Fiscalité: les dernières données de la Cour des comptes    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Auto Nejma: des résultats très impactés par la crise du Coronavirus    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Nadia Fettah: « La promotion du tourisme est tributaire de la réouverture des frontières »    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 30 septembre    Message de condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le nouvel émir du Koweït prête serment    Live. Trump Vs. Biden : premier débat de la présidentielle américaine 2020    Roland, Strasbourg et Hambourg    Coronavirus au Maroc: nouveaux cas, villes, guérisons, décès…le récap    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Covid-19: Le taux de reproduction au Maroc est stable    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    «Save the children» : Le t-shirt ange-gardien des enfants contre les violeurs (vidéo)    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd
Publié dans Libération le 06 - 08 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/48756648-38150834.jpg?v=1596651735" alt=" "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd" title=" "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/48756648-38150834.jpg?v=1596651736" alt=" "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd" title=" "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd" /
Les khettaras du Maroc doivent être inscrites sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité, a souligné la Fondation Miftah Essaâd pour le capital immatériel du Maroc qui vient de publier un livret intitulé "les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique". Ce livret publié en trois langues (arabe, français et anglais) s'inscrit dans le cadre du dossier national visant à inscrire les Khettaras comme patrimoine humain international auprès de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).
La fondation vise à travers la publication de ce livret, illustré de nombre d'images, à inscrire les khettaras du Maroc au patrimoine mondial de l'humanité et obtenir ainsi l'adhésion de l'UNESCO pour leur sauvegarde. Elle a aussi pour objectif d'obtenir des fonds internationaux pour la réhabilitation, la sécurisation et le maintien en eau des khettaras actives du Maroc, "en tant qu'ouvrages respectueux de l'environnement et rempart contre le désert". La tenue de la COP22 au Maroc est un "formidable tremplin" pour sensibiliser la communauté internationale à la sauvegarde des khettaras, indique la Fondation dans ce livret, affirmant que le maintien des groupements sociaux construits autour de ces ouvrages sera un des aspects de préservation du patrimoine immatériel marocain et de son apport à la culture de la préservation et la sauvegarde de environnement.
La Fondation avait réalisé, en 2014, une étude sur les khettaras du Maroc, dont les conclusions ont montré que la khattara est un ouvrage technique, hydraulique et écologique qui permet de conduire l'eau de la nappe phréatique, gravitairement, à travers le désert aride pour constituer et irriguer une oasis. Elle ne nécessite aucune énergie mécanique pour fonctionner et donc n'émet pas de gaz à effet de serre.
Mettant en exergue les résultats de cette étude, la Fondation fait savoir que les khettaras contribuent à la lutte contre la désertification et font barrage à l'exode rural par la fixation des populations et par le maintien d'une activité agricole locale et notamment celle des produits du territoire du Sahara marocain. La distribution d'eau aux oasis par le système de khettara est un procédé "démocratique" de partage équitable de la ressource, souligne l'étude, précisant que le débit des khettaras dépend uniquement du niveau de la nappe qui augmente ou baisse pour tout le monde sans distinction.
"Si nous soumettons la khettara aux dix critères de la convention de l'UNESCO sur la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, où il suffit de réponde à un seul pour être éligible au statut de "patrimoine mondial", nous constatons que la khettara ne répond pas seulement à un seul critère mais bel et bien à sept critères certifiés", conclut la même étude. Selon le livret, ces ouvrages, qui sont apparus au Maroc depuis plus de 1000 ans, ont permis d'étendre les surfaces arables et de viabiliser des territoires du désert par la création d'oasis. Et depuis lors, les khettaras n'ont cessé de viabiliser de larges espaces désertiques, devenant ainsi une des composantes économico-culturelles d'une bonne partie de territoires marocains. Autour de la khettara, s'est construit un système social et une organisation humaine centrés sur le gestion quotidienne de la répartition de l'eau. Le Maroc reste parmi les rares pays qui disposent encore d'un système actif de transport gravitaire de l'eau, par galeries souterraines artificielles, où il y a actuellement environ 300.000 personnes qui bénéficient, directement ou indirectement, des activités économiques générées par les khettaras actives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.