Le patronat appelle à l'accélération de l'adoption du projet de la Loi-cadre relative à la réforme du système fiscal    La sortie sur le MFI permettra de maintenir une marge suffisante au niveau des avoirs officiels, affirme Mohamed Benchaâboun    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Élargissement du réseau de diagnostic de la Covid-19 par les laboratoires privés d'analyse de biologie médicale    4 ouvriers meurent asphyxiés dans un bassin souterrain d'une usine à Agadir    Casablanca: trois individus soupçonnés d'escroquerie et organisation de l'immigration illégale interpellés    Subventions aux associations : Les collectivités territoriales mises hors jeu    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Volailles : les raisons de la flambée des prix du poulet    Santé : la TGR s'intéresse à la problématique du financement    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    La FMEJ tire la sonnette d'alarme et réitère son projet    La vieille rengaine du polisario    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    Dakhla : Lancement d'un programme de plaidoyer des jeunes sur la marocanité du Sahara    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    Sofac, nouveau sponsor du Raja    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Agadir : la nouvelle identité visuelle fait polémique (photo)    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Hicham Lasri signe son comeback au court métrage avec une triologie baptisée «Murroc»    «Notre filière a amorcés des résultats manifestement positifs»    Malgré les reports, l'UEM tient à organiser son prochain congrès extraordinaire    Le nouveau clip de Saad Lamjarred dans le Top des tendances YouTube    Entre Adnane et Naïma, l'intolérable discrimination sociale    Liga: Barca, Real, Atletico... Résumé de la 3ème journée (VIDEOS)    On connaît le premier relégué de la Botola    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    Allthenticate: Une arme marocaine contre la cyber insécurité    Météo: temps stable et ciel clair ce lundi au Maroc    Confessions dominicales : Abu Wael al-Rifi révèle des scandales pesant des milliards    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes
Publié dans Libération le 05 - 08 - 2020

«Les échanges commerciaux contribuent à combler l'écart de salaires entre hommes et femmes, tout en créant de meilleurs emplois pour celles-ci », affirme une étude de la Banque mondiale préparée en collaboration avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
L'étude dont les conclusions ont été récemment rendues publiques indique que les pays ouverts aux échanges internationaux se développent plus vite, innovent, affichent une productivité supérieure et offrent des revenus plus élevés et davantage de débouchés à leur population.
Intitulée Women and Trade: The Role of Trade in Promoting Women's Equality (Les femmes et le commerce : le rôle du commerce dans la promotion de l'égalité des femmes), elle démontre en outre que « la part des échanges internationaux dans le PIB est corrélée à un niveau d'égalité entre les sexes plus élevé », souligne l'institution financière.
L'étude, qui mène une analyse approfondie et inédite de l'incidence du commerce extérieur sur la situation des femmes, « permet aux chercheurs de comprendre comment les femmes travaillent, dans quel secteur elles sont employées, combien elles gagnent et si elles participent de près ou de loin au commerce mondial », relève la Banque mondiale dans un communiqué.
Soulignant son intérêt, l'institution affirme que « les résultats de cette analyse aident les pouvoirs publics à cerner la manière dont leurs politiques commerciales affectent différemment les femmes et les hommes ».
Directrice générale de la Banque mondiale pour les politiques de développement et les partenariats, Mari Pangestu rappelle qu'au cours des 30 dernières années, le commerce a été le moteur de la réduction de la pauvreté.
Selon elle, « le rapport montre que, si les bonnes politiques sont mises en place, il peut également être un moteur de réduction des écarts entre les sexes ». C'est dire que « le commerce a le pouvoir de renforcer le rôle des femmes dans l'économie et d'atténuer les disparités avec les hommes en leur offrant des possibilités d'emploi plus nombreuses et de meilleure qualité », soutient-elle affirmant qu'exploiter ce potentiel sera encore plus important dans un monde post-Covid-19.
Le rapport, qui met en évidence plusieurs aspects essentiels, est riche en enseignements à bien des égards. Comme le soulignent les auteurs de cette importante étude, les entreprises intégrées aux chaînes de valeur mondiales emploient un pourcentage plus élevé de femmes (33 %) que les entreprises qui n'en font pas partie (24%).
Le rapport indique, en outre, que « lorsque les pays s'ouvrent au commerce, la part des salaires des femmes dans le secteur manufacturier augmente de 5,8 points de pourcentage en moyenne. Quand les femmes travaillent dans des secteurs fortement exportateurs, elles ont davantage de chances d'occuper un emploi formel, ce qui signifie plus d'avantages sociaux, une meilleure formation et une plus grande sécurité d'emploi ».
Mais au-delà des observations et des analyses, « le rapport souligne également l'importance de lutter contre les discriminations à l'encontre des femmes dans le cadre des politiques commerciales », fait savoir la même source.
Si aucun pays n'impose ouvertement des modes de fixation des prix en fonction du sexe, les préjugés implicites peuvent déboucher sur des «taxes roses» économiquement préjudiciables aux femmes, assure le rapport.
L'étude relève, par ailleurs, que les produits spécifiquement consommés par les femmes sont vendus plus cher que ceux destinés aux hommes. Le rapport en veut pour preuve que dans le secteur de l'habillement par exemple, les prix des articles pour femmes sont globalement supérieurs de 2,77 milliards de dollars à ceux des vêtements pour hommes, un écart qui a augmenté d'environ 11 % en termes réels entre 2006 et 2016. De telles disparités concernent les consommatrices du monde entier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.