Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué
Publié dans Libération le 03 - 08 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/48660185-38111124.jpg?v=1596386937" alt=" "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué" title=" "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/48660185-38111124.jpg?v=1596386938" alt=" "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué" title=" "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué" /
Le film "Black Is King" de la chanteuse américaine Beyoncé a été mis en ligne vendredi sur la plateforme Disney+. Loué pour sa célébration de la culture noire, il est aussi critiqué pour sa vision distanciée de l'Afrique.
Le long-métrage accompagne l'album "The Lion King: The Gift", sorti en juillet 2019 et inspiré du film "Le Roi Lion", version en prises de vues réelles du classique de Disney.
C'est un conte qui reprend le thème du "Roi Lion", en mettant en scène un jeune garçon engagé dans un parcours initiatique. Beyoncé en a fait un ambitieux projet esthétique, salué par la critique.
Jude Dry, du site IndieWire, a rendu hommage à un film "saturé d'effets visuels époustouflants". A l'aune du mouvement né de la mort de George Floyd, le projet, tout entier tourné vers l'héritage noir, a une résonance démultipliée. "«Black Is King» est une présentation parfois pénétrante d'artistes africains dont le travail se mélange brillamment avec celui d'Américains qui ont des racines sur le continent", a écrit John DeFore, du Hollywood Reporter. Beyoncé a ainsi notamment convié la chanteuse nigériane Yemi Alade, la Sud-Africaine Busiswa ou l'artiste ghanéen Shatta Wale, qui sont ici beaucoup plus visibles que sur l'album, dominé par les vedettes américaines. Mais certains ont critiqué la "wakandafication" opérée par "Queen Bey", référence à Wakanda, royaume imaginaire situé en Afrique où se déroule le film et la bande dessinée "Black Panther". L'artiste originaire de Houston a, selon ses détracteurs, livré une vision déformée et amalgamée de l'Afrique.
"Quelqu'un peut-il dire à Beyoncé que l'Afrique n'a pas qu'une culture et que nous sommes des gens normaux?", a tweeté Kaye Vuitton, un Nigérian. "Il y a des choses plus urgentes à faire que de se fâcher contre une femme afro-américaine qui utilise ses moyens pour interroger, explorer et interpréter artistiquement une façon de combler les manques de son identité", a écrit, dans le quotidien britannique The Independent, Timeka Smith, activiste pour l'égalité raciale. Ces manques, dit-elle, ce sont les liens entre les Afro-Américains et leur passé en Afrique, dont ils ont été coupés et qu'ils cherchent à reconstituer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.