Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Groupe OCP : une solide résilience qui se confirme    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Sécurité alimentaire : OCP Africa et SFI s'allient    Bank of Africa : bonne dynamique malgré la crise    Covid. La censure frappe sec au Quebec et en France    L'art et la culture en détresse!    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Omra : Lancement d'une application pour l'inscription    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    France. Les généraux se révoltent    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    Real Madrid: Kroos indisponible deux semaines    Brèves    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle carrure économique pour le football national ?
Publié dans Libération le 07 - 08 - 2020

Plus qu'un simple sport populaire, le football est une industrie de divertissement planétaire, une économie à part entière, mais aussi un vecteur de positionnement stratégique et un moyen sûr de se présenter aux yeux du monde entier. Ce sport de référence distractif est désormais un business à enjeux économiques et stratégiques. Son économie est un levier essentiel du développement stimulant valeurs ajoutées, investissements et création d'emplois. Durement terrassée par le Covid-19, l'économie du football tremble dans le monde entier, mais garde l'espoir de se relever encore plus forte.
Le football est un secteur reconnu internationalement pour sa puissance économique et donc pour sa capacité d'être pourvoyeur de richesse, créateur d'emplois et de rayonnement des pays, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, Abdelkader Bourhim, consultant en développement stratégique et opérationnel des clubs et des organisations sportives. Les caractéristiques socio-économiques du Maroc et son positionnement géostratégique plaident pour un développement de son football et pour en faire un des secteurs pourvoyeurs de progrès, d'emplois et de rayonnement international, a-t-il fait observer.
L'Etat marocain est conscient de l'importance du football et de son impact socioéconomique. Il n'a jamais cessé de le subventionner, de le doter d'infrastructures et d'équipements mais l'Etat ne peut pas jouer tous les rôles, a souligné M. Bourhim. Il a, également, mis en avant la nécessité de mettre en place les outils nécessaires et des dispositifs incitatifs pour développer le football marocain. "La loi 30-09 (relative à l'éducation physique et aux sports) est l'un de ces nouveaux outils susceptibles de doter le football national et tous les acteurs concernés d'un moyen juridique fort.
"Saisissons cette chance pour créer les sociétés sportives, pour construire un business model fort et productif, répondre aux aspirations de tous les Marocains amoureux du football. Construisons une marque football et offrons les moyens à nos ambitions dans ce domaine", a-t-il souligné à cet égard. Et de poursuivre : "Nous avons besoin de croire à sa capacité à jouer son rôle dans le progrès du Maroc. La commission spéciale pour le modèle de développement doit prendre cela en considération et intégrer le sport dans ses travaux de réflexion et faire les recommandations nécessaires à son développement".
"Pour ce faire, nous avons besoin aujourd'hui dans notre pays d'une véritable politique nationale de sport, de créer une agence nationale du sport comme organisme régulateur, de professionnaliser les clubs sportifs et les fédérations, d'augmenter le taux d'équipements et d'infrastructures sportifs dans le pays et faciliter l'accès à la pratique sportive pour le plus grand nombre de citoyens, de réformer le dispositif de formation et enrayer le déséquilibre entre la formation des cadres techniques et la formation des cadres en management appelés à assurer la gestion opérationnelle de notre sport", a-t-il suggéré.
La Fédération Royale marocaine de football (FRMF), la ligue et les clubs doivent mettre en place les outils nécessaires pour bâtir un projet Maroc football structuré, solide et productif. Un football attractif sur le plan économique et performant au niveau du résultat sportif, a-t-il plaidé. Ainsi, les partenaires privés seront rassurés et trouveront des raisons économiquement valables pour investir dans le football. Les partenariats public-privé (PPP) peuvent être une solution pour mieux intégrer le secteur privé dans la gestion du football et permettre à terme à l'Etat d'être moins présent et moins impacté financièrement tout en gardant son rôle de régulateur et de garant de la bonne gouvernance, a-t-il précisé.
