Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Omra : Lancement d'une application pour l'inscription    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Real Madrid: Kroos indisponible deux semaines    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Le Liban, nouveau protectorat français ?    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Casablanca: trois individus soupçonnés d'escroquerie et organisation de l'immigration illégale interpellés    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée
Publié dans Libération le 07 - 08 - 2020

Adoptée par la Conférence internationale du travail il y a 21 ans, la convention n° 182 de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur les pires formes de travail des enfants a été ratifiée par l'ensemble des 187 Etats membres de l'agence onusienne. Une première dans les annales de l'organisation.
La ratification universelle de la convention, qui est intervenue mardi 4 août dernier, après la signature du Royaume des Tonga, «signifie que tous les enfants jouissent désormais d'une protection juridique contre les pires formes de travail des enfants», a déclaré Guy Ryder, directeur général de l'OIT.
Ce résultat historique, qui intervient quelques mois seulement avant le début de l'Année internationale de l'élimination du travail des enfants en 2021 dont le but est de sensibiliser à cette question et d'accélérer le rythme des progrès, est une bonne nouvelle pour les millions d'enfants employés à travers le monde.
Selon l'OIT, ils seraient 152 millions à travers le monde dont 73 millions dans des travaux dangereux. «70% de l'ensemble du travail des enfants concernent l'agriculture et sont essentiellement liés à la pauvreté et aux difficultés de leurs parents à trouver un travail décent», a indiqué l'organisation.
Des données de l'enquête nationale sur l'emploi de 2019, il ressort qu'au Maroc, on compte 200.000 enfants économiquement actifs parmi les 7.271.000 enfants âgés de 7 à 17 ans, marquant une baisse de 23,5% par rapport à 2017.
«Parmi les enfants économiquement actifs, 119.000 accomplissent des travaux dangereux, ce qui correspond à un taux d'incidence de 1,6% (contre 2,3% en 2017)», souligne le Haut-commissariat au plan (HCP) précisant que les enfants astreints à ce type de travail sont à 74,4% ruraux, 84% masculins et à 75,6% âgés de 15 à 17 ans.
Notons que la convention ratifiée offre un cadre juridique aux différentes actions qui seront désormais menées dans le cadre de la lutte contre ce phénomène qui englobe diverses formes de travail. A savoir : l'esclavage, l'exploitation sexuelle, l'utilisation des enfants dans les conflits armés ou d'autres travaux dangereux ou illicites qui compromettent la santé, la moralité et le bien-être psychologique des enfants, a expliqué Guy Ryder.
Comme l'a rappelé l'OIT dans un communiqué, «la convention n° 182 demande la prohibition et l'élimination des pires formes de travail des enfants, y compris l'esclavage, le travail forcé et la traite des êtres humains».
Selon cette agence des Nations unies, «elle interdit l'utilisation des enfants dans les conflits armés, la prostitution, la pornographie et les activités illicites telles que le trafic de drogue, et les travaux dangereux».
Pour le DG de l'OIT, cette convention «reflète un engagement mondial selon lequel les pires formes de travail des enfants n'ont pas leur place dans notre société».
Saluant à son tour la ratification de ladite convention, la Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI), Sharan Burrow, a pour sa part déclaré qu'elle «est un rappel puissant et opportun de l'importance des normes de l'OIT et de la nécessité d'apporter des solutions multilatérales aux problèmes mondiaux».
Parce que le travail des enfants est une grave violation des droits fondamentaux, « il incombe aux mandants de l'OIT et à la communauté internationale de veiller à ce que cette convention soit pleinement appliquée, notamment en faisant preuve de diligence raisonnable dans les chaînes d'approvisionnement mondiales», a-t-elle insisté.
«Nous ne pouvons pas laisser la lutte contre les pires formes de travail des enfants reculer. Ensemble, nous pouvons œuvrer à l'élimination du travail des enfants sous toutes ses formes», a pour sa part déclaré Roberto Suárez Santos, Secrétaire général de l'Organisation internationale des employeurs (OIE), après avoir qualifié ce moment d'historique.
«Aujourd'hui, le monde des affaires est à la fois conscient de la nécessité de faire des affaires dans le respect des droits de l'enfant et agit en conséquence. C'est encore plus urgent en cette période de pandémie de Covid-19», a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.