Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant
Publié dans Libération le 10 - 08 - 2020

Cent vingt. C'est le nombre du personnel médical public qui a dû être hospitalisé à cause du Covid-19, selon un récent communiqué de la Fédération nationale de la santé qui a évoqué l'existence même de foyers professionnels de contamination à Fès, à Tanger et dans d'autres villes. Pour certains professionnels du secteur, ce chiffre devrait même être revu dans le sens du triple ou du quadruple vu les conditions de travail inadéquates et l'absence d'outils de protection et de prévention, d'où la question : pourquoi il n'y a jamais eu de dépistage massif du personnel soignant public ?
«Si les conditions de sécurité maximales sont garanties dans les services chargés de la lutte contre le coronavirus, ce n'est pas le cas pour les milliers de professionnels qui réalisent plus de 20.000 prélèvements par jour ou ceux qui assurent la continuité des soins hors Covid», nous a confié un médecin casablancais sollicitant l'anonymat. Et de poursuivre : «La réalité, c'est que le ministère de la Santé évite un dépistage massif du personnel hospitalier car il ne veut pas que les cas découverts arrêtent de travailler».
Notre source va plus loin. Elle se demande pourquoi il n'y a pas usage des tests sérologiques qui sont les seuls à permettre d'avoir des informations sur les personnes qui sont immunisées, c'est-à-dire qui ont été infectées et qui sont donc protégées pour avoir développé des anticorps. En effet, si les tests PCR permettent de repérer les individus porteurs du virus, potentiellement «contaminateurs» et futurs malades, les tests sérologiques identifient les personnes ayant développé des anticorps contre le coronavirus et qui auraient donc dû contracter l'infection, même sans avoir eu de symptômes.
Des propos que ne partage pas Dr Kamal Marhoum El Filali, professeur en médecine et chef de service des maladies infectieuses au CHU Ibn Rochd qui estime qu'une campagne de dépistage massif du personnel de la santé n'a pas de sens puisque les tests virologiques (PCR) permettent de détecter la présence du virus au moment où ils sont réalisés, c'est-à-dire que les patients pourront savoir s'ils sont infectés sur le moment. Ils ne peuvent pas indiquer si la personne a été malade par le passé. «Il sera illogique de dépister le personnel tous les jours puisque ça ne sert à rien. C'est de l'argent public jeté par la fenêtre», assure-t-il. Et de préciser : «Le dépistage se fait selon les cas, surtout pour ceux qui affichent des symptômes ou qui ont des doutes sur une éventuelle contamination lors de leur travail».
Dr Khadija Moussayer, présidente de l'Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS), a déjà expliqué sur les colonnes d'un journal national, que malgré la capacité du test virologique RT-PCR, à détecter les porteurs de ce type de virus, et sa bonne sensibilité à réagir à la présence du virus, sa fiabilité se situe entre 60 et 80%. Des biologistes de la Johns Hopkins Medicine ont également établi à partir des résultats de 1.330 prélèvements que les sujets infectés présenteraient majoritairement un test négatif (67% au quatrième jour de la contagion) dans les 4 jours suivant la contamination. Ils ont aussi constaté un taux de faux négatifs de 38%, le jour de l'apparition des symptômes. Les tests les plus fiables ont été faits 8 jours après la contamination et, en moyenne, 3 jours après la survenue des symptômes, avec un taux de faux négatifs qui reste néanmoins de 20%, rapporte le journal Le Matin.
De son côté, Dr El Mountadar Alaoui, secrétaire général du Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP), nous a confirmé qu'il n'y a pas de prélèvements systématiques au sein du personnel médical public ou un programme dans ce sens. «Parfois, les prélèvements se font sur demande des services. Mais, il est impensable qu'on fait des prélèvements chaque jour pour le personnel. C'est très contraignant», nous a-t-il déclaré. Pourtant, lui aussi estime que le problème se pose plutôt chez le personnel œuvrant dans les centres de santé ou dans les services d'urgence où les mesures de prévention sont difficiles à appliquer et où le personnel n'est pas suffisamment équipé en masques, combinaisons et autres pour affronter le Covid-19. «Ce personnel côtoie le risque de contamination chaque jour et risque sa vie et expose celle de sa famille. Le hic, c'est qu'il n'y a ni des encouragements ni des incitations de la part du ministère de tutelle à l'égard de ces fonctionnaires de la santé comme c'est le cas dans d'autres pays ou d'autres secteurs. Les médecins, les infirmiers, les techniciens et autres travaillent aujourd'hui de longues heures et même le week-end, et sans avoir le droit à un congé», nous a-t-il confié. Et de conclure : «C'est ce stress permanent qui risque d'affecter la santé du personnel soignant plus que le Covid-19».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.