de cause. Après une rencontre avec le ministère de l'Intérieur, ils ont gagné une heure d'ouverture supplémentaire. Désormais, le dernier client devra quitter l'établissement à minuit. L'animation musicale y est, quant à elle, toujours interdite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.