Les conséquences économiques de la crise sanitaire actuelle inquiètent nombre de sportifs. Devant l'ampleur de l'épidémie de Covid-19, l'économie du football risque ainsi de plonger dans un marasme sans précédent. Le football est secoué par les effets de la crise sanitaire actuelle liée au Covid-19, a noté M. Bourhim, soulignant qu'il s'agit d'une période exceptionnelle pour le sport partout dans le monde.
L'arrêt des compétitions depuis le mois de mars, conformément à l'état d'urgence sanitaire a précipité la majorité des clubs dans l'inconnu sportivement et économiquement, ce qui a eu des conséquences négatives très immédiates et très violentes. Leurs joueurs, leurs staffs techniques, leurs staffs administratifs et tout leur écosystème économique ont été impactés et se sont retrouvés dans certains cas isolés. La FRMF a joué le rôle de l'institution de tutelle dans la gestion de la crise en relation avec les pouvoirs publics, a t-il noté. Et d'ajouter "depuis l'arrêt du championnat, la fédération a été présente pour soutenir toutes les composantes du football en suivant les recommandations de la fédération internationale de football et les directives sanitaires décrétées par les autorités".
Il a été ainsi décidé de baisser les salaires des staffs techniques des équipes nationales et des joueurs des équipes de la Botola Pro et de maintenir automatiquement la validité des contrats des joueurs après le 30 juin et ce jusqu'à la fin du championnat qui vient de reprendre, a t-il fait observer. La FRMF a aidé financièrement les arbitres pendant l'arrêt du championnat et les clubs pour faire face à des urgences, a-t-il noté, ajoutant que dès le début du déconfinement, elle a mis en place un protocole de reprise sanitaire détaillé en facilitant aux clubs toutes les démarches pour tester leurs joueurs et ainsi éviter des contaminations lors de la reprise des entraînements et des compétitions.
Le bilan sera établi à la fin du championnat qui vient de reprendre, a-t-il fait remarquer, expliquant que "le budget de la plupart de nos clubs de football est constitué de subventions dans la majorité des cas". La structure financière de la plupart des clubs est basée sur les subventions qu'ils perçoivent de la part des collectivités locales, des régions et de la fédération", a-t-il expliqué. Le Maroc dispose de ressources nécessaires pour faire autrement et permettre au football d'avoir une vraie dimension business, a-t-il ajouté. Pour ce qui est du sponsoring, Zaki Lahbabi, directeur général de Transatlas sport management (TSM), une agence de marketing sportif, a indiqué que pour le moment dans le foot, la plupart des partenaires maintiennent leurs partenariats sponsoring avec les clubs et que seulement 2% d'entre eux ont désisté. "Les contrats ont été mis en stand-by le temps que les matchs reviennent, le championnat a repris et les contrats reprennent aussi", a t-il expliqué.
La seule différence, a-t-il dit, c'est l'absence du public, mais celle-ci sera compensée par l'audience télé, a-t-il fait remarquer. "Or, les clubs perdent des recettes billetterie très importantes", a-t-il noté. Il a, en outre, indiqué qu'un travail de fond est notable depuis à peu près 15 ans au niveau des infrastructures sportives et des stades mais également au niveau des subventions et des aides de la fédération vis-à-vis du secteur du football. "Les subventions ont très rapidement augmenté mais le foot est budgétivore, ça coûte de plus en plus cher", a-t-il fait observer. Il a, à ce propos, noté que l'Etat a joué un rôle conséquent pour soutenir le football, ajoutant que le budget de la FRMF est l'un des plus importants au niveau africain. A ce niveau, le Maroc commence à être bien positionné, a souligné M. Lahbabi mettant en avant l'évolution conséquente du secteur. Maintenant, tous les clubs ont de belles pelouses, de beaux stades, et une meilleure organisation, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